Sale temps pour Bouteflika

Malade, âgé de 77 ans, et coupé de la société, Bouteflika risque d'entraîner le pays dans une situation de troubles.
Malade, âgé de 77 ans, et coupé de la société, Bouteflika risque d'entraîner le pays dans une situation de troubles.

Eu égard au blocage institutionnel et au réveil citoyen, tout laisse présager des mois à venir particulièrement troubles et pleins de rebondissements.

La victoire "éclatante" d'Abdelaziz Bouteflika à la parodie d'élection présidentielle du 17 avril 2014, montée par le gouvernement Sellal, a vite cédé la place à une série d'événements, qui laissent présager un mandat difficile, à la fois pour Bouteflika, qui n'a pas les moyens physique et mental ni la crédibilité interne et externe nécessaires pour faire face aux défis majeurs qui attendent le pays et pour le peuple algérien, dont la conscience à été brutalement violée et l'honneur bafoué par les aventuriers du clan présidentiel qui lui ont imposé leur candidat malgré toutes ses tares.

Parmi ces faits inquiétants , nous avons relevé, entre autres :
- La recrudescence du terrorisme islamiste, notamment l'agression sanglante subie le lendemain de cette mascarade par un convoi de l'ANP, près de Tizi Ouzou ;
- La répression féroce par la Police, la veille de l'élection présidentielle, à Alger, des manifestants pacifiques du Mouvement "barakat" et de ceux , qui célébraient, le 20 Avril 2014, le 34ème anniversaire du printemps kabyle, dans les wilayas de Tizi Ouzou, Béjaïa et Bouira ;
- La publication d'un "Livre blanc" ou noir de Benflis sur la fraude massive et généralisée, qui aurait eu lieu durant l"élection présidentielle du 17 Avril 2014 ;
- Le rassemblement de l'opposition autour des boycotteurs et de Benflis, qui se considère comme le véritable vainqueur de "l'élection" présidentielle du 17 Avril 2014 et s'autoproclame "Président de la République", reconnu, à travers tout le territoire national, par ses centaines de milliers de partisans, qui déclarent ne pas reconnaitre Abdelaziz Bouteflika comme Président de la République ;
- Le mandat d'arrêt international rouge lancé par Interpol contre Farid Bédjaoui, donc contre Chakib Khelil et consorts, recherchés par les Polices des 199 pays membres d'Interpol.

Décidément, comme son catastrophique 3ème mandat, obtenu dans les conditions honteuses que l'on sait, le 4ème mandat de Bouteflika commence vraiment mal ! "Bien mal acquis ne profite jamais ". A la veille de la cérémonie de prestation de serment de Bouteflika, il est peut être utile de rappeler aux uns et aux autres que les idéaux et serments trahis se vengent.

Rabah Toubal

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
bachir annabi

ils paieront tous tu premier au dernier dieu ne leur appartient pas il seront jugés par qui de droit la suite nous le dira

avatar
sarah sadim

Bouteflika cherche le paradis ici et ailleurs, il aura l'enfer et pour lui et les siens. Dans la nature des choses, une forfaiture contre son peuple et son pays aura des réponses innatendues, imprévisibles et d'origines inconnues.

Le compte à rebours a commencé et cette fois il n'y a plus de cinquieme mandat, bien au contraire, Fakhamatouhou, d'une maniere ou d'une autre ne terminera meme pas la moitié de ce quatrieme et guignolesque mandat, il le sait et son groupe de voyous le sait aussi.

La surprise sera stupéfiante, mais d'abord jouissant un peu de la guerre qui éclate au sein de son propre clan, il vont se bouffer entre eux comme du temps de Ben Bella un autre illustre usurpateur Marocain déguisé en Algérien.

visualisation: 2 / 4