Merzak Allouache présente "Le Repenti" au festival Cannes

Merzak Allouache.
Merzak Allouache.

Le réalisateur algérien est présent à Cannes avec son nouveau long métrage El Tayeb, Le Repenti. Imperturbable, le réalisateur continue à explorer les strates sociales algériennes. Et par-là même à nous interroger.

Avec El Tayeb (Le Repenti), Merzak Allouache revisite l’une des plus sanglantes pages de notre histoire moderne. Le Repenti est le seul film africain en compétition à la Quinzaine des réalisateurs en compétition actuellement dans le cadre du très couru festival de Cannes. Le réalisateur algérien Merzak Allouache promet "un film de colère". Le récit se situe sur la région des hauts plateaux de son pays. Alors que des groupes de terroristes islamistes irréductibles continuent à mener le combat et à semer la terreur dans certaines régions, Rachid, un jeune terroriste «repenti» regagne son village… Selon la loi de "pardon et de concorde nationale", il doit se rendre à la police et restituer son arme. Il bénéficie alors d'une amnistie et devient "repenti". Mais la loi ne peut effacer les crimes et pour Rachid s'engage un voyage sans issue où s'enchevêtrent la violence, le secret, la manipulation. Et tente de regagner son village…

Né en 1944 à Alger, Merzak Allouache avait fait son entrée sur la Croisette en 1977. Avec son immortelle comédie Omar Gatlato, sélectionné au Festival de Cannes, il dressait alors pour la première fois un portrait léger de l'Algérier. Son dernier film Normal !, sortie en mars 2012, a été une photographie du désarroi de la jeunesse algérienne et des milieux artistiques bloqués par la censure.

La liste des films sélectionnés par la quinzaine des réalisateurs en 2012

Longs métrages

- 3, Pablo Stoll Ward (Uruguay)

- Adieu Berthe, l'enterrement de mémé, Bruno Podalydès (France)

- Alyah, Elie Wajeman (France, concourt à la Caméra d'or)

- Camille redouble, Noémie Lvovsky (France)

- The King of Pigs, Yeun Sang-Ho (Corée du Sud, concourt à la Caméra d'or)

- Dangerous Liaisons, Hur Jin-Ho (Chine)

- Le Repenti, Merzak Allouache (Algérie)

- Ernest et Célestine, Stéphane Aubier, Vincent Patar, Benjamin Renner (France, Belgique, Luxembourg)

- Fogo, Yulene Olaizola (Mexique)

- Gangs of Wasseypur, Anurag Kashyap (Inde)

- Enfance clandestine, Benjamin Ávila (Argentine, Espagne, Brésil)

- La Nuit d'en face, Raul Ruiz (France, Chili)

- La Sirga, William Vega (Colombie, France, Mexique, concourt à la Caméra d'or)

- No, Pablo Larraín (Chili, Etats-Unis)

- Opération Libertad, Nicolas Wadimoff (Suisse, France)

- Rengaine, Rachid Djaïdani (France, concourt à la Caméra d'or)

- Room 237, Rodney Ascher (Etats-Unis, concourt à Caméra d'or)

- Touristes!, Ben Wheatley (Royaume Uni)

- Sueño y silencio, Jaime Rosales (Espagne, France)

- The We and the I, Michel Gondry (Etats-Unis) (film d’ouverture)

- Une famille respectable, by Massoud Bakhshi (Iran, concourt à la Caméra d'or)

Séances spéciales

- La noche de enfrente (La Nuit d'en face, Raoul Ruiz (Chili, France)

- Sightseers (Touristes), Ben Wheatley (Royaume-Uni)

Courts métrages

- Avec Jeff, à moto, Marie-Eve Juste (Canada)

- Rodri, Franco Lolli (France)

- Königsberg, Philipp Mayrhofer (France)

- Porcs enragés, Leonardo Sette et Isabel Penoni (Brésil)

- Les Vivants pleurent aussi, Basil da Cunha (Suisse, Portugal)

- Drawn from memory, Marcin Bortkiewicz (Pologne)

- The Curse, Fyzal Boulifa (Royaume Uni, Maroc)

- Tram, Michaela Pavlátová (France, République tchèque)

- Les Morts-vivants, Anita Rocha da Silveira (Brésil)

- Wrong Cops, Quentin Dupieux (France)

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
Celtic Med

Merzak Allouache est le meilleur de tout les temps, j'aime son style, Omar Gatlatou le meilleur film algerien de tous les temps.

malheureusement ca sera un sujet sur le Holocauste qui sera le Canne Winner.

avatar
Brahim Arbat

De tous les cinéastes algériens, Merzak Alouache est celui qui représente le plus l'image exacte de l'Alégérie. Depuis "Omar Guetlatou"jamais ses oeuvres ne sont tues sur l'individu algérien évoluant, jamais figé. Beaucoup de savent pas que Merzak Alouache est surtout un poète qui met ses trouvalles esthétques en image. Je l'ai toujours comparé à Kateb Yacine version cinéma, à Pablo Neruda, Nazim Hikmet, Nazar Kabani. Autant son image a réussi le saut de la post modernité, autant l'homme a pris conscience de l'espoir qui fait que l'Algérie a eu toujours une chence de se relever. Il ne le dis pas avec emphase mais avec courage du petit à petit qui fait les grands réalisateurs accomplis. Miantenant que les apprentis sorciers à la Harry Poter font des stages de google pour le critiquer, à la manière de ce Youcef Benzetat, on pourrait quand même en rigoler.

visualisation: 2 / 5