”Je suis cadre au CPA et je dis ceci…”

J'exerce en effet au CPA et croyez […] bien que ma critique n'a aucun lien avec des intérêts personnels ou une volonté de régler des comptes. Mes interventions sur ce sîte dynamique et réactif, ont pour but de faire prendre conscience autour des pratiques autoritaires du système dans la sphère bancaire, pratiques qui écrasent toutes velleités intellectuelles qui se situeraient à contre courant de ce que décide le pouvoir.

J'affirme que la privatisation du CPA n'est pas du tout justifiée au plan économique et financier ! J'affirme qu'il existe, techniquement parlant, au moins 3 ou 4 alternatives performantes et fécondes à la privatisation !J'affirme que la privatisation du CPA vise, entre autres objectifs opaques, à faire oublier les 900 millions de dollars qui ont fui le pays aprés avoir été consentis sous forme de crédits à quelques 350 opérateurs privés ! J'affirme que toutes les autorités concernées ont été saisies pas mes soins ainsi que par certains de mes collègues au sujet des risques d'une privatisation qui ferait l'impasse sur les créances douteuses ; J'affirme avoir communiqué aux mêmes autorités les grandes lignes de ce qui pourrait constituer des propositions alternatives à la privatisation ; Au surplus, pourquoi le gouvernement ne donne t-il pas le détail des créances douteuses du CPA (noms des opérateurs, destination des crédits, “projets” financés, causes du non remboursement, actions judiciaires engagées, résultat de ces actions, montant des pénalités de retard…).

Je rappelle que c'est la BDL qui devait être privatisée, et ce, dés l'année 1996, parce que sa situation financière et celle de son portefeuille étaient catastrophiques. Le projet avait été (curieusement) abandonné pour laisser place à des spéculations sur le CPA dés l'année 1998. A partir de l'année 1999, la première tentative de privatisation du CPA a été lancée; Société générale était quasiment sur le point de remporter le marché, mais l'affaire a capoté pour des raisons “diverses” (blanchiment d'argent entre société générale et Israël, crise asiatique…) selon les propos des responsables de l'époque. 2003 : on relance le projet qui est donc en cours de finalisation, cette fois avec 6 prétendants dont 4 français. L'historique du dossier privatisation CPA n'a pas livré tous ses secrets. Le volet “créances douteuses” n'est qu'un des aspects du problème. En réalité, le CPA c'est la boîte de Pandore que le pouvoir n'a pas le courage d'ouvrir. Alors, il décide, contre toute logique économico financière, de privatiser la banque pour effacer les traces des malversations sophistiquées qui ont eu lieu dans cette institution entre 1995 et 2005, c'est-à-dire à une période(ne l'oublions pas !) politiquement et sécuritairement extrêmement troublée.

Slim Trika

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
mimoun thingaoui

Les malversations au Cpa remontent à beaucoup plus loin en 1976 un certain pdg du Cpa Allali Abdelkader s'est livre à de la délinquance financière avec la complicite de Djillali Mehri, l'homme de Jacques Foccart et le directeur de la sureté nationale de l'époque un certain Draia ont monté une association mafieuse pour escroquerie et vol de millions de francs au travers de montages financiers via les crédits créés et mis à la disposition des anciens maquisards pour les éloigner de la politique. Tout ça a été porté à la connaissance de Boumediene par un certain Mohamed Benyahia qui a été une des victimes de Boumedene qui ensuite est juste intervenu pour que son passeport lui soit restitué car on l'empêchait de quitter le territoire. Cet homme a ensuite fait l`objet de lynchage et d`expropiation de ses biens par un ancien mercenaire qui était prefet et qui faisait partie de cette association mafieuse un certain Slimane Hoffmann.

Mohamed Benyahia a immortalisé ce temoignage dans dans son récit "Conspiration au pouvoir, récit d`un maquisard" paru aux éditions arcanteres en 1988. Ce livre est épuisé alors qu'il vaut son pesant d`or, les éditions Arcantères egalement et le propriétaire de ces éditions qui était à une adresse 8 rue Passage Folies Regnault dans le 11 arrondissement de Paris a disparu dans la nature depuis son départ un jour pour son pays d`origine, un pays du Maghreb, ses coordonnées restent sur internet mais les éditions et l'éditeur ont disparu.

Donc les magouilles du Cpa qui est directement lie à la mafia et ce mot est bien transcrit ainsi dans le livre de Benyahia remontent aux années de Boumediene sans que celui ci ni Merbah n`aient pu empêcher les prédation du Trésor public les ordres venant de leurs maîtres qui les ont placés au pouvoir

avatar
koceila99

que vient faire l'administration israelienne dans le bourbier algérien -nos dirigeant placent leurs fortunes de plein gré dans des banques juives de par le monde, reconnaissez que pour la bonne gestion il ya pas meilleurs que les juifs!et que viennent faire nos chouhadas dans l'affaire c'est hors de propos!!

visualisation: 2 / 6

À lire aussi

Plus d'articles de : Débats