Enseignants tabassés à l'université : une enquête enfin ouverte !

Des enseignants tabassés à la faculté des sciences politiques d'Alger.
Des enseignants tabassés à la faculté des sciences politiques d'Alger.

Le recteur de l'Université Alger 3, Rabah Cheriet, a affirmé dimanche qu'une enquête a été ouverte sur les incidents enregistrés, jeudi au niveau du département des sciences politiques et des relations internationales, afin de définir les responsabilités et sanctionner les personnes impliquées.

Des enseignants du CNES se sont faits tabassés jeudi par des baltaguias au sein même de la faculté de sciences politiques à Alger. Ils sont entrés, puis ont semé la pagaille dans l'assemblée générale des enseignants universitaire non sans avoir agressé physiquement certains sans qu'aucun vigile ne réagisse. Certains des membres du CNES ont dû être évacués à l'hôpital suite aux coups qu'ils ont reçus par ces individus.

Après plusieurs jours de silence le resteur de l'université d'Alger 3 a décidé donc de pondre un communiqué pour rappeler des banalités et annoncer qu'une "enquête a été ouverte afin de définir les responsabilités et sanctionner les personnes à l'origine des dépassements enregistrés".

Dans un hommage quelque peu tardif, il a salué "la sagesse des enseignants qui ont refusé de verser dans la violence et œuvré à l'instauration de la sécurité, en mettant l'Université à l'écart des tensions et des conflits étroits".

Grand donneur de leçons, il s'est laissé aller à quelques grandes périphrases indiquant que l'Université est "un espace ouvert consacrant le dialogue et l'esprit de responsabilité et que la violation de la loi et le non recours au dialogue mènent à des blocages aux retombées périlleuses". Pour le recteur, il faut faire attention aux manipulations ! Lequelles ? Il ne le précise pas indiquant simplement que "la conjoncture actuelle que vit l'Algérie et l'étape qu'elle traverse exigent davantage de vigilance afin de mettre l'Université à l'abri de toute instrumentalisation à des fins ne servant pas la recherche scientifique et la société".

Yacine K.

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?