Noureddine Boukrouh appelle les Algériens à la Révolution

Noureddine Boukrouh appelle les Algériens à la Révolution

INITIATIVE POLITIQUE DE M. NOUREDDINE BOUKROUH. APPEL AUX ALGÉRIENS ET ALGÉRIENNES POUR UNE RÉVOLUTION CITOYENNE PACIFIQUE. L’Algérie s’achemine lentement mais sûrement vers un tournant critique de son histoire qui peut déboucher sur son salut ou son basculement dans l’inconnu. Les deux options sont ouvertes devant elle et ont des chances égales de s’imposer, à moins qu’une puissante volonté populaire ne tranche résolument en criant : ce sera le salut !

L’ETAT DE LA NATION

Un demi-siècle après la reconquête de sa souveraineté nationale grâce à la révolution du 1er novembre 1954 déclenchée par 22 jeunes Algériens, le peuple algérien, renouvelé par l’arrivée à maturité de nouvelles générations, est en capacité de revendiquer son statut de source de tous les pouvoirs et son droit constituant que lui ont reconnu les constitutions algériennes depuis 1962 mais que ses dirigeants imposés ne lui ont jamais permis d’exercer.

L’Algérie est devenue indépendante sans savoir ce qu’elle allait faire de son indépendance, sans répondre à des questions fondamentales comme celle de l’identité, sans impliquer le peuple et ses élites éclairées dans la prise de décision à travers des institutions véritablement démocratiques et opérationnelles. Elle fut soumise pendant tout ce temps à une longue série d’essais et d’erreurs qui ont conduit à l’impasse économique et politique actuelle.

Notre pays et son économie ont été placés dans une totale dépendance des hydrocarbures, une richesse non renouvelable. Les mois et années qui viennent vont être difficiles alors que le pays n’est plus gouverné sur la base de la raison et de l’intérêt général, mais d’un attachement maladif au pouvoir et d’intérêts personnels.

Notre devoir est de réagir intelligemment et dans la légalité devant la dérive qui est en train de nous conduire à la catastrophe, en ayant à l’esprit la fidélité aux idéaux pour lesquels les « chouhada » sont morts. Le moment est venu de donner à ces idéaux les formes concrètes d’un Etat de droit « démocratique et social » selon les termes de la Déclaration du 1er novembre 1954.

A QUI S’ADRESSE CET APPEL ?

Cet appel s’adresse à la conscience algérienne, à tous les actionnaires de la maison Algérie qui se trouvent sur le territoire national ou en n’importe quel endroit du monde, à toutes les générations d’hommes et de femmes engagées ou non dans l’activité politique ou associative, dans toutes les institutions ou à la retraite, à toutes les catégories sociales, dans toutes les régions, de toutes les langues et de toutes les confessions.

QU’EST-CE QU’UNE REVOLUTION CITOYENNE ?

Une révolution morale est la prise de conscience, quand tout va mal et de travers, quand on sent qu’on est cerné par le danger et qu’on est sur une mauvaise route, qu’on doit changer sa vision des choses et de direction. C’est une prise de conscience collective et simultanée. On ressent alors le besoin de faire mieux, d’aller vers mieux, de construire un autre modèle de vie que celui qui a été sanctionné par l’échec.

Une révolution citoyenne est le mode opératoire qu’on adopte pour changer pacifiquement l’état de choses en question. La communion dans un sentiment commun s’accompagne de l’évidence que nul ne peut à lui seul créer le changement, qu’il doit être l’œuvre du plus grand nombre possible, et avoir pour finalité le bien de tous.

SE LEVER ET NON SE SOULEVER

Le défi que nous devons relever est d’agir en contournant les risques d’exposer notre pays à une nouvelle tragédie alors que les séquelles de celle des années 1990 sont encore visibles. Nous devons nous réveiller à notre devoir envers notre patrie et ne pas attendre que la catastrophe soit là pour nous révolter dans l’improvisation et l’anarchie, nous attaquant aux services publics, aux forces de l’ordre ou aux biens publics et privés.

Nous pouvons agir chacun à partir du lieu où il se trouve.

D’autres voies et moyens que la violence, les troubles à l’

ordre public, les manifestations dans la rue ou la désobéissance civile sont proposés par les nouvelles technologies de l’information et de la communication (réseaux sociaux, médias électroniques, vidéos, courriels, smartphones…)

On peut agir de concert sans se connaître, sans se rencontrer, sans se réunir et par des procédés uniquement légaux et démocratiques. Il existe aujourd’hui des techniques plus efficaces que les armes, l’action clandestine ou les tracts pour faire connaître sa cause, convaincre les autres de sa justesse, en débattre et mobiliser autour d’elle.

SE LEVER POUR QUOI FAIRE ?

Nous devons converger vers un but commun qui est de dire « Non ! » à la situation actuelle en attendant le moment de le faire par les urnes. L’élection présidentielle prévue à l’échéance d’avril 2019 offre l’opportunité historique d’en finir avec le « système », mais il ne faut pas exclure qu’elle soit précipitée par une cause quelconque.

Le délai qui nous en sépare suffira à peine pour donner à cette révolution citoyenne pacifique toutes ses chances de succès car il s’agit de remplacer un mode de pensée par un autre pour enfin arriver à remplacer le « système » par un Etat de droit.

Tout Algérien ou Algérienne doit marquer une pause de réflexion, procéder à son examen de conscience et se dire : « Je dois cesser de penser comme avant ! Je dois faire quelque chose pour mon pays et mes compatriotes ! Mon exemple sera suivi par d’autres ! Je vais le faire parce que l’autre va le faire aussi et que j’en profiterai ! ».

Au sentiment de résignation qui nous paralysait jusqu’ici, à l’attitude démissionnaire à laquelle nous étions acculés, à la passivité justifiée par la formule populaire (« takhti rassi !»), opposons avec force une autre formule populaire (« rassi w rassek fi chachiya wahda ! »).

Il faut vaincre notre inertie car elle est le principal obstacle à notre libération mentale. Il faut libérer la volonté algérienne du fatalisme véhiculé par le charlatanisme et l’esprit du douar. Chacun doit effectuer un travail de proximité dans sa famille, son quartier, son lieu de travail ou d’étude, sur les réseaux sociaux pour généraliser l’éveil et élargir la résolution d’agir pour changer notre état et notre Etat.

PAR QUOI COMMENCER ?

Une cause, une nation, naît dès le moment où un idéal soude ses membres et les met en mouvement vers un objectif commun. Focalisons-nous dans une première étape sur ces quatre mots d’ordre que chacun et chacune doit répercuter par tous les moyens accessibles :

- Non au recours à la planche à billets pour payer les salaires !

- Non à un cinquième mandat !

- Non à une succession arrangée d’en haut !

- Non à l’instrumentalisation de l’ANP, des collectivités locales, des services de sécurité et de la justice pour pérenniser un pouvoir devenu illégitime et nuisible à l’intérêt du pays !

Les Algériens et Algériennes qui veulent construire une nouvelle Algérie doivent proclamer dans leurs échanges, leurs commentaires et leurs écrits que le temps de la cooptation d’un candidat à l’élection présidentielle par des forces occultes, puis sa « consécration électorale » par la fraude est terminé. Nous ne l’accepterons plus, nous sommes assez mûrs pour décider par nous-mêmes, pour nous-mêmes et pour nos enfants.

Ensemble, et avec l’expertise nécessaire dont il faudra s’entourer le moment venu, nous travaillerons à la mise au point d’un dispositif capable de garantir la transparence totale et la sincérité absolue des résultats des urnes.

Nous devrons, enfin, prendre à témoin le monde qu’en Algérie une lutte pour la liberté, la démocratie et le libre exercice de la souveraineté populaire s’est ouverte et qu’elle ne cessera pas avant d’avoir atteint ses objectifs : la conquête de notre citoyenneté et de notre dignité.

PROTEGER CETTE INITIATIVE

La meilleure façon de garder un secret est de ne pas en avoir. Cette initiative est publique, ses objectifs clairs, son mode opératoire pacifique et son but l’intérêt de l’Algérie et des Algériens. Pour la protéger, il faut d’abord partager la matière postée sur cette page Facebook avec des milliers d’autres pages et sites.

QUELLE SERA LA SUITE ?

Cet Appel est en soi un lieu de rassemblement. Il faut lui assurer la plus large diffusion en arabe, tamazight, français et anglais. Il est aussi un lieu de réflexion, de débat et de propositions sur les actions à préparer à partir de maintenant pour réaliser la convergence populaire en vue de construire une nouvelle Algérie avec un esprit et des institutions rénovés. Il sera suivi d’autres, en fonction de l’évolution des événements.

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (27) | Réagir ?

avatar
moh arwal

@ Waali Uchène,

le lien de la video que tu nous as donné ne mene nulle part.

j ai vu le commentaire que tu m'as invité à lire.

A ma première lecture de la déclaration de Boukhrouh J' ai réagi de la même facon que toi qui a été a ma premiere impression très confortante comme je pense qu elle a été pour tous ceux qui ont souffert de ce clan batard né du système FLNiste mis en place au caire bien avant l independance par Digaule via Ben Bella, Nasser Boumediene AVEC LE CONCOURS DU NAIN BOUTEFLIKA. le conspirateur magouilleur homme de manigances.

Puisque tu dis que tu es coupé depuis longtemps de l'actualité politique de ce bled mikey nommé RADP, je viens te rappeler que le processus de liberation de Tamzgha notre vraie patrie est enclanché depuis des années et rien ne l arretera pas même l'appel parhetique de Boukrouh qui caresse le peuple algerien dans le sens du poil pour l otienter une nouvele fois comme en 1954 et 1962 vers une nouvelle neocolonisation arabo musulmane ce type est un roublard comme Boutelikaf. Tous savent trés bien comment manier la fibre patriotiique des algeriens. Nous ne devonspas nous laisser impressionner par ces sbirs de l'islamisme politique. En réalité ce qu ils veulent tous, c'est faire de leur ideologie arabo-musulmane le centre du monde. Donc cher frere aprés avoir lu un commentaire d un autre kabyle bien averti, qui avait denoncé l'erreur, la grosse errreur commise volontairment par Boukhrouh de passer sous silence TAFSUTH IMAZIGHENE de 1980, comme il a ignoré tous les soulevements précédents et successifs des kabyles qui ont resisté a toutes sortes d' invasions de Tamzgha depuis la nuit des temmps. par contre il n apas oublié de brandir lembleme du printemps arabe qu' il veut reédité en algerie Ors, on a vu ce qu' a apporté en Egypte, en Lybie, même en tunisie Tunisie.

Detoute façon pour reprendre lexemple que tu as cité de la phrase de ghandi a l'encontre des Anglais n est pas applicable seulement aux colonialistes anglais et Fran4ais dan sle cas algerien elle est egalement applicale aux colonialistes arabes qui veulent eradiquer lidentité berbere du pays de juguta qu ils ont envahi et quils ont baptisé terre arabe dans une contitution ecrite dans un cinema. Cest cela que doit doit denoncer le siur Boukhrouh.

au lieu d amuser la galerie des danseurs du ventre. Il faut un ebionne fois pour toute dire la verité a ce peulple que la verité

et TOUTE LA VERITE, ä savoir que l' Algerie n'est pas arabe

avatar
oziris dzeus

la spéculation sur les intentions du chef supréme en 1999 de la part de personnalités politiques et autres intellos, alors que le monsieur est le système personnifié,

on est dans la même situation qui 1999 et veut faire croire que boukrou est la solution, alors que lui et ses semblables sont les problèmes de ce pays, eux qui profitent sans aucune honte du système et vivent gratos de la rente,

il est préférable de garder le chef supréme malade que de prendre un boukrou en bonne santé physique narcissique imbu de sa personne qui croit que les habitants de ce pays ne sont que ghachi et qui deviendra un dictateur pire que pinochet,

-1
visualisation: 2 / 18