Algérie : Vae victis, malheur aux vaincus !!!

En tirant à vue, Ali Hadad balise le terrain pour la cadidature de Said Bouteflika
En tirant à vue, Ali Hadad balise le terrain pour la cadidature de Said Bouteflika

De révélations en révélations, de jérémiades en jérémiades, tels des loups s’entre-dévorant pour une place bien vue dans les loges présidentielles, les luttes intestines au sein du sérail et de ses courtisans attitrés se font violence, et font désormais les unes de la presse nationale libre et partisane.

Les oligarques, les puissants du moment, entre deux batailles, placent leurs pions sur l’échiquier politique national, non sans mener un intriguant maccarthysme, couvert par la sempiternelle raison de restructuration des services pour lui donner un air pudique de légalité qui, bizarrement, jette son dévolu sur des personnages-clés ayant eu à traiter moult scandales financiers et de corruption, étouffés pour raison d’Etat, leur État bien entendu.

Ainsi donc des investigateurs, des militaires, des procureurs, des juges mêmes, victimes de leurs probité, de leurs patriotisme, de leurs honnêteté et leur professionnalisme sont impitoyablement démis de leurs fonctions respectives pour les faire remplacer par d’autres portefaix, des faire-valoir, des pions, tout intellectuels qu’ils sont, plus enclins à écouter la voix de leurs maîtres que celles de leurs consciences.

En vérité, une manœuvre habile pour laver plus blanc que neige, détruire les dossiers compromettants et s'offrir au finale une auréole de sainteté toute relative. Le seront-ils vraiment ? Le peuple n’est pas si dupe que çà, et dans les circonstances troubles que traverse notre pays, il reconnaîtra les siens le moment venu.

La philippique inquisitoriale bénie par Ali Haddad, le parvenu et nouveau riche du FCE, de Bouchouarab, un ministre de la république à l’encontre d’Issad Rebrab, le richissime industriel, nous renseignent sur les moult vendettas à venir, pour peu que le serment d’allégeance aux "nobles" du royaume Bouteflika ne soit pas de mise. Le général Toufik n’est plus là, libre cours au droit du vainqueur. L’impotent président sait-il combien de forfaitures et d’incuries sont faites en son nom ? Allez savoir !!!

Étrange silence de la société civile, de ses sénateurs et ses députés aux hémicycles du sénat et de l’APN, et du peuple qui s’est fait âne assumant un Vae Victis de facto et subissant un déshonneur depuis 1962 à ce jour.

Et demain sans surprise aucune, un autre ministre du haut de sa tribune claironnera "Yal naal dine Lima ihabnach" s’apparentant beaucoup plus à un "Malheur aux vaincus" crié haut et fort par Brunnus, le vainqueur de la bataille de Rome. La délivrance n’est pas pour demain. C’est dire que grandes sont ouvertes les portes des incertitudes et des excès jusqu’aux prochaines battues présidentielles. Longue sera l’attente.

A moins d’une intervention divine vivement souhaitée. Amen !!!

Brahim Ferhat

Plus d'articles de : Éditorial

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
omar ali

Futur président de l'Algérie Ali Haddad à voir ces rapprochements et ces sorties médiatiques

avatar
elvez Elbaz

A part le peuple rebelle et indomptable kabyle, les autres peuples d Algérie semblent sans vie sans ardeur, et amorphes Un général, Benhadid a osé dénoncer said bouteflika et sa bande qui ont détourné le pouvoir à leurs profits et ces peuples d Algérie ne semblent même pas concernes par ce digne militaire qui, malgré son passé aux côtés des criminels nezzar, médienne, lamari, bellkhir, a eu le courage de dire la vérité sur l Algérie violée et séquestrée par cette bande sans foi ni loi 'Courage du général Benhadid qui semble manquer à zeroual que l histoire jugera pour son silence complice

visualisation: 2 / 6