Alphabet amazigh : un code utilisé par Ahmed Bey pour ses courriers secrets

Le code utilisé par Ahmed Bey dans ses correspondances secrètes.
Le code utilisé par Ahmed Bey dans ses correspondances secrètes.

Ce code (1) comportait trente signes qui traduisaient tout l’alphabet arabe (28 lettres), plus deux articles. Hadj Ahmed Bey l’avait utilisé dans ses correspondances avec Hamdan Khodja, homme d’affaires et grande figure politique, qui avait plaidé la cause du Bey à Paris, et à Istanbul.

Les signes utilisés avaient été empruntés, pour une grande partie, à l’alphabet Amazigh, ce qui prouve que le Beylik de Constantine (Cirta de l’antiquité), connaissait la langue pratiquée par nos premiers ancêtres.

C’est à la suite de l’interception de quelques-unes de ces correspondances que les colonisateurs découvrirent que l’alphabet Amazigh était encore utilisé. (2)

La revalorisation de la culture amazighe est une revendication nationale à laquelle j’adhère pleinement. Toutefois je ne suis pas d’accord avec ceux qui veulent utiliser l’alphabet latin pour écrire la première langue pratiquée dans notre pays. Le prétexte “d’ouverture” sur le monde extérieur n’est pas admissible, car cela suppose que l’on changera d’alphabet à chaque fois qu’une civilisation l’emportera sur une autre. Où serait l’identité culturelle ?

A mon avis, il n’y a que deux possibilités :

  1. Réutiliser l’alphabet original, en faisant de nouvelles recherches pour le compléter.
  2. Utiliser l’alphabet arabe comme cela s’est déjà fait à l’époque des Almoravides et des Almohades, dynasties berbères. (3)

Abdelkrim Badjadja

Renvoi

(1) Extrait de mon livre "La Bataille de Constantine 1836-1837", Edilivre, Paris 2011, pp 142-143.

(2) Voir à ce sujet : Carette (M.E.) “Algérie” paru en 1848, réédité par Bouslama, Tunis, 1980 ; se référer aux pages 94 - 95 et 96, où sont décrites les péripéties de la “découverte” de l’alphabet libyque ancien en 1631, en 1822, et au début de la période coloniale.

(3) Carette avait constaté dans les années 1840 que l’alphabet arabe servait également pour l’écriture du berbère, en lieu et place de l’alphabet amazigh originel.

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (57) | Réagir ?

avatar
Sherman Sherman

Ya dada Badjadja

C'est toi qui a cherché des histoires aux autres en ne les respectant pas et tu es étonné des réponses des gens que tu insultes ! Comme tu as vécu en Algérie, tu dois savoir que la langue et la culture berbère ont été..... pendant 50 ans (moi je dirais que çà remonte en 1947 avec "la question berbère") .... étouffées, non reconnues et non respectées par les gouvernement s successifs FLNo/DRS au nom d'une idéologie arabo-musulmane exclusive ! La réaction de certains internautes n'est qu'une colère légitime qui s'est manifestée ! A force de trop tirer sur la corde, çà casse !

Comme à tes habitudes, tu dégoupilles la grenade et tu te débines ! Et tu veux nous apprendre le courage et la bravoure !!

PS : tu as été déporté au Sud, torturé par le DRS et la SM et ces actes barbares du régime (... que tu as servi un moment quand même.), je les condamne fermement évidemment et je pense que la majorité des internautes du matin. dz aussi ! Tu aurais pu avoir une compassion, un soutien ou une solidarité sincère des kabyles, mais tu as gâché le schmilblick par des propos malheureux et maladroits. Le malheur c'est que ce n'est pas la première fois que tu commets ces propos puisque je te connaissais très, très bien sur les forums algériens !!! On te perd de vue à force de changer de forum mais dès que tu montres le bout du nez.. c'est toujours avec un reproche... aux kabyles. Et tu as toujours le culot de terminer par un commentaire du genre : "heureusement, qu'il y a les bons kabyles dociles et les mauvais kabyles racistes !!

Allez bonne chance quand même pour ta route ya dada Abdelkrim et nous on va essayer de dégoupiller ta grenade entre nous algériens, en prenant quand même la précaution de ne pas nous exploser au visage !!!

avatar
Abdelkrim Badjadja

J’invite les “courageux anonymes” qui insultent le simple citoyen que je suis sous le masque de bouchekara, alors que ce citoyen ne peut en aucune façon leur faire le moindre mal, à visionner cette vidéo où je dénonce les magouilles de la sécurité militaire en me présentant physiquement avec nom, prénom, et fonction. Cette vidéo a été enregistrée en février 1987, à Bordj Omar Driss, au milieu du Sahara, où j’avais été déporté. C’est ma dernière intervention, avec un mot final : les vrais kabyles sont des hommes qui ne s’abaissent pas aux insultes de bas niveau pour défendre leurs idées. Vous êtes loin de ressembler à un kabyle courageux et digne tel Mokrane Ait Larbi à ma droite sur la vidéo. Vous n’êtes que des lâches !

Enlevé par la sécurité militaire le 22 novembre 1986...

http://www. youtube. com/watch?v=Gh7t-PF3Sdc

visualisation: 2 / 50