"Bouteflika vous passe le bonjour !", lance Sellal aux Tunisiens

Abdelmalek Sellal.
Abdelmalek Sellal.

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a assuré jeudi à Tunis que le président Abdelaziz Bouteflika allait "très bien".

L'état de santé de Bouteflika fait depuis plusieurs jours l'objet de grosses spéculations. Depuis bien avant l'annulation de la visite, le 20 février dernier, d'Angela Merkel en Algérie, il avait déjà disparu des écrans de l'ENTV. La situation est inédite dans l'histoire moderne. Et l'Algérie est devenue la risée de nombreux commentateurs.

Qu'importe ! Même si le président n'apparaît plus nulle part, pour les autorités, y a pas le feu dans la demeure tout va très bien. En haut lieu on fait avec. "Le pays ne s'est pas arrêté", argue-t-on.

Le premier ministre vient de le signifier à un journaliste qui lui demandait des nouvelles du chef de l'Etat. "Il vous passe le bonjour et il va très bien", réplique l'impayable Abdelmalek Sellal comme pour dédramatiser la situation et par-là même botter en touche d'éventuelles questions pressantes.

Hier encore, Ramtane Lamamra assurait que les annulations de la visite de Hassan Rohani n'était pas dues à la santé de Bouteflika. Pour Angela Merkel qui devait venir en Algérie, le 20 février la présidence a argué une "indisponibilité temporaire" du chef de l'Etat due à "une bronchite aiguë". Le ministre de l'Intérieur français était en Algérie mardi sans avoir rencontré le président. Pourtant le chef de l'Etat accordait systématiquement des audiences à toutes les personnalités étrangères venues à Alger.

Au pouvoir depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika, qui a eu 80 ans le 2 mars, a été frappé fin avril 2013 par un accident vasculaire cérébral (AVC) qui a affecté sa mobilité et son élocution. Ses problèmes de santé récurrents posent question sur sa capacité à diriger le pays.

Depuis cette date, il n'a fait qu'une petite déclaration directe pendant la mascarade présidentielle d'avril 2014 qui lui a permis de rempiler pour un quatrième mandat sans faire le moindre meeting ni la campagne électorale.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
ishaq aiche

Nice article I found it very helpful, thanks for the article I am very interested

avatar
Le Matin d'Algérie

Depuis cette date, il n'a fait qu'une petite déclaration directe pendant la mascarade présidentielle d'avril 2014 qui lui a permis de rempiler pour un quatrième mandat sans faire le moindre meeting ni la campagne électorale.

visualisation: 2 / 6