Syrie : l'attaque chimique de Khan Cheikhoun a fait 86 morts dont 30 enfants

30 enfants figurent parmi les victimes de cette énième ignoble attaque chimique en Syrie
30 enfants figurent parmi les victimes de cette énième ignoble attaque chimique en Syrie

Le bilan de l'attaque "chimique" contre la ville syrienne de Khan Cheikhoun s'élève à 86 morts, selon un nouveau bilan communiqué mercredi soir par le l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le bilan précédent de l'Observatoire concernant l'attaque menée mardi faisait état de 72 morts, dont 20 enfants et 17 femmes, et 160 blessés. Malheureusement, il s'alourdit au fil des heures. "Il y a 30 enfants et 20 femmes parmi les victimes", un bilan en hausse en raison du décès de blessés graves, précise mercredi soir l'OSDH.

Ces dizaines de personnes dont des enfants, le corps saisi de convulsions et peinant à respirer sous leurs masques à oxygène, ont péri dans un raid aérien mené mardi sur Khan Cheikhoun, un fief rebelle et jihadiste du nord-ouest syrien.

Selon des médecins sur place, les symptômes relevés sur les patients sont similaires à ceux constatés sur des victimes d'une attaque chimique, notamment avec des pupilles dilatées, des convulsions et de la mousse sortant de la bouche. "Il n’y a aucun doute, c’est du gaz sarin : tous les symptômes constatés sont typiques de ce gaz", a expliqué au quotidien français 20 Minutes le Dr Raphaël Pitti, médecin de guerre et chargé de formation médicale au sein de l’UOSSM-France (Union des organisations de secours et soins médicaux).

L'attaque a soulevé une vague d'indignation internationale, plusieurs pays occidentaux mettant en cause le régime de Bachar al-Assad.

Alors que Damas a été pointé du doigt, Moscou a jugé "inacceptable" en l'état un projet de résolution présenté à l'ONU par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni condamnant l'attaque de mardi.

Quant à la diplomatie algérienne, très encline à dénoncer les attentats terroristes en Europe, elle a tout simplement brillé par un silence sidérant jusqu'à l'heure. Même le président Bouteflika qui a envoyé un communiqué pour s'indigner de l'attaque du métro de Saint Pétersbourg n'a pas soufflé mot. Etrange ce deux poids, deux mesures dans la compassion !

Trump menace Damas

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a fustigé mercredi Moscou pour n'avoir pas su tempérer son allié syrien. "Combien d'enfants devront encore mourir avant que la Russie ne s'en soucie ?", a lancé Mme Haley, affirmant que Washington prendrait des mesures unilatérales en cas d'échec à l'ONU.

Alors qu'il donnait une conférence de presse en compagnie du roi Abdallah II de Jordanie le 5 avril à la Maison Blanche, Donald Trump a qualifié l'attaque chimique présumée survenue le 4 avril dans la région d'Idlib en Syrie d'"acte odieux" et d'"affront à l'humanité".

Donald Trump n'a pas hésité à l'attribuer au "régime d'Assad". "Un grand nombre de lignes rouges a été franchi", a-t-il estimé. ll a par ailleurs ajouté que son "attitude vis à vis d'Assad [avait] changé" suite à cette attaque chimique. Concernant les déclarations de l'ambassadrice américaine à l'ONU, il a précisé qu'"en matière militaire, je n'aime pas dire quand je passe à l'acte ni ce que je fais". Puis, suggérant une probable riposte, il avertit : "Je n'ai pas dit que je ne ferai rien, d'une manière ou d'une autre, mais je ne le dirai certainement pas aux médias".

La rédaction/AFP/RT

Plus d'articles de : International

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
tahar foli

Newspaper helps us a lot

Topics are valuable and distinctive

avatar
tahar foli

merci pour partager cet article

visualisation: 2 / 5