Quel jeu joue l'Union européenne dans le charivari algérien ?

Ould Abbès dont le fils est accusé de vendre des postes de candidats est aussi le patron du FLN.
Ould Abbès dont le fils est accusé de vendre des postes de candidats est aussi le patron du FLN.

Il n'a donc personne pour informer l'Union européenne (UE) sur la tambouille algérienne qui tient lieu de politique nationale ?

Mais enfin, cette UE qui se dit "prête" à déployer une mission d'observation électorale lors des pseudo-élections législatives du 4 mai prochain, et qui compte "conduire une analyse du processus électoral"lit-elle un peu la presse ? Sait-elle que dans notre beau pays il n'y a pas de séparation de pouvoirs, donc pas de pouvoir législatif indépendant, donc pas d'élection réelle, seulement une grande kermesse où le meilleur bonimenteur, le plus riche surtout, l'emporte ?

Lisez au moins ce qui s'écrit publiquement, chers responsables européens : chez nous nul besoin de se faire élire, on achète son mandat de député ! Les législatives sont une loterie organisée à l'intention des détenteurs de l'argent sale afin qu'ils gagnent une respectabilité et... de nouvelles relations d'affaires. L'animateur de cette minable vente aux enchères n'est autre que le responsable du principal parti algérien, le FLN himself !

Vénerables fonctionnaires de l'UE, comment faites-vous donc pour ne pas savoir que fils aîné du chef actuel du FLN, Ould Abbès Wafi, a été arrêté par les gendarmes en possession de la liste des bénéficiaires des prochains mandats de député ainsi que d'une partie de l'argent résultant de la "vente". Par quelle subterfuge magique l'UE en est-elle venue à ignorer ce que tout le monde sait depuis longtemps, que chez nous,depuis 1962, on organise des élections à satiété et que c'est toujours la liste du régime qui l'emporte ? Bien entendu, le dit régime entreprend tout pour obtenir la caution européenne à ses farces électorales et la besogne est revenue, cette année, à notre ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. Le chef de la diplomatie algérienne, en passe de devenir le chef de la cuisine du pouvoir, a officiellement demandé l'aide de l'UE dans une lettre d'invitation pour le suivi de la grande duperie du 4 mai 2017 en Algérie". Ce qui est choquant est que l'UE, de la bouche de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini s'est dite "prête à déployer une mission d'expertise électorale"

Qu'y a-t-il à expertiser dans cette truanderie électorale ? Les dessous de table ou le prix moyen du poste de député ? Tiens, il serait intéressant que les services de Madame Federica Mogherini nous renseignent sur les versements des pots-de vin par région et par densité de la population, par wilaya et par commune, ainsi que sur la moyenne d'âge des corrompus et des corrupteurs. Je suis persuadé qu'une telle cartographie n'a jamais été faite. Et pendant qu'ils y sont, il ne serait pas inutile que les experts de l'UE rendent publique l'évolution du prix d'achat du mandat de député depuis 2012, année où 150 observateurs européens ont déjà "analysé le processus électoral" des législatives de 2012 et déclaré n'avoir observé "aucune irrégularité significative", bien qu'ils n'aient pas eu accès aux listes électorales.

Didou

Plus d'articles de : Le coup de gueule de Didou

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
samir mderci

l'Union Européenne quel "gros mot", le centre de la franc maçonnerie européenne et un ensemble de 27 états et plus d'une douzaine de langues, un amas composite pour constituer la "bête" selon l'eschatologie judéo-chrétienne et s'opposer à l'ours russe et maintenant à l'aigle américain...

La France seule a fait des pieds et des mains pour l'envoi d'observateurs touristes, Macron a eu sa mallette comme François Hollande auparavant et en euros.

L'UE européenne a à sa disposition les infos de tous les services de renseignements concernant l'Algérie sans oublier les services de l'Otan, le reste est simplement un jeu de rôles conjoncturels.

Le drame est que la déchirure sismique qui se profile en Algérie ne sera pas stoppée soyez sur, la première déchirure est en train de maturer entre le quarteron des généraux de l'état major de l'armée participant activement à la "bouffe" des richesses algériennes et le reste des troupes, autres officiers subalternes silencieux et discrets et d'autres généraux chassés par Gaid Salah et Bouteflika pour suspicion d'Allégeance à l'Algérie et non au clan.

Pire l'apocalyptique destruction du DRS et du renseignement algérien ajouté à la féodalisation de la police nationale et du renseignement militaire se font la part belle pour un moment, car la toute nouvelle Coordination des services de sécurité demeure une entité sur le papier des décrets sans aucun moyen à ce jour, juste pour dire qu'il y a eu succession au DRS, voilà l'édifice sur lequel repose le pouvoir de Bouteflika.

Le reste est du décor

avatar
noureddine mimenoune

On se souviendra toujours des observateurs de l'union européenne dirigés par le sieur Salafrança.

visualisation: 2 / 3