Lynchage de Kabyles par des policiers à Tizi-Wezzu (Vidéo)

Des policiers qui s'acharnent sur un jeune manifestant par terre et sans doute inanimé.
Des policiers qui s'acharnent sur un jeune manifestant par terre et sans doute inanimé.

Révoltant ! Voici la preuve des exactions bestiales de policiers algériens perpétrées sur de jeunes Kabyles lors de la manifestation pacifique du 20 avril à Tizi-Ouzou pour la double commémoration du printemps berbère (amazigh) de 1980 et du printemps noir de 2001.

Dans cette vidéo tournée ce dimanche 20 avril 2014 vers 17h30 (GMT+0), une dizaine de jeunes manifestants kabyles dont le seul tort est de manifester pacifiquement pour rendre hommage aux martyrs des printemps kabyles, se font tabasser, matraquer, gifler et passer à tabac par des groupes de policiers algériens dont la rage et le zèle ne peuvent expliquer à eux-seuls un comportement aussi passible de tribunaux.

L'on reconnait bien là la tactique des forces de répression algériennes : chaque manifestant est rapidement interpellé par au moins trois policiers. Bouaziz Ait Chebib, cadre au MAK, a été blessé à la jambe par ces mêmes policiers qui l'ont ciblé lors des émeutes qui ont éclaté suite à l'interdiction de la marche de Tizi-Ouzou. 

Excités et particulièrement remontés des policiers anti-émeutes en tenue réglementaire des forces de sécurité algériennes et d'autres en civil (cf ci-dessous le policier en chemise à carreaux et celui en blouson noir tirant la victime), distribuent des coups à satiété aux Kabyles, dont Jugurtha, un militant du MAK, gisant sur la route, torse nu, immobile, évanoui pour ce qu'il paraît à moins qu'il ne soit déjà tué, sans pitié, un policier en uniforme lui assène un violent coup de pied dans le ventre, avant que deux policiers en civil ne le traînent à bout de bras, sa tête raclant le bitume... pour certainement le cacher des regards et le faire disparaître dans leur engin garé non loin de là.

Ce lynchage s'est déroulé à Tizi-Ouzou, à la cité Boudiaf - 2000 logements, devant le laboratoire de radiologie "Yaker" dont on distingue bien la façade à 22 secondes du début de la vidéo, on y voit notamment l'espace "parking" à droite et le commissariat de police est tout proche de cet endroit.

Par cette violence à l'occasion d'une date phare de l'existence du peuple kabyle manifestant pacifiquement depuis 34 ans pour rendre hommage aux siens qui s'étaient sacrifié pour la liberté, la démocratie et la laïcité et la survie de sa langue et de sa culture, le clan de Bouteflika ont mis à exécution leur menace pour punir les Kabyles pour les avoir chassés de Kabylie lors de la campagne présidentielle et boycotté les urnes le jour du vote. Amara Benyounes, le plus honni des préposés à l’animation

Avec Siwel

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (24) | Réagir ?

avatar
kamel benzine

La Kabylie a vécu sans la gendarmerie comme on est prêt à faire sortir ces chiens c. r. s de la kabylie. Il faut aller vers une désobéissance civile contre ces zélés et les enfants du voyous de hamel qui est un homosexuel marocain a la tête d une instution algérien. avec cette haine état algérien vers la Kabylie sera le moment que les kabyles rejoindre le mouvement ou même la cession de la Kabylie et de crer un état kabyle ou la justice sera la 1 instution forte. on a pas besoin du pétrole ni gaz, on a besoin d'une justice en service du peuple.

avatar
sarah sadim

« Des agents qui surgissent dans le champ de la caméra, juste pour le plaisir d’assener coups de poing et coups de pied à la tête et dans le dos de personnes déjà arrêtées et empoignées. L’un d’eux s’acharne à coups de botte sur un jeune homme inerte, avant que d’autres ne viennent le traîner sans même jeter un regard sur “leur prise” pour s’assurer de son état…Certains accourent uniquement pour cogner, pour ensuite se déporter vers une autre proie qui passe, colletée par des collègues... »

Par : M Hammouche/Liberté quotdien

Cet extrait d’un édito de presse : QUE Je souhaite partager avec les lecteurs du Matin, résume clairement l’action fascisante de la police du Général Hamel, parmi les plus zélés des généraux du clan de Bouteflika, tous originaires de la wilaya de Tlemcen avec cependant la précision nécessaire, tous d’origine Marocaine.

Seulement, des individus portant la tenue de police sont ils véritablement Policiers ? La réponse aurait due etre contenue dans le communiqué de la DGSN qui affirment avoir suspendus cinq policiers, comme ceux d’une seule main…. L’autre main invisible et pouvant demain mettre la tenue de gendarmes, qui est elle ?

L’ATTAQUE DU PETIT CONVOI DE MILITAIRES, par qui, de vrais « Tangos » ou ceux des offres spéciales ?

Des histoires de contes horribles à faire peur à des enfants déboussolés, que l’armée des actifs utilisent jusqu’à la mort, ces petits venus de toute l’algérie surnomés « Appellés » mis face à des tueurs professionnels recrutés dans le sillage des élections présidentielles, au cas ou ca tournerait mal pour le fakhamatouhou.

Simplement dit, ce sont des Milices du Clan, ayant toutes les tenues et toutes les couvertures, la dérive commence, mais cette fois à la veille de la réapparition d’autres « Seigneurs de la guerre », ca ne va pas s’arréter là, cela n’est qu’un début, d’un jeu auquel le clan au pouvoir sera lui-même la premiere victime.

Quand aux dits partis d’opposition, ligues des droits de l’homme, société civile et autres ONG vous pouvez toujours condamner et là demeure votre role malsain. Car une plainte ailleurs dans le monde n’a été déposé à ce jour contre la police, ses dirigeants et ses procureurs (car la police est sous l’autorité des parquets dans la loi encore en vigueur en algérie), et encore moins auprés du frére de Fakhamatouhou.

Allez y éplucher un peu les faits et fourrez vos nez dans ce merdier, et, là vous comprendrez que »la vérité est ailleurs », allez ouste y en a marre de ce cloaque qu’est devenue :L’Algérie de Bouteflika.

visualisation: 2 / 22