Si tu n’as pas honte, fais comme Mohand-Chérif Hannachi !

Mohand-Chérif Hannachi ne tient pas sa parole.
Mohand-Chérif Hannachi ne tient pas sa parole.

Le président de la JS Kabylie, Mohand-Chérif Hannachi, gère les affaires de ce prestigieux club comme bon lui semble, sans se soucier du qu’en dira-t-on, ni encore moins du bouillonnement qu’il a créé chez les supporters et les anciens joueurs.

Insouciant, le boss kabyle passe son temps à dire une chose et son contraire. N’a-t-il pas déclaré solennellement qu’il sauvera la JSK de la relégation et qu’il s’en ira après, avant de se raviser et entamer la préparation de la saison 2017/2018, comme si de rien n’était ?

Si les choses marchaient comme il se doit à la JSK, Mohand-Chérif Hannachi dresserait d’abord son bilan de la saison écoulée, demanderait pardon ensuite et démissionnerait enfin. Il n’est pas honteux d’échouer ; la honte c’est quand on échoue lamentablement et qu’on refuse de l’admettre.

Il est à se demander d’ailleurs quel plaisir peut avoir encore Mohand-Chérif Hannachi après presque trois décennies à la tête de la JSK et les derniers résultats que l’on sait ? Pour beaucoup moins que cela, d’autres présidents sont partis dignement, l’intérêt de leur club étant au-dessus de toute autre considération.

Cela se passe comme ça chez nous. Il y a des présidents qui s’échinent à trouver des solutions à des problèmes, alors que ce sont eux-mêmes le vrai problème. D’aucuns sont là depuis des années ; ils sont usés, malades, incohérents dans leur démarche, mais persistent à nous faire croire qu’ils sont les meilleurs, voire irremplaçables.

Résultats des courses, nous avons un grand et beau pays, des compétences reconnues mondialement, mais nous continuons à végéter au bas de presque tous les classements. Le championnat de ligue 1 version 2016/2017 en est l’illustration parfaite.

Quant à la programmation des demi-finales de la coupe d’Algérie (CRB-USMBA et MCA-ESS), respectivement au stade du 20-Août et au stade Omar-Hammadi, elle est tout simplement une absurdité qui n’a d’égal que le maintien de Mohand-Chérif Hannachi à la tête de la JSK.

Ahcène Bettahar

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (10) | Réagir ?

avatar
gtu gtu

merci bien pour les informations

avatar
lila laoubi

Insouciant, le boss kabyle passe son temps à dire une chose et son contraire. N’a-t-il pas déclaré solennellement qu’il sauvera la JSK de la relégation et qu’il s’en ira après, avant de se raviser et entamer la préparation de la saison 2017/2018, comme si de rien n’était ?

Si les choses marchaient comme il se doit à la JSK, Mohand-Chérif Hannachi dresserait d’abord son bilan de la saison écoulée, demanderait pardon ensui

visualisation: 2 / 10