La démocratie, cette immense désillusion !

La démocratie, cette immense désillusion !

Il ne fait pas bon pour la démocratie cette année.

Il y a quelque chose de vicié dans certaines "démocraties" en vue. Aux Etats-Unis d’abord. L’élection de l’imprévisible Donald Trump est l’une des premières mauvaises nouvelles de cette année. Les méthodes, les discours, les pratiques ainsi que les visées de cet homme sont du pain béni pour les dictateurs de tout poil. Car finalement, si Trump critique les médias, cultive l’ultranationalisme, ment et invente parfois toutes sortes d’arguties pour faire avaliser sa politique qu’est-ce qui empêcherait les potentats de tout acabit de ne pas prendre sur le président de l’une des plus grandes démocraties du monde ? Rien. Si Trump s’enfonce dans le ridicule pourquoi les Mugabe de la terre ne le feraient pas ?

Plus près de chez nous, en Europe, les démocraties de l’Union européenne sont confrontés à d’inénarrables scandales de détournement. En France d’abord, un des candidats le plus en vue de la droite est enfoncé en pleine campagne pour la présidentielle dans une affaire d’emplois fictifs. Les accusations sont imparables. Même le premier concerné, François Fillon ne les nie pas. Pour autant, contre toute attente, il se présente comme le chevalier blanc souillé par la justice et la presse qui a révélé ses petites affaires. Mieux encore, ses partisans, des élus de carrière, se liguent derrière lui et cautionnent l’entreprise Fillon. Ils ont choisi l'ambition à la démocratie et au respect des citoyens. Demain comme aujourd'hui ils viendront jurer devant les électeurs qu'ils n'ont agi que pour le bien des citoyens et de la démocratie, menacée par de méchants médias.

Ici comme ailleurs, même si l’on nous susurre qu’il n’y en a pas en politique, la morale en prend un sacré coup et la démocratie un terrible uppercut.

En Roumanie, des centaines de milliers de citoyens ferraillent depuis plusieurs semaines contre le gouvernement qui entendait introduite une dose de corruption acceptable dans un projet de loi.

En Algérie enfin, après le festin des promesses de lendemains qui chantent est venu le moment des réalités les plus cruelles. Au moment où le gouvernement se fait le chantre de la démocratie et du respect des libertés dans les textes, il est strictement interdit à tout Algérien d’émettre le moindre avis contraire, de manifester, de se rassembler, encore moins de critiquer les mesures du gouvernement ou les méthodes autoritaires en oeuvre. On confond à dessein autorité avec autoritarisme. Sécurité et répression.

Voilà où nous en sommes, car finalement si Donald Trump agit à sa guise, pourquoi les démocrates approximatifs s'en priveraient-ils ?

En dépit du sirocco à venir, gardons tout de même les yeux ouverts !

Yacine K.

Plus d'articles de : Éditorial

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

Il faut désaliéner les mentalités, les prémunir contre ces objets d'aliénation que sont l'argent et la religion, leur restituer leur libre-arbitre, leur autonomie de jugement, leur liberté de conscience mais aussi et surtout les arracher à l'ignorance, au culte de la personnalité et aux renoncements de leur citoyenneté , c'est là à mon avis les premières conditions pour aller vers la démocratie. on ne désespére pas d'une démocratie ocidentale comme la France après avoir écouté les déclarations d'Emmanuel Macron, Benoit Hamon ou encore Jean Luc Mélenchon dans l’émission de politique d'hier.

avatar
Paul DEBATY

Monsieur Yacine K,

Vous seriez bien inspiré de vous préoccuper de la démocratie dans votre pays plutôt que de pointer les Etats-Unis ou la FRance qui ont le mérite de faire face et de lutter contre les problèmes qui se posent dans leurs propres institutions lesquelles, bien évidemment, ne sont pas parfaites pas plus que leurs hommes politiques.

Vous avez trop tendance à vous poser orgueilleusement comme des donneurs de leçons démocratiques alors même que la communauté internationale sait à quoi s'en tenir à propose du régime politique de l'Algérike et de l'étrange silence de ses opposants présumés dont vous semblez faire partie.