Au coeur de l'Etat-DRS avec Mohamed Sifaoui

Mots clés : , , , , , , , , ,

Par Le Matin DZ | 02/01/2012 06:49:00 | 22818 lecture(s) | Réactions (24)

Mohamed Sifaoui publiera le 19 janvier prochain son livre : "Histoire secrète de l’Algérie indépendante : l’État-DRS" chez Nouveau Monde éditions. Nous l’avons rencontré pour les lecteurs du Matindz. Objectif ? En savoir un peu plus sur cet autre ouvrage consacré au régime algérien.

Mohamed Sifaoui Mohamed Sifaoui

Le Matindz : Moins d’une année après votre livre "Bouteflika, ses parrains et ses larbins", vous publiez, le 19 janvier prochain aux éditions Nouveau Monde, un livre enquête sur le DRS, les services de renseignement algériens. Comment avez-vous pu enquêter sur une telle structure alors que nous savons qu’il s’agit de l’un des services les plus opaques au monde ?

Mohamed Sifaoui : En vérité, mon enquête n’a pas porté spécifiquement sur le DRS. Il y a de cela quatre ans, lorsque j’ai commencé à comprendre qu’Abdelaziz Bouteflika allait, avec le soutien du général Mohamed Mediène et les hauts officiers de l’armée, briguer un troisième mandat, malgré ses échecs et l’état de déliquescence du pays, j’ai décidé d’abord d’exprimer clairement ma position devant un pouvoir qui continue de s’approprier les rênes du pays de manière antidémocratique, donc illégitime et ensuite de faire mon travail de journaliste et d’informer les Algériens et l’opinion internationale sur la réalité de ce régime qui, depuis l’indépendance, n’a eu de cesse d’avoir recours au bricolage et à la manipulation pour pérenniser un système à la fois archaïque, incompétent, mais, également, de plus en plus, corrompu qui est incontestablement, par son incapacité à construite un État moderne, générateur d’islamisme, d’intolérance et de terrorisme. J’ai donc décidé de rencontrer et d’interviewer, de manière formelle ou informelle, des responsables et des cadres algériens, civils et militaires, des observateurs étrangers et des diplomates, enfin tous ceux qui étaient susceptibles de m’apporter des éléments d’un puzzle qu’il me fallait essayer de reconstituer. J’ai engagé ce travail, à vrai dire, avec un regard neuf. Il fallait revisiter également les travaux des historiens sérieux et faire parler tous ceux qui avaient des éléments à communiquer sur différents segments de l’histoire algérienne ou plus particulièrement sur l’histoire du pouvoir algérien.

Au cours de cette longue investigation, j’ai pu rencontrer quelques officiers du DRS, certains à la retraite et d’autres en activité. Ils m’ont parlé sous couvert de l’anonymat. Ce qui m’a frappé, c’est que de plus en plus de cadres des services, connus pourtant pour leur mutisme et leur discrétion, se sont progressivement mis, depuis 2008, à exprimer un certain mécontentement. J’ai senti, chez plusieurs d’entre eux, parfois de la déception et d’autre fois de l’amertume au regard des choix qui ont été ceux de la haute hiérarchie et qui, à l’évidence, sont loin de faire l’unanimité. Leurs témoignages sont importants et je les juge très crédibles, car contrairement à certains officiers ayant fait, notamment durant les années 1990, de pseudo "révélations fracassantes", ceux que j’ai interviewés n’ont d’une part, aucune sympathie pour l’islam politique et ne pourrons donc être traités d’islamistes, d’autre part, ils n’ont pas déserté à la suite d’une sanction, d’une frustration ou d’un différend avec un supérieur, comme ce fut le cas avec certains "dissidents" s’étant déjà exprimés et ne sont pas dans une démarche d’aigris avec une logique de "tous pourris". Ils m’ont d’ailleurs livré de graves informations que j’ai pu souvent recouper tantôt auprès de sources algériennes tantôt grâce à l’aide de quelques sources occidentales.

Justement que vous ont-ils révélé ?

Disons d’abord que le livre revient sur l’omniprésence des services dans la chose politique depuis leur création par Abdelhafid Boussouf en 1956. J’ai essayé de comprendre les différentes périodes : avant l’indépendance et ensuite la Sécurité militaire sous Ben Bella, Boumediène, Chadli enfin jusqu’à aujourd’hui. Les choses les plus intéressantes concernent, par exemple, les détails que j’ai pu recueillir à propos de trois crimes politiques : ceux ayant visé Khider, Krim et Mecili. J’ose espérer que ces nouveaux éléments complèteront ce que les Algériens savent déjà. Ensuite des faits beaucoup plus récents notamment à propos de l’assassinat de Mohamed Boudiaf et de la mort des moines de Tibhirine. Enfin, à propos du parcours et de la personnalité du général Mohamed Mediène alias Toufik, j’ai appris également beaucoup de choses.

Ne craignez-vous pas qu’on vous accuse d’alimenter la thèse du "qui tue qui ?"

Pour fuir ses responsabilités, le pouvoir algérien et, singulièrement le DRS, dispose, en effet, de relais pour diaboliser tous ceux qui mettent le doigt sur les affaires qui le gênent. Oui je sais qu’on va m’accuser, peut-être y compris d’avoir assassiné Kennedy, je n’ignore pas non plus qu’on va mettre à contribution certains torchons, notamment un s’exprimant en langue arabe, pour crier au complot etc. J’ai fait souvent l’objet d’attaques de la part des islamistes quand je réalisais mes enquêtes pour montrer le caractère nihiliste des tenants de l’islam politique, je suis par conséquent habitué aux attaques. Quand on fait de l’investigation, on se fait forcément des ennemis puisqu’on touche à des sujets très sensibles, mais il fait assumer. Je pense que les lecteurs et les Algériens ne sont pas dupes.

Je pense par ailleurs que le rôle d’un journaliste algérien aujourd’hui n’est pas de se soucier des conséquences d’un travail effectué, dans mon cas, quoi qu’on puisse en dire et en penser, avec sérieux et conscience, mais de penser avant tout à l’impérieuse nécessité de faire prendre conscience à une population trahie que ce régime qui n’a cessé de violer tout un pays va mener l’Algérie à la catastrophe. À la veille d’échéances importantes et dans un contexte compliqué, les citoyens doivent disposer d’un maximum d’informations. À eux ensuite de décider s’ils doivent continuer à applaudir ce système où le combattre de manière démocratique.

Je vais encore aller plus loin, et je l’ai précisé en introduction de mon livre, je délivre des informations qui contredisent y compris des thèses que j’ai moi-même défendu par le passé, car ne possédant pas les informations que je détiens aujourd’hui. C’est l’une des raisons qui m’a poussé d’ailleurs à adresser une lettre ouverte au général à la retraite Khaled Nezzar pour lui dire tout simplement : Monsieur, vous êtes un menteur !

Je l’avais rencontré en 2002 et il m’avait alors juré la main sur le cœur, presque la larme à l’œil que les généraux étaient tous innocents. J’ai eu la naïveté de le croire. Ce fut une faute, probablement. Aujourd’hui, au regard des éléments que j’ai pu recueillir, je ne suis pas certain que certains généraux trouvent facilement le sommeil, je pense notamment à Khaled Nezzar, à Mohamed Mediène, à Kamel Abderrahmane, à Bachir Tartag et enfin à Djebbar M’henna, pour ne citer qu’eux. Les deux autres vers lesquels plusieurs témoins ont pointé l’index sont aujourd’hui décédés. Il s’agit de Smaïl Lamari et de Larbi Belkheïr. Pêle-mêle, ce sont, j’en suis aujourd’hui convaincu, les officiers qui, à des degrés divers, sont largement responsables de la situation. Par leur choix, par un cynisme parfois meurtrier, par leur volonté de sauver un système moribond et par leur incompétence, ils ont fait prendre au pays trois décennies de retard. Il ne s’agit pas de dédouaner les terroristes ou de nier la dangerosité des défenseurs de l’État théocratique, mais il va sans dire que les islamistes n’auraient jamais essaimé à ce point en Algérie si ce pouvoir, ou certains responsables ayant servi ce pouvoir, n’avaient pas, à travers des choix surréalistes, joué avec le feu et ce, depuis l’indépendance du pays. Ce régime est lui-même générateur d’islamisme. Il en a fait même un allié stratégique. D’autre part, les thèses du "qui tue qui ?" et les principes défendus par le groupe dit de Sant’Egidio au milieu des années 1990 sont aujourd’hui ceux du régime. Celui qui défend le "qui tue qui ?", c’est celui qui indirectement vous dit aujourd’hui Mezrag, Hattab, Belhadjar et les autres assassins n’ont tué personne. Alors je pose la question : Qui a tué près de 200 000 Algériens ? Et pourquoi ceux qui ont ôté des vies ne sont-ils pas, outre les seconds couteaux, jugés et condamnés ? Ceux qui défendent le "qui tue qui ?" sont ceux qui ont décidé d’amnistier des terroristes et d’adopter un discours négationniste au mépris des victimes. Et j’ajouterai que le principal partisan de cette thèse est aujourd’hui un allié discret, mais un allié quand même du régime.

Lire la suite de l'entretien ici : http://www.freealgerie.com/debat-du-jour/229-au-coeur-de-letat-drs-avec-mohamed-sifaoui.html

 
4.74

S'inscrire aux flux rss des commentaires Commentaires (24 posté(s)) | Réagir ?

avatar
rabah Benali 08/01/2012 15:23:47
@ Hamid Ouazi
Bonjour, ravi de vous retrouver de nouveau. Je viens de lire votre mise au point adressée à notre co-internaute dénommé ci-dessus «Ali Benali». Je partage complètement votre irritation et colère à ce sujet. Comme vous le dites, notre bonhomme ne souhaiterait même pas laisser les lecteurs se faire leurs propres opinions sur les écrits de ce Sifaoui qui semblent sérieusement lui poser problème. Sifaoui, courageux journaliste, qui ne fait qu’essayer d’informer ses lecteurs selon son savoir et ses moyens, du drame de ce pays délabré et laminé aux bords de la faillite appelé Algérie. Pays auquel ne cessent de croire des gens épris d'espoir, de justice, de paix et de savoir et qui se révoltent et se révulsent à chaque fois qu’ils lisent des aberrations de personnages égarés qui n'ont malheureusement pas les yeux en face des trous pour apercevoir et apprécier à leur juste valeur quelques bribes de vérités sur le cauchemar algérien qu' un "a3mmi Moh" Benchicou ou un Sifaoui essait de leur mettre sous le nez. Sans risque d’erreur majeure, les illuminés, genre «Ali benali – Boucetta etc.. », présent sur les forums du net ne font qu’amuser la galerie par leurs bizarres et ridicules posts, répondant ainsi à leurs maitres d’Alger qui les téléguident et les utilisent.
Au lieu de vous stresser, de vouloir vous soûler au ll’benn ou sponsoriser comme vous le dites le livre de Sifaoui à chaque fois que vous lisez une aberration de la part de ces personnages aveuglés par la bétise humaine de leurs mentors, je vous propose de vous joindre à moi et de demander aux Benchicou, Sifaoui, Sensal etc de traduire ou de faire traduire leurs écrits dans d’autres langues (arabe, anglais, espagnol, allemand etc..) D’une part, ces ouvrages traduits dans plusieurs langues pénétreront profondément dans les gandouras, tarbouches et nighabes de nos concitoyens et concitoyennes partielement arabisés. Ils stimuleront chez eux quelques neuronnes rouillées, endoctrinées et formatées aux valeurs du mal et de la négation par 50 années de mensonges et de propagande arabo – bahthiste à la sauce religieuse. D’autre part, ils éclaireront plus efficacement l’opinion internationale sur le cauchemar Algérien qui dure à présent bientôt un demi siecle. Opinion publique internationale que les caciques d'Alger redoutent comme la peste.
On peut imaginer le détresse et l’affolement général des gangsters d’Alger, de leurs sbirs et envoyés spéciaux sur le net et d’ailleurs que provoquerait la disponibilité dans les librairies de divers pays de la planète (notamment occidentales) dans différentes langues, les écrits Benchicou, Sifaoui, Sensal etc… C’est le cauchemar en personne pour les chefs de tribus et leurs relais au pouvoir à Alger.
Mes salutations les plus cordiales
Rabah Benali
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
ali benali 05/01/2012 14:20:48
Comme ses prédécesseurs qui se sont retrouvés "écrivains" malgré eux, Sifaoui commet un pamphlet qu'il nous présente comme une enquête. J'en ai lu quelques extraits et je me suis attardé sur ses scoops concernant l'assassinat de Boudiaf. Au lieu de nous donner des détails vérifiables avec documents à l'appui, il nous ressort tous les raccourcis de l'époque qu'il nous emballe sous forme de preuves : Boudiaf a été volontairement "abandonné" au lieu d'être secouru - comme si une rafale dans la nuque c'était insuffisant pour l'envoyer à six pieds sous terre-, l'ambulance porte des impacts de balles, absence de ministres à la maison de la culture, Fatiha Boudiaf croyant que son mari a été plutôt tué par un tueur planqué dans l'assistance...Et tout ça c'est un haut gradé qui le lui dit. C'est à dire qu'on reste dans les on-dit. Et puis, il n'avait pas à questionner ce "haut gradé" pour ces futilités puisque c'est dans le rapport de la commission d'enquête et dans tous les compte-rendus de la presse de l'époque. Mais la palme de la manip' reste sans conteste ce qu'on lui a raconté sur une journaliste, Hélène Bravin, qui aurait interviewé Boudiaf, mais des agents qu'elle suggérait comme étant des agents du DRS ( selon elle, ils roulaient dans une voiture neuve qui ne portait pas de plaque minéralogique ) lui auraient subtilisé la cassette de l'entretien !!! Je veux bien croire que la journaliste a été délestée du fruit de son travail, mais en quoi cela constitue-t-il une preuve de l'implication du "pouvoir" dans cet assassinat. Dans le même ordre d'idées, les lecteurs voudraient bien savoir si cette journaliste a écrit un article au sujet de cette malencontreuse aventure, et à ma connaissance aucun journal, aucun média n'a entendu parler de la mésaventure de cette journaliste, même au moment fort de la manipulation par certaines rédactions parisiennes des massacres survenus en Algérie. Je dis cela non pas pour discréditer ce journaliste, mais un travail de professionnel doit être bien "ficelé", s'il désire restaurer sa crédibilité qu'il a égarée avec ses fameux bidonnages sur le gang asiatique et autres infiltrations des milieux islamistes. Merci pour l'hospitalité de vos colonnes.
Vote Positif Vote Négatif
-2
avatar
Hamid Ouazi 05/01/2012 21:08:48
Je te laisse sur Facebook en train de taper sur Sifaoui (décidément soit tu en fais une fixation soit tu es payé pour dénigrer son livre qui doit probablement gêner tes chefs ou tes officiers traitants) et je te retrouve ici. Sur Facebook tu utilises le pseudonyme de Hocine Essaid et ici c'est Ali Benali. Tu nous prends vraiment pour des imbéciles. Arrête ta propagande. Tu utilises combien de pseudos, combien de comptes facebook ? Dis à ceux qui t'incitent à aboyer partout qu'avant eux Ben Ali, Kadhafi et Moubarak avaient utilisé les mêmes techniques. C'est un disque qu'on connaît par contre. Un journaliste a écrit un livre. Laisse nous nous faire notre propre opinion et arrête ta propagande qui produit un effet contraire. J'ai juré qu'à chaque post de toi me demandant de ne pas lire le livre de Sifaoui, j'allais acheter un livre en plus. Tu veux me ruiner ou quoi, je suis à 31 livres à cause de toi. Vois-tu tu as fait trente heureux qui vont recevoir le livre de Sifaoui en cadeau. Continue et tu feras de son livre un best seller.
Vote Positif Vote Négatif
1
avatar
ali benali 08/01/2012 11:36:36
Je ne savais pas que Sifaoui s'est payé les services d'un attaché de presse pour la promotion de son livre !
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
rabah Benali 08/01/2012 17:01:41
Je me joints et co-signe des dix doigts l'écrit ci dessus de Hamid Ouazi. Il n'est pas évident que Sifaoui ai besoin d'un attaché de presse. C'est apparement un grand garçon qui arrive à coucher lui même ses idées sur du papier et les porter à la connaissance du public qui s'interesse sincèrement au cauchemar algérien. Libre à ce public d'apprécier ou pas. Libre au lectorat de débattre ou pas.
L'honnêteté intellectuelle serait que tout un chacun n'apportant aucun élément matériel avéré, concret de contradiction aux propos du journaliste ou n'ayant pas lu ou ne possédant pas les capacités nécessaires de comprendre et d'analyser cette lecture, est de s'abstenir de s'étaller dans le contradictoire permanente et la négation gratuite de faits parfois avérés. Je serais parmis les lecteurs qui seront profondément reconnaissants à tous ceux qui soulagerons notre honteuse ignorance par l'apport de leurs précieuses connaissances sur les causes du drame que vit notre pays depuis voilà un demi siècle. Cela permettra peut-être de localiser le mal et rectifier le tir.
Nous expliquer le comment du pourquoi qui a poussé un peuple autrefois uni, farouche et jalous, fier, et généreux à s'extriper et s'auto-mutiler en éliminant en 10 années d’horreur 200 000 personnes de sa propre chair et à pousser 200 000 autres de ses forces les plus vives vers les affres de l'exil.
Qu'ils nous couchent sur papier ce qu'il savent sur le Malg - sur les généraux de l'ombre, sur les affaires scabreuses criminelles, sur ces intrépides baroudeurs qui nous on "libéré" du colonialisme mais qui en réalité on mené le pays vers l'abime de la pauvreté sous toutes ses formes et sous toutes ses coutures. (Materielle, intellectuelle, culturelle, sociale etc etc etc....) et clochardisé et humilié son peuple devenu la risé de la planète.
Celui qui doute encore sur la gabégie du clan d'Oujda, des crimes d’un Ben Bella – Boumediene etc… de l'imposture du chef de bande actuel et de sa zmala, qui renie encore le délabrement avancé du pays dans tous les domaines, qui doute du mensonge des bandes qui se sont succédé au pouvoir du pays depuis 62 , qui renie le fait de la corruption généralisée ou ne voit pas la déculturation et talibanisation du peuple d'Algérie, est soit négationiste de naissance, Khobsite affamé ou tout simplement son état relèverai d’un de cas psychiatrie primaire et complexe.
Avec ma grande considération et profond respect.
Rabah Benali
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
abdel hamid 05/01/2012 04:54:43
Un musulman qui assiste à la prière du vendredi pour espionner ses frères pour le compte de certains de ces non musulmans est un imposteur qui cherche à salir l’image de l’islam pour soit disant débusquer les intégristes en étant bien payé, comme tu l’a si bien dit en tant que musulman on ne devrait ni mentir ni faire dans la namima. Pour ma part je n’ai fait que rapportait des faits lus sur le net, ci-joint les liens confirmant mes dires, je n’oserai pas traiter quelqu’un de khorouto surtout si je ne le connais pas, je n’ai pas jugé la personne j’ai juste essayer d’avertir les lecteurs de la vrais nature de l’auteur (sifaoui) a fin qu’ils fassent eux même leurs jugement. Que dieu nous guide dans la bonne voix mon frères.
Vote Positif Vote Négatif
-3
avatar
Hamid Ouazi 05/01/2012 08:14:18
Si tu parles de ces mosquées où on vous apprend à haïr le monde entier, moi aussi je serais prêt à aller enregistrer et à filmer pour montrer aux gens comment certains de vos imams abrutissent la jeunesse y compris en occident. Que vous apprend on dans les mosquées aujourd'hui ? A aimer votre prochain ? à aider votre voisin ? à lire ? à réfléchir ? Non. On vous apprend à haïr, à dire du mal, à faire des invocations pour détruire les juifs, les chrétiens et les mécréants. On vous apprend à voiler vos femmes, vos mères, vos soeurs et même parfois vos enfants de 3 ou 4 ans. Enfin arrête de bassiner avec les "'frères" qui vont à la mosquée et qui se font espionner par Sifaoui. Il a raison, il a fait son travail de journaliste et a exposé la réalité de plusieurs de vos mosquées aux yeux du monde. Moi je lui dis bravo.
Vote Positif Vote Négatif
1
avatar
kamel benzine 04/01/2012 03:58:19
Lorsqu'on ne sait même pas la date de la création Malg ? Comment je pourrai croire à tes informations ?
Comment M. Sifaoui nous dit qu'il a approché quelques éléments des anciens services qui ont lui donné des informations, savoir que nous sommes dans un monde d'intérêts et de jalousie ; s'il a approche les anciens du Malg personne parmi eux ne va dire du bien de Toufik, car Toufik est l'unique moudjahid qui est issu l'armée de l'intérieur qui a confisqué le poste du chef au clan d'Oujda. Qui n'est pas en courant la guerre des clans entre régions dans le système algérien?
Vote Positif Vote Négatif
-3
avatar
Hamid Ouazi 04/01/2012 11:41:52
Alors simple jalousie ou mission commandée ? Au lieu de dénigrer pour dénigrer, écrivez-nous un bel ouvrage sur la SM dans lequel vous allez, sans nous intoxiquer, nous dire qui est ce Toufik.
Par ailleurs, qui a parlé de Malg ?
Vote Positif Vote Négatif
3
avatar
babel babel 03/01/2012 15:58:15
Croire ou ne pas croire Med sifaoui ! (vive la liberté de la presse) est à ce quotidien qui nous permettent de nous exprime mais les faits sont réelles après 50 années d’indépendance !
Plus vous vous approcher D’une administration, d’une commune, ou d’un édifice de l’état
Et plus-vous voyer la réalité, Tous ce money il suffi de mettre le prix c’est l’anarchie total
Comme l’affaire du clan de bouzareah pensez vous que c’est résolut avec quelle que
Interpellations mineurs qui aide qui !
Trouvez-vous ça normal ?
Vote Positif Vote Négatif
2
avatar
oziris dzeus 03/01/2012 09:09:57
Boutef dit depuis des années :"Nous avons fait des erreurs, mais on va les corriger" vous trouvez ça normale? Alors celui qui dit je me suis trompé.., j'ai cru en les paroles d'untel, j'ai changé d'avis sur...etc. Ce genre de personne doit rentrer chez lui et s’en fermé à triple tour. Quand il est question de l’intérêt de tout un peuple, il n' y a que les idiots qui changent d'avis, les imbéciles ne le font pas car ils sont imbéciles. Dans le cas de la situation de l'Algérie vaut mieux être imbécile qu'idiot. M Sifaoui apporte de l'eau au moulins des islamistes. Les islamistes sont les descendants et héritiers de la secte d'Oujda qui gouverne l'Algérie. M Sifaoui vous n'apportez rien de nouveau, ce que vous racontent vos sources est connu de tout les Algériens depuis 50 ans. A quels questions prétendez vous répondre? Les Algériens ne se posent pas des questions du genre qui est boutef? d'ou viennent les responsables algériens? Qui à été a l'origine de novembre 54? qui à volé ? qui est voleur? qui à tuer untel ? Qui à fraudé les élections? Qu'est ce qui a dans les archives français? Non ils ne se posent pas toutes ces questions car ils savent et connaissent les réponses depuis le début. les mensonges des responsables algériens ne sont gobés que par eux mêmes et ceux qui veulent bien les croire, et c'est ça le défaitisme.
Vote Positif Vote Négatif
-4
avatar
Hamid Ouazi 03/01/2012 09:26:28
@Abdel Hamid`
J'ai bien cherché sur le net et ce que tu dis est faux. Mohamed Sifaoui est journaliste depuis plusieurs années, depuis je dirais 20 ans. Je me rappelle quand je l'écoutais à la chaîne 3 et quand je lisais ses articles je crois sur Le Matin ou Le Soir, mais M. Benchicou peut nous confirmer. Ensuite ce j'ai trouvé sur Internet dit que Mohamed Sifaoui a enquêté dans des milieux extrémistes à Montréal pour le compte de Radio Canada. C'est ce que tu appelles les musulmans ?

Et voilà, preuve de ta malhonnêteté comment finit l'article de Radio Canada : à la fin de son séjour à Montréal le journaliste Mohamed Sifaoui prend soin d'apporter des nuances: « À Montréal, il y a beaucoup plus de gens qui sont intégrés à la société canadienne, qui aiment le Canada, qui aiment le Québec, que de gens qui rejettent l'Occident. Néanmoins, il ne faut pas se voiler la face, être angélique et dire que tout va bien. Non, il y a une minorité qui est en train d'essayer d'empoisonner la vie de tout le monde. »
On est bien loin de ton accusation de "dire du mal des musulmans vivant au Québec" ya Abdel Hamid Ya khoroutou. Si tu es musulman, tu devrais savoir qu'un musulman ne doit pas mentir ni dire du mal d'un autre musulman en utilisant le mensonge ni faire ce que toi et tes amis appelez la namima... Sifaoui dénonce le régime algérien et dénonce les intégristes qui utilisent la religion pour tuer, menacer et...mentir. A bon entendeur.
Et moi je signe d'un nom et d'un prénom qui sont les miens pas de pseudonyme
Vote Positif Vote Négatif
3
avatar
abdel hamid 03/01/2012 02:39:00
Bonjour, un conseil mes amis avant de juge de l’authenticité de cet article je vous invite a lire sur le net l'histoire de cet imposteur '' Mohamed Sifaoui '' il se peut que certain de ses dires soient vrais mais je vous conseille de lire avec précaution car l'auteur lui même c'est fait verer de cette institution, en fin ce je sais que ce personnage a été recruter par une télévision local au Québec, RADIO CANADA pour infiltrer une mosquée a Montréal a l'aide d'une camera caché , en assistant a la priere du vendredi et pour, a la fin dire du mal des musulman vivant au Québec, apparemment il sert l'intérêt de celui que le paye bien il a fait de même en France a bon entendeur salut.
Vote Positif Vote Négatif
-5
avatar
hachem touabi 02/01/2012 21:35:43
Je trouve que l’article est bien fait. Le livre je ne l’ai pas lu et je ne tiens pas à l’acheter non plus. J’ai du respect pour l’auteur mais il n’apporte pas du neuf pour le lecteur. Pour ma part, je vois deux noms qui reviennent; Bachir Tartag et Djebbar M’henna. Ces deux généraux avaient été précédemment cités par Saad Lounes dans un article lié à l’enlèvement des humanitaires français au Sahara Occidental. Le second point tourne autour du « qui tue qui ? » : le pacte de Sant'Egidio! Ici, le zaim de Taka céda la Kabylie aux diables! Un Kabyle se veut anti islamistes : Hocine Ait Ahmed est un Kabylo-marabout- islamiste : un mot introuvable dans le dictionnaire. Le maraboutisme a échoué : les femmes que les cheikh baisaient dans les Zaouïas, les hommes sodomisés dans les zaouïas, les biens livrés par nos mamans aux imams des zaouïas : argent liquides, argent et or, animaux domestiques… Cette période doit rester dans la conscience collective comme étant une douloureuse étape qu’il faudra pardonner pour pouvoir faire avancer le projet démocratique : Aujourd’hui les marabouts sont propriétaires de biens divers; PME, pharmacies, terrains agricoles, magasins… les Kabyles sont pauvres. Le système algérien en est responsable. La morale : Il faudra encore pardonner aux marabouts, seul moyen d’accéder à la démocratie. Marabouts et Kabyles main dans la main. Il n’y a pas d’autres issues possibles. Point. Rappelons que les zaouïas et la gendarmerie avaient toujours été le cheval de Troie du régime en Kabylie. Posons-nous quelques questions qui nous renvoient à notre petitesse :
Sadi pourra-t-il engager une action conjointement avec Hocine Ait Ahmed pour l’autonomie des régions en Algérie ? Impossible. Ferhat M’henni est-il en mesure de réunir Sadi et Hocine Ait Ahmed autour d’une table pour l’autonomie de la Kabylie ? Impossible également. Sinon, Hocine Ait Ahmed serait-il convaincant au point de faire adhérer Sadi et Ferhat dans une démarche arabiste suicidaire? Cela relève de l’utopie. Donc, le débat reste ouvert et c’est dans ce triangle des Bermudes politique qu’il faudra dégager une solution républicaine sans «Messali El Hadj », ni l’imam El mahdi…Chrétiennement votre.
Vote Positif Vote Négatif
-2
avatar
ranaferhanine bezafbezaf 03/01/2012 18:45:15
Merci monsieur pour votre article. Je n'ai absolument rien contre les marabout d'aujourd'hui mais mais j'ai bcp de réserves à l'idéologie et pratiques que les anciens marabouts ont desservi dans les villages kabyles il n'y a pas si longtemps, pour preuve je vais vous raconter ce que j'ai vu et entendu durant une nuit de veille dans une zaouia dans les annees 70. J'avais un oncle paternel qu on appelle dhadda.... qui était très versé dans les khouanes, il n'y a pas une zaouia qu'il n'a pas visitée où il n'a pas claironné ses chants -ichewiken- religieux à tel enseigne que Mon grand-père le surnomma : vou-thmenkas..il déclara faillite au magazin de Mon grand-père par deux fois. Tout le monde avait cru à la religiosite de mon oncle ....un jour qu'il allait partir avec son camion vers une zaouia avec beaucoup de provisions...j'avais insisté de partir avec lui, ma mère refusa mais en insistant mon oncle lui promis de prendre soin de moi...une fois arrivé rien de bien special mais à la nuit tombée, ils commencement leurs chants -ichewiken- avec des "danseurs" -ijedaven- hommes et femmes ensemble la grande salle etait pleine a craquer, les femmes dansaient en faisant pendre leurs belle chevelure et sautillant il arrive que parfois in homme tombe étourdit - ils choisissent ou tomber, en general les hommes font semblant de tomber sur les genoux des femmes assises par terre et tout le monde fait semblant de crier allahallahallahallah eu content tous récupère le fameux homme qui a atteint les sommet de la foi....- quand le climat était devenu très chaud, les gens tous excité, on éteignait les toutes lumières et chacun sautait dans le noir sur une femme qu il avait préalablement choisi et qui était là pour cela...... ce jour là je compris pourquoi mon grand-père appellait mon oncle : "Vou-thmenkas".
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
mustapha ouahadda 03/01/2012 03:02:45
Avec tout ce que vous dites n'est nullement injuste, mais pour mettre le livre de Mohamed Benchicou parce qu'il n'apporte rien, vous vous trompez. La charrue avant les boeufs. Lisez-le ensuite une fois lu à ce moment là vous pourriez dire qu'il n'apporte absolument rien. Ecoutes, nous avons besoin des gens qui écrivent, qui revendiquent, qui rouspètent, qui chantent, qui dansent, qui crient sinon il y aura qui puisse changer ce systeme en bien. Regardez combien de livres qui sortent en France, je dirais peut-etre des milliers. La culture en algérie perd de vitesse et c'est voulu. Ils ont choisi la gandoura et le voile au lieu de penser au savoir, à la culture, à l'économie moderne, à l'alternance politique et sortir du monde arabe. J'en suis convaincu nous en sortirons si tout cela s'applique.

mustapha from canada
Vote Positif Vote Négatif
2
avatar
bravo 02/01/2012 21:13:44
Bravo, vous avez enfin su la réalité après avoir été leurré et roulé. Mais juste que celui qui défend le "qui tu qui­­ ?" avait une longueur d'avance du faite qu'il connaissait le vrai visage du régime et bien-sur le DRS et Nezzar. On est très heureux que vous vous rendiez compte de tout ça maintenant. Je viens vous dire que le contexte de cette thèse et déjà dépassé, on est dans une autre phase et du coup je suis très déçu du fait que vous allez mettre beaucoup de temps à vous en apercevoir après bien sûr une autre enquête. Je respecte vos efforts et votre travail, juste que des fois je ne comprends rien à vos positions. Voilà si vous connaissez le vrai travail de Hatab, El Para et Zitouni dite-le. Alors qu'il n'y avaient que les "militaires" et leur soutien qui étaient contre le "qui tue qui?". Parce qu'ils savaient pourquoi. L'assassinat des moines de Tibhirine est un exemple édifiant.
Vote Positif Vote Négatif
1
avatar
blaha bahous 02/01/2012 20:05:42
mr sifaoui ,n'a t'on pas dit que "plus les hommes sont eclairés,plus ils seront libres".du moment que vous en exil,est ce qu'il ne serait pas souhaitable d'enqueter sur l'histoire de ce pays,la guerre d 'algerie,la bleuite,l'assassinat ,la marginalisation des grands leaders de la revolution,en parcourant les archives francaises,qui ne sont pas accessibles facilement,je presume.a ce moment la ,on saura que la france avait des complices en 1817,en algerie,pour la coloniser en 1830.ce peuple ,divise entre une majorite de corrompus,qui trouve son compte et une minorite de citoyens honnetes ,integres,marginalises,ne peut absolument rien faire,condamner a accepter la fatalite.pour arriver a un changement,il nous faut de l'education,le civisme,l'organisation,un comportement exemplaire quotidiennement,changer notre mentalite infectee par l'anarchie,le chacun pour soi,que ce regime pourri nous a injectes.nous devons comprendre notre passé,pour faire un pas dans le futur.comprendre que la france apres son depart a laisse derriere elle des colons algeriens pour detruire la revolution de amirouche,si l'haoues,abane ....c'est malheureux de le dire ,mais dans le sang de la majorite des algeriens le gene de la trahison,les coups bas,laruse est tres dominant.
Vote Positif Vote Négatif
-2
avatar
Raveh Aksel 02/01/2012 19:36:08
J'aime bien cette floraison de pseudo-Kabyles qui apparaissent, à chaque fois qu'un sujet coriace est proposé, cela démontre que le feu est bien là dans leurs coeurs !! Qu'il grandisse vite surtout, pour notre grand plaisir et qu'il les emporte dans les poubelles de l'histoire, le plus vite sera le mieux ! Ce journaliste fait honneur à sa profession et à cette terre qui a toujours donné, des hommes et des femmes libres !
Vote Positif Vote Négatif
2
avatar
oualid oulamara 02/01/2012 14:20:25
Dites-nous svp, vous appartenez à quel clan ? De l'est ou de l'ouest ? C'est toujours les mêmes conneries que vous répétez toujours. Nous avons besoin d'un changement, oui Messieurs, enlever toutes les racines françaises en Algérie puis ce peuple se libérera.
Vote Positif Vote Négatif
-2
avatar
khelaf hellal 02/01/2012 11:58:35
Je trouve que ce que nous dit M. Sifaoui à l'heure actuelle est trés logique et bien étayé par des arguments imparrables notamment lorsqu'il dit que le régime post-indépendance est lui- même générateur de l'islamisme politique un islamisme politique qu'il aime à chouchouter et aiguillonner au besoin selon les circonstances pour se maintenir au pouvoir. En ce qui concerne la thése du "qui-tue-qui ?" le régime est effectivement tombé de lui-même dans son propre piège en faisant la paix des braves avec des bandits et assassins notoires tout en abandonnant à leur sort des milliers de victimes endeuillées qu'il n'a pas pu défendre. L'assassinat de Boudiaf était déjà la preuve que l'ANP était infiltrée par le courant islamiste qui l'a surpassée comme une lame de fond jusqu'à perpétrer l'irréparable.
Vote Positif Vote Négatif
2
avatar
Khalida targui 02/01/2012 11:13:52
DRS, combien de fois j’entends ces lettres dans la journée, l'année 2011 c'est l'année de la DRS. Je me branche sur facebook et on me dit: attention ce site est infiltré par la DRS. Je fantasme sur ces nouvelles télés Al Aswar et Al Maghribia et on me dit: attention c'est la DRS qui est derrière pour surveiller l'opposition... J'essaye de me rassurer et de me dire que Seul Dieu est partout et pas la DRS, sans résultat. J'ai l'impression d’être dans cette série américaine Au-Delà du Réel où même mon cerveau est sous contrôle. Je zappe sur Fatafeat, là où il y a que de la bouffe mais c'est pas facile. Je salive trop sur ces crevettes et ces poissons blancs que je ne vois que dans mes rêves. La DRS aime bien nous voir accro à la parabole. Désormais le prix des démo a même baissé, chic ! Continuez à nous espionner les gars, on adore mais méfiez vous, un espion aussi peut être espionné
Vote Positif Vote Négatif
-2
avatar
Hamid Ouazi 02/01/2012 10:56:29
Je trouve cette interview très intéressante. Il faut avoir une lecture politique et sur ce point elle est top. Maintenant Oziris, votre défaitisme et votre façon de dénigrer est nulle. Sifaoui vient de marquer un but et c'est un retournée acrobatique. Moi je lui tire chapeau parce que maintenant il faut me montrer combien d'Algériens courageux et je pense aux démocrates, en Algérie ou à l'étranger, ont osé s'attaquer au cœur du système cette DRS et son Dieu tout puissant le général Tewfik et s'attaquer à l'hydre avec un discours politique construit pas avec du bla bla.
Vote Positif Vote Négatif
2
avatar
oziris dzeus 02/01/2012 08:55:37
"J’ai décidé d’informer les Algériens et l’opinion internationale sur la réalité de ce régime " écrit Sifaoui. en 2002 comme toutes les années, même les bébés nouveaux nés connaissait la réalité du régime algérien depuis qu'ils étaient fœtus. Tous ces Je ... c'est pourquoi? Et puis j'ai cru le général qui m'a juré .... . encore une autre "les citoyens doivent disposer d’un maximum d’informations" mais les citoyens ils sont la source du maximum d'informations sauf si on considère que les Algériens ce ne sont que des débiles qui gobent tout. et ce "...... briguer un troisième mandat", mais p.... tout le monde connait Boutef depuis au moins 30 ans sauf Sifaoui. Vos dires sont des insultes aux journalistes algériens tués depuis 1988 et même avant.
Vote Positif Vote Négatif
-2
total: 16 | affiché: 1 - 16
Vous devez être connecté pour poster des commentaires