Grève et manifestations à Mahdia contre les agissements d'un officier de police (Tiaret)

Grève et manifestations à Mahdia contre les agissements d'un officier de police (Tiaret)

La wilaya de Tiaret a clôturé la campagne électorale sous le signe de la révolte populaire. La ville de Mahdia a été, aujourd'hui dimanche, le théâtre d'une grande manifestation devant le siège de la sûreté de daîra.

La manifestation qui a rassemblé plusieurs centaines de citoyens, notamment des commerçants, appuyés par des militants de la Ligue des droits de l'homme (LADDH), a été menée en signe de protestation contre les agissements d'un officier de police. Ce dernier, selon les protestataires, utilise son statut de policier pour imposer sa loi sur les commerçants de la ville.

Les commerçants ont baissé rideau et ont observé une grève générale dans les quatre coins de la daira. Pour apaiser les esprits et éviter des dérapages, le chef de sûreté de wilaya s'est déplacé sur les lieux et une rencontre a été organisée au sein du siège de la sûreté de daira avec les représentants de ce mouvement ainsi que l'imam de la grande mosquée.

L'appel à la grève a été lancé, selon des informations recueillies localement, par le collectif des commerçants de la daira de Mahdia et appuyé par les militants de la LADDH (Bureau de Mahdia).

Correspondance de Khaled Ouragh

Les images de cette journée

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
deradji nair

Ce peuple veut faire qu'à sa tete; il veut faire fi de toutes les lois et c'est d'ailleurs c'est pour ceci que les services de sécurité on été mis en berne et c'est nous pauvres gens qui payons les frais. Si on relève une infraction on dit que h'garnah, si on exige de quelqu'un d'afficher les prix de sa marchandises on dit que H'garnah, si on arrete un aumobiliste en etat d'ivresse, on dit que h'garnah à mon idée il faut les laisser s'entretuer et comme ceci ils feront eux meme appel aux service de sécurité pour sévir comme ils l'avaient fait en kabylie en retirant la police et la gendarmerie où jusqu'à ce jour cette contrée vie dans la peur et le désaroi et tous les dépassements inimaginable jusqu'au viol et au meurtre qu'ils arrangent entre eux.