Mme Louiza Hassane : "On est venu chercher la paix au Canada et on a rencontré la mort"

Courageux et poignant témoignage de Mme Hassane dont l'époux a été assassiné dimanche dernier dans une mosquée à Québec.
Courageux et poignant témoignage de Mme Hassane dont l'époux a été assassiné dimanche dernier dans une mosquée à Québec.

Mme Louiza Hassane, est revenue plus longuement sur le drame qu’elle vit actuellement après la disparition tragique de son mari Abdelkrim Hassane. Dans un témoignage poignant, fait sur les ondes de Berbère TV, elle s’est montrée digne et forte. Ses propos sont mesurés. Elle dit n’éprouver aucune haine envers le terroriste de la Mosquée de Québec qui a assassiné de sang-froid, 6 personnes et blessé 19 autres.

Lors de son intervention, elle a continué à parler de son défunt mari au présent, comme si elle ne réalisait pas totalement ce qui arrive ou ne voulait pas le croire, ce qui est naturellement compréhensible après seulement deux jours de la terrible tragédie qui a secoué son foyer. "C’est un homme joyeux, qui aime ses enfants, et qui aime aider les gens, c’est tout le monde qui l’aime, ce n’est pas n’importe qui...", susurrait-elle avec douleur et fierté.

À la question de savoir si elle sait quelque chose contre le terroriste qui a exécuté ces atrocités, Mme Hassane dit ne pas penser à l’assassin. "Je ne pense pas à l’assassin, je ne penses qu’à mon mari et à mes filles. Maintenant c’est trop tard, pourquoi je vais penser à cette personne-là. S’il est islamophobe ou pas. C’est fini, c’est trop tard. C’est quelqu’un pour lequel j’ai de la pitié, il n’a rien à perdre, pas de famille, rien. Moi, il m’a tout prit, mais je n’ai pas de haine envers lui. C’est quelqu’un qui a voulu tuer du musulman, dans un pays où il ne se passe jamais rien. On ne sent même pas le racisme. Les policiers nous ont dit que rien n’a été signalé dans ce sens depuis 5 ans", déplorait-elle.

La courageuse épouse dit avoir préparé ses filles avant de leurs annoncer la terrible nouvelle. "Mes filles savent, je leur ai dit ça hier, je les avaient déjà préparées avant, car on discutait aussi de la mort à la maison, puisque ça fait partie de la vie. Je leur ai dit que leur papa était allé au paradis. Elles sont très jeunes (10, 6 ans et 15 mois)"

La dame dit être bien entourée, et qu’elle ne manquait de rien. "Tout le monde m’a appelé, le ministre de la tutelle où travaillait mon mari aussi, mais ce que je vois, c’est l’absence de mon mari, surtout que mes trois filles ont besoin de leur papa, il était très proche d’elles. Un vrai papa poule", racontait péniblement cette jeune veuve affligée.

Puis d’enchaîner : "Jamais je n’aurais pensé quitter l’Algérie pour vivre un tel drame. Nous étions bien en Algérie. On était venu chercher la paix, et on a rencontré la mort. Encore moins à Québec, ici c’est calme, c’est petit. Jamais nous n’aurions pensé vivre cela."

Mme Hassane, révèle enfin qu’après les funérailles officielles qui se dérouleront aujourd’hui à Montréal, la dépouille mortelle de son défunt mari sera transférée par vol en Algérie. "Mon mari voulait être enterré en Algérie, il sera transporté au pays dans 2 ou 3 jours,", concluait-elle.

Hebib Khalil

La vidéo:

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?