Maison d'édition à Alger cherche prospecteurs commerciaux spécialisés dans la publicité. Expérience souhaitée. Envoyer CV à : prospectedition@yahoo.fr

"Charlie Hebdo" se convertit au commerce du blasphème

Par opportunisme, Charlie herbo jette récidive d'impertinence.
Par opportunisme, Charlie herbo jette récidive d'impertinence.

Charlie Hebdo, un journal français satirique, habitué des scoops scandaleux, dont il fait sa ligne éditoriale, publie ce mercredi 19 septembre des caricatures sur le prophète Mohamed. Une opération purement commerciale.

Profitant de la crise qui secoue actuellement le monde musulman après l’affaire du film Innocence of Muslims, il espère ainsi faire gratuitement de la publicité à son canard en constante baisse de popularité depuis quelque temps. Surtout depuis le désaveux de son génie de caricaturiste Siné, qui l’a quitté en dénonçant son manque de professionnalisme, par sa soumission a des lobbys politiques et financiers puissants. Notamment, sa soumission et sa compromission avec le clan de l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy. Siné continue d’ailleurs de rayonner de plus belle par son travail, dont il donnait récemment énormément de bonheur aux visiteurs qui sont venus à la fête de l’Humanité, qui vient d’avoir lieu les 14, 15 et 16 septembre. Charlie Hebdo espère donc par cette affaire publicitaire et commerciale inespérée renflouer sa caisse et remonter sa cote de popularité.

L’argument ici de la liberté d’expression ne peut pas tenir la route, car il enfreint une certaine déontologie de la presse, qui consiste à témoigner de l’injustice, des violations des droits de l’homme et de toutes les libertés dans le monde, y compris celle de la liberté d’expression. En s’attaquant à la personne du prophète Mohamed en ces moments troubles, il ne fait qu’exacerber la colère des masses musulmanes contre l’occident et renforcer son identification comme un ennemi acharné de l’Islam. Par cette action, ces caricatures, pas seulement n’aideront pas les musulmans à s’émanciper des aliénations nombreuses dues à l’emprise de la religion sur la société, mais vont plutôt renforcer le repli sur soi par une réaction de défense naturelle. Cette résultante sert en définitive, comme une aubaine, les théocrates, les dictateurs et les derniers parvenus au pouvoir sous la dénomination d’"islamistes modérés", qui vont renflouer à leur tour les urnes aux prochaines élections et sévir à leur aise contre leurs peuples, en les privant de tous leurs droits civils et de toutes les libertés fondamentales et bien évidemment de leur droit à la liberté d’expression. Paradoxalement, cette action au lieu de servir la liberté d’expression, elle vient plutôt la desservir.

La violation de la déontologie de la presse est d’autant plus flagrante ici, parce qu’il rajoute de l’oppression contre les masses arabes, en les blessant dans leur amour-propre, en s’attaquant maladroitement à leur croyance, dans laquelle ils sont maintenus par la force de la coercition et de la violence. Au lieu de dénoncer leurs oppresseurs, qui usent de l’instrumentalisation de l’idéologie religieuse pour les priver de tous leurs droits. Faire preuve de liberté d’expression et de respect de la déontologie de la presse, consisterait dans ce cas à dénoncer l’archaïsme des théocraties. Dénoncer les républiques de façade, comme celle de l’Algérie, qui fonctionnent comme des théocraties, avec le créationnisme comme fondement de l’éducation nationale, la charia comme source d’inspiration de la loi fondamentale et la persécution des blasphémateurs et des partis politiques progressistes et laïcs porteurs de discours émancipateurs pour leurs peuples.

La déontologie de la presse et la liberté d’expression devraient inspirer plutôt ses auteurs à dénoncer les détournements de biens acquis sur le compte de l’instrumentalisation religieuse en privant les populations musulmanes de leurs droits sociaux. De dénoncer inlassablement le réinvestissent de ces biens mal acquis dans leurs pays en provenance de pays despotiques comme l’Algérie. Dénoncer surtout, par devoir en tant que "citoyens libres" dans des "pays libres", la complicité et l’indifférence de leurs pouvoirs publics dans le cautionnement et la complicité avec ces pouvoirs despotiques.

Youcef Benzatat

Commentaires (43) | Réagir ?

avatar
samy iris

Non Charlie

Je ne suis pas d’accord avec vous et me battrai toute ma vie s’il le faut pour que vous ne puissiez pas, sous couvert de liberté, fouler au pied le sens de toute transcendance. Pour vous c’est la liberté qui transcende… pour eux, c’est la transcendance qui libère !

Non Charlie

Au nom de la liberté d’expression, ce n’est pas votre vie que vous mettez en jeu mais la vie d’autrui…

Y avez-vous songé un tant soit peu ? À vos compatriotes au Caire, à Tunis, ou à Tripoli ? Qui n’auront bientôt plus l’occasion de vous lire…

Non Charlie

Votre caricature est une injure pour toute personne qui a deux grammes d’intelligence et un minimum de connaissance de l’état des lieux, des forces en présence et du désir de vengeance auquel vous venez de donner naissance.

Non Charlie

On n’a pas le droit de s’octroyer tous les droits, d’offenser et de défoncer les gens dans ce qu’ils ont de plus sacré : l’objet de leur Foi ou de leur désarroi.

Non Charlie

Il n’y a pas que la liberté… il y aussi le secret qui rime avec le plus grand respect que l’on doit à tous ceux avec lesquels nous désirons vivre et mourir en paix.

Non Charlie

Je sais que vous savez ce que tout le monde sait : que toute mauvaise cause entraine les pires effets … des innocents vont devoir payer votre petite liberté de libre penseur sans un brin de responsabilité.

Non Charlie

On n’a pas le droit de toucher au prophète quand on veut se payer des têtes. Si les islamistes ne vous reviennent pas… il faut aller le leur dire en face, sans violer avec vos sombres desseins, leur religion et leur trace.

Non Charlie

Ne parlez plus de liberté d’expression… mais de valeurs et d’échelle de valeurs.

Et sur cette échelle il est, semble-t-il important de vous rappeler que la liberté de conscience est première. On n’est pas obligé de l’honorer certes, mais on n’a pas le droit de la déshonorer.

Non Charlie

Votre caricature n’est qu’une imposture.

De plus, c’est du marketing qui va couter la vie à tous ceux qui croient qu’on peut rire de tout et avec tout le monde. C’est une déclaration de guerre… guerre de religion dont aucune libre expression au monde ne peut être fière.

Non Charlie

Si l’offense est l’expression de votre liberté, admettez alors, la violence, comme expression de leur liberté ! Échange de mauvais procédés.

Non, ne dites pas “mais” ! Assumez…

Charlie Hebdo : Tous unis dans la haine. Fachos du monde entier, unissez-vous pour du fric !

-6
avatar
Notproud 27/09/2012 18:55:28

Moi président....

Moi président....

Moi président .....

Moi president......

Bla...bla....bla....bla.... vous n'avez pas atteint le score de Flamby ! il vous reste du chemin à faire....! courage ! vous y arriverez bien un jour..!.

avatar
Daamghar .

L'intelligentsia et le simple lambda de cette humanité aux mille facettes ont ignoré "L'innocence des musulmans" et les caricatures de "Charlie Hebdo" jusqu’à ce que des musulmans sortent dans les rues et manifestent dans les expressions qui leurs sont habituelles : Le saccage de tout ce qui est occidental. Les causes de leur outrage étant catalogué par tout le monde dans les bassesses commerciales et provocatrices, ce violent et meurtrier mécontentement n’a fait que conforter les auteurs de cette « mascarade » que les « insultés » auraient dû ignorer ou y répondre par le rire. Et les auteurs de ces « blasphèmes », eux, certainement, sont en train de rigoler en se disant qu’effectivement: Les plus basses insultes ne touchent que les êtres insignifiants.

visualisation: 2 / 27

À lire aussi

Plus d'articles de : Algérie-France