A quoi jouent les aventuriers du clan présidentiel ?

Sellal et Bouteflika.
Sellal et Bouteflika.

La situation économique de l'Algérie est des plus dangereuses. C'est la très officielle Banque d'Algérie qui le dit. Qu'importe ! le clan au pouvoir continue d'ignorer les avertissements et poursuit l'entretien de la rente pétrolière et la prise en otages des institutions.

Les membres du clan au pouvoir sont de mauvais élèves. Ils ne retiennent rien de l'histoire. Au lieu de convaincre leur vieux parrain, qui est dans l'incapacité physique, mentale et morale d'assumer ses lourdes charges constitutionnelles, de présenter ses excuses et de demander pardon au peuple algérien, qu'il à toujours méprisé, les aventuriers du clan présidentiel pratiquent une fuite en avant suicidaire et se livrent à un jeu malsain et dangereux, qui vont aggraver davantage leur cas déjà désespéré.

L'embellie financière que l'Algérie connait depuis quelques années grâce au renchérissement des prix du gaz et du pétrole, qui constituent aujourd'hui plus de 98% des exportations algériennes n'aura servi à rien. Ou si, à la mafia de l'importation qui aura profité de la manne. Pendant ce temps la mise en marche de l'économie se fait toujours attendre.

En effet, avec un bilan aussi désastreux, dans de nombreux domaines où notre pays a enregistré une régression alarmante le clan présidentiel, plus que jamais isolé sur les plans interne et externe, notamment après la mascarade du 17 avril 2014, ferait mieux de cesser de pavoiser et de se départir d'une arrogance qui lui porte sérieusement préjudice et fait de notre pays la risée du monde.

En tout état de cause, que ces aventuriers le veuillent ou non, l'heure de l'alternance et du changement pacifiques a bel et bien sonné et si le pouvoir, aux abois, qui recourt à tous les artifices politiques et juridiques pour demeurer en place et ne pas rendre compte de sa gestion catastrophique du pays depuis avril 1999, s'obstine à rejeter la main tendue de l'opposition, de personnalités politiques et de la société civile, mus par la défense des intérêts stratégiques nationaux bradés par le pouvoir, le plus faible et le Président de la République le plus mauvais depuis 1962, qui accordent des concessions politiques, militaires, diplomatiques, économiques et financières importantes aux puissances étrangères, ce changement se fera sans lui, voire même contre lui.

Le clan présidentiel, dont le chef est toujours en convalescence donc malade, sera-t-il assez lucide et clairvoyant pour comprendre cela et sortir le pays de l'impasse où son improvisation l'a fourvoyé ? 

Rabah Toubal

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (10) | Réagir ?

avatar
laid baiid

Sincèrement naif Mr Toubal.

Ce clan n'est là que pour mettre l'Algérie à genoux, qui est dirigée par la France ou un consortium france usa, israel..

Le monde entier sait que nous avons une mafia au pouvoir, qui n'a aucune dignité, , mais laisse faire, pour les intérêts de leur pays.

Les gens que l'on croyaient patriotiques qui étaient là contre toutes dérives, après avoir balancé toutes les affaires de corruption, se terrent.. le DRS a été décapité, sinon peut être même décédé..

Un Benflis qui se disait combatif et patriote a peur de publier son livre blanc, ou noir!

Les soit-disant opposants, car rejeté par le système, ont peur de descendre dans la rue... les islamistes conditionnent leur retour.. TOZ!... Pauvre pays, on ressemble à une prostituée en fin de carrière..

avatar
oziris dzeus

Si l’Algérie est un pays foutu, c'est justement à cause des bédouins, des ruraux, des bougres et autres abrutis qui sont au pouvoir à Alger depuis 1962. C’est la France qui a fait le choix de laisser l’Algérie entre les mains de ses serviteurs. Ce sont justement les bédouins, les ruraux et les bougres qui tiennent tous les secteurs en Algérie. Ce sont ces bédouins ruraux et bougres qui ont tous les privilèges et qui ont tous les avantages, les postes de responsabilité et les rentes, n'est-ce pas. C’est la France qui a voulu que ce soit comme ça et le premier bénéficiaire en est le Maroc. Et comme par hasard les bédouins au pouvoir à Alger, sont issus et ont fait leurs formations au Maroc. Les patrons et autres responsables en Algérie, tous secteurs confondus, sont choisis parmi les bédouins, les ruraux, les bougres et les abrutis, ceci est un fait facile à vérifier, et c’est pour cela que l'Algérie va mal.

visualisation: 2 / 10