Le pouvoir algérien imprime des billets de banque à grande échelle, révèle Ali Benouari! (Vidéo)

Le pouvoir algérien imprime des billets de banque à grande échelle, révèle Ali Benouari! (Vidéo)

Invité de l’émission, le top 3 de la presse, diffusée sur la chaîne de télévision Al Magharibia, l’ancien ministre du trésor sous le gouvernement de Ghozali, M. Ali Benouari dresse une situation alarmante de l’état des finances du pays. Il tire la sonnette d’alarme et accuse ouvertement le pouvoir algérien d’imprimer à grande échelle, des billets de banque et de provoquer intentionnellement une Hyperinflation.

"Je vais donner une information qui a peut-être échappé à la plupart des Algériens. Pour prolonger sa survie, le pouvoir essayerait de ne pas trop entamer ses réserves de changes. Les réserves de changes comme moyens de survie externe et le dinar comme moyen de survie interne. Au fait, les deux sont liés : plus vous donnez du pouvoir d’achat et plus vous diminuez les moyens de paiements extérieurs. Le seul moyen de préserver les devises est de réduire le pouvoir d’achat des Algériens, de les affamer, petit à petit. Ils consommeront ainsi moins, ils achèteront moins et ils importeront moins", expliquait-il dans l’émission animé par Djamaleddine Benchennouf.

Puis, le candidat aux présidentielles de 2014, qui qualifie les manœuvres du régime algérien de "diablerie" rajoute. "Je vous fais grâce des autres détails et vous révèle la trouvaille, la diablerie, la dernière ruse du régime pour ne pas toucher aux réserves de changes et à avoir à assumer l’austérité qu’il impose. Dévaluer, le pouvoir ne peut assumer, il avait commencé, mais il avait vu que le peuple avait réagi, donc il a arrêté de dévaluer. Il avait augmenté les tarifs, mais il avait dû faire face aux émeutes. Bref, au lieu d’assumer ses responsabilités, le pouvoir use en ce moment d’un moyen absolument pervers qui est la fabrication à très, très grande échelle de billets de dinars ! C’est ce qu’on appelle la planche à billets."

M. Ali Benouari explique que le budget de cette année va être déficitaire de 3000 milliards de dinars : "Il faudra les couvrir, car il n’y a plus d’argent dans les banques, les liquidités étant épongées pour souscrire aux bons du trésor et financer le déficit budgétaire", révèle Ali Bounouari. Le natif de Bougaa croit savoir que l’"on a changé le gouverneur de la Banque d’Algérie, puis on a donné à son successeur, instruction de fabriquer autant de dinars que l’on veut".

Pour cet expert financier ayant occupé des hautes fonctions nationales et internationales, l’augmentation des prix que l’on observe n’est que l’œuvre "diabolique d’un régime aux abois qui va expliquer aux populations que la flambée des prix est due aux spéculateurs. Le pouvoir va mettre même en action une armée de contrôleurs pour faire mine de combattre les spéculateurs alors que la raison de la flambée des prix est l’inflation qu’il a créée lui-même. L’hyperinflation à venir est la résultante délibérée de la fabrication des billets de banque en dinar, à une échelle inconnue jusqu’ici, sans contrepartie. On aura un dinar en papier sans mettre dans la balance de l’or ou de la devise", concluait M. Ali Benouari.

La rédaction

L'intervention de Ali Benouari à partir de la 27e minute sur la vidéo ci-dessous :

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (16) | Réagir ?

avatar
Le Matin d'Algérie

"Je vais donner une information qui a peut-être échappé à la plupart des Algériens. Pour prolonger sa survie, le pouvoir essayerait de ne pas trop entamer ses réserves de changes. Les réserves de changes comme moyens de survie externe et le dinar comme moyen de survie interne. Au fait, les deux sont liés : plus vous donnez du pouvoir d’achat et plus vous diminuez les moyens de paiements extérieurs. Le seul moyen de préserver les devises est de réduire le pouvoir d’achat des Algériens, de les affamer, petit à petit. Ils consommeront ainsi moins, ils achèteront moins et ils importeront moins", expliquait-il dans l’émission animé par Djamaleddine Benchennouf.

avatar
mourad fakou

M. A. Atlale, je commente l'article en insistant sur le vrai scoop de M. Benouari qui est la planification du printemps algérien avec l'aide de pays étrangers. Je suis aussi tenté d'aller plus loin au niveau de l'analyse du présentateur. L'outil n'est pas seulement la propagande classique. On va beaucoup plus loin quand on nomme des repris de justice à certains postes. C'est de la provocation dans le but de tester "l' acceptabilité" du peuple entre deux étapes de mise en oeuvre du plan d'effondrement dont parle M; Benouari. Il existe quand même une bonne nouvelle: la crise financière AVANT L'HEURE va peut être nous sauver car elle contribue à faire tomber les masques et à imploser le régime.

visualisation: 2 / 11