Comment l'Europe va-t-elle agir face à l'afflux des migrants ?

Comment l'Europe va-t-elle agir face à l'afflux des migrants ?

Après l'arrivée en quelques jours seulement de près de 10.000 migrants sur les côtes italiennes, les autorités du pays tirent la sonnette d'alarme et sollicitent une aide d'urgence et davantage de solidarité de la part de l'Union européenne.

C'est pourquoi, l'afflux massif des demandeurs d'asile en Europe a été au cœur de deux sommets organisés le 6 juillet dernier. A Rome, une conférence ministérielle internationale aurait réuni des représentants de l'UE, de l'ONU et de la Libye tandis que 28 ministres de l'Intérieur européens se sont rencontrés à Tallinn (Estonie) dans le but de trouver un accord consensuel à même d'endiguer cette épineuse crise ! Mais que promettra cette fois-ci encore l'Europe à ces milliers de migrants qui débarquent en masse sur son sol ? Puis pourquoi a-t-elle attendu jusqu'à ce que l'Italie ait pris les devants pour réagir après, à son tour ? Et, enfin, que va-t-elle proposer de concret à cette dernière ? Tous les observateurs évoquent un plan d'action proposé le 4 juillet par la Commission européenne, prévoyant de débloquer environ 35 millions pour l'Italie et 46 millions d'euros pour la Libye. Or, là aussi, il y a quelque chose qui sonne faux ! Car, aux yeux de beaucoup d'ONG, rejeter toute la responsabilité du contrôle migratoire sur le dos de Tripoli pose un sérieux problème. Le pays n'est-il pas en butte aux atroces violences de la guerre civile et dépourvu de structure étatique solide ?

En outre, comment des milices paramilitaires belliqueuses, peu équipées, mal administrées et désorganisées peuvent-elles gérer un pareil dossier, aussi sensible que compliqué ? En tous cas, l'Italie qui aurait accueilli, jusque-là, environ 85.000 des 100.000 personnes arrivées en Europe depuis le début de cette année espère que des mesures fortes seront adoptées dans ces deux sommets européens. Angelino Alfano, son ministre des Affaires étrangères, souhaite même que tous les partenaires européens manifestent le même degré de sérieux que son pays aurait manifesté à leur égard. Il exige, dans la foulée, que les bateaux de secours puissent débarquer dans d'autres ports européens et qu'une véritable «politique de relocalisation des demandeurs d'asile» soit mise en place dans les 28 pays de l'UE. Vœu qui semble irréalisable à l'heure qu'il est.

Preuve en est que l'Autriche voulait même dépêcher en début de la semaine dernière l'armée à la frontière italienne afin qu'elle fasse face à un éventuel afflux d'arrivants ! En réalité, si un plan de répartition de 100.000 migrants à travers l'Europe est adopté en septembre 2015, près de deux ans plus tard, moins de 17.000 ont effectivement été relocalisés ! Ce qui démontre le peu d'enthousiasme des dirigeants européens à traiter le mal à ses racines. La prise de conscience subite du vieux continent de l'ampleur du drame suite à la série de naufrages de bateaux en 2015 en Méditerranée n'a été, au grand dam des concernés, que trop éphémère. L'accord conclu, depuis, avec la Turquie d'Erdogan pour le renvoi de migrants n'est que de la poudre aux yeux. Pire, il a mis l'Italie dans une situation délicate, devenant ainsi le premier pays d'arrivée devant la Grèce.

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Chroniques

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Tarek Benaldjia

Tout cela provoquera des troubles importants dans l’Union européenne qui paraît aujourd’hui un havre de paix. Il n’est pas question pour Washington de détruire ce marché qui lui reste indispensable, mais de s’assurer qu’il ne se placera jamais en compétition face à lui, et de limiter son développement.

Les officiels Algériens On-t ils bien compris La « théorie du chaos » des USA avant leurs homologues Européens ?

L’Union européenne montre ici que tout ceci n’est pas la conséquence accidentelle des conflits au Moyen-Orient élargi et en Afrique, mais un objectif stratégique des États-Unis.

Le principe de cette doctrine stratégique peut être résumé ainsi : le plus simple pour piller les ressources naturelles d’un pays sur une longue période, ce n’est pas de l’occuper, mais de détruire l’État. Sans État, pas d’armée. Sans armée ennemie, aucun risque de défaite. Dès lors, le but stratégique de l’armée US et de l’alliance qu’elle dirige, OTAN, c’est exclusivement de détruire des États. Ce que deviennent les populations concernées n’est pas le problème de Washington.

Ce projet est inconcevable pour les algériens qui, depuis les années 1990, Les guerres d’Afghanistan, d’Irak de Libye et de la Syrie qui ont déjà coûté la vie à plus de 10 millions de personnes, ont été convaincus qu’il est nécessaire de renoncer à certaines libertés, voire même d’accepter un État tyrannique, plutôt que d’être plongé dans le chaos.