Algérie-France : la guerre des archives se poursuit

Des milliers de documents d'archives sont détenus en France.
Des milliers de documents d'archives sont détenus en France.

Près de 600 tonnes d’archives ont été transférées vers la France en 1962

200 000 boites d’archives contenant d’inestimables documents sur la période coloniale ont été transférées clandestinement par les autorités françaises d’Algérie vers la France entre 1961 et 1962. Ces archives concernent tous les aspects de la vie en Algérie, notamment la vie politique, administrative, sociale et économique durant la période coloniale.

Grande fut la surprise pour le jeune archiviste Abdelkrim Badjadja au moment où il découvrit en 1974 un trésor inestimable laissé par omission par les autorités françaises. Ces derniers ne savaient pas qu’ils ont laissé derrière eux des archives d’une très grande valeur qui serviront par la suite lors des négociations entre Alger et Paris pour la restitution des archives à l’Algérie. Ces archives témoigneront pour toujours de tous les crimes commis par la France durant sa présence en Algérie.

Abdelkrim Badjadja venait tout juste de terminer ses études universitaires lorsqu’on lui a confié en 1974 la responsabilité de gérer le Centre régional des archives de Constantine. En fouillant et feuilletant les archives concernant la gestion du centre durant l’ère coloniale, il est tombé sur des listes détaillées de toutes les archives tous les documents portant sur toute la région Est du pays qui ont été transférées clandestinement vers la France entre 1961 et 1962. Ces preuves inestimables ont été laissées par omission par le responsable français des archives de Constantine, André Berthier.

Ces archives et documents précieux donnent des informations précises sur toutes les opérations de transferts secrets et rapides de 200 000 boîtes d’archives, soit quelque 600 tonnes d’archives transférées vers la France durant les dernières années de la guerre. Ces documents trouvés donnent même les noms des chauffeurs et les numéros des camions militaires au bord desquels ont été transportées ces archives. Ces données ont beaucoup aidé l’Algérie dans ses négociations avec la France pour la restitution des archives algériennes.

Pour rappel, les négociations pour la restitution de la mémoire collective du peuple algérien ont commencé dès le début des années 1980 et durent encore à ce jour. Les archives demandées par l’Algérie concernent tous les aspects de la vie en Algérie, notamment la vie politique, administrative, sociale et économique durant la période coloniale. La plus grande partie de ces archives a été transférée au Centre des archives d’Aix-en-Provence en France. L’Algérie a entamé des négociations au lendemain de l’indépendance avec la France pour la restitution des archives datant de la période coloniale. Mais ce n’est qu’au début des années 1980 que la France accepte pour la première fois d’entamer des négociations officielles au sujet de la restitution de ces archives transférées en France.

Les négociations ont duré une très longue période et durent encore. Sur les 600 tonnes (200 000 boîtes d’archives), la partie française ne reconnaît que 53 000 boites. Malgré cela, l’Algérie n’a pu reprendre jusqu’à maintenant qu’une partie infime de ces archives. En premier temps, l’Algérie a reçu en 1968 quelque 386 registres repartis sur 36 boîtes d’archives. La deuxième fois la France a remis à l’Algérie en 1974 14 000 documents repartis sur 153 boîtes d’archives. En troisième période, l’Algérie a reçu en 1981 des archives sur la période ottomane. Il s’agit de 133 registres répartis sur 15 boîtes d’archives.

Abdelkrim Badjadja, consultant en Archivistique

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (13) | Réagir ?

avatar
wahab benidir

Avec les archives et leurs consultattions nous aurons un sèisme de 10 sur l'échelle de Richter et le degré 12 sur l'échelle MSK - Dèjà... rien qu'avec des tèmoins occulaires nous avons (par milliers) nos faux moudjahidines, nos fameux magistrats (affaire Mellouk), nos faux fils de chouhadas, nos fausses veuves de chouhadas, nos faux algériens, ..... alors avec ces fameuses archives nous aurons la totale - Elles sont réclamées pour être détruites tout simplement ou dans la mesure du possible maquillées comme l'a été la fameuse liste transmise par les douanes espagnoles.

avatar
amazigh zouvaligh

Jamais la France ne mettra entre les mains d'authentiques algériens les archives 1954-1962 si non ils perdront l’Algérie, cette dernière est toujours sous sa tutelle!la pseudo indépendance de 1962, n'est qu'une formalité administrative, et le colon blanc aux yeux bleus est remplacé par le basané inculte, et prêt à tuer sa mère pour faire plaisir à ses chefs!

visualisation: 2 / 11