Rapports déclassifiés de la CIA (3) : l’Égypte a aidé l’Algérie dans sa guerre contre le Maroc

Ben Bella et Hassan II
Ben Bella et Hassan II

Un des nombreux rapports parlant de la guerre des sables ayant opposé en 1963 l’Algérie au Maroc, en octobre 1963, rapporte que des militaires égyptiens ont combattu aux côtés des Algériens et que quelques-uns ont été même faits prisonniers par les forces armées royales marocaines.

"Les Marocains ont capturé, hier, au moins trois et plus vraisemblablement cinq officiers égyptiens qui étaient à bord d'un hélicoptère algérien, évidemment en mission de reconnaissance, lorsqu'il débarque en territoire marocain au nord-ouest du Colomb-Bechar. Le Maroc a déjà prétendu que les troupes égyptiennes combattaient avec les Algériens et que la capture des officiers renforcerait la revendication", précisait le rapport bref, destiné à informer les hautes autorités américaines de l'évolution de la situation de l'époque. Il faut rappeler la grande proximité qui existait à l'époque entre les présidents Ben Bella et Nasser. En vrai, outre les Egyptiens, Cuba a aussi apporté son aide à Ben Bella dans cette brève guerre de voisin.

Le rôle prépondérant de l'empereur Haïlé Sélassié 1er (1892-1975), dans la résolution du conflit

L’un de ces rapports parle explicitement de la mobilisation des troupes des deux côtés et de l’intention de l’armée algérienne de s’emparer des territoires marocains de Figig, en réponse aux pertes de Colomb-Béchar et de Tinjoub (localité de Tabelbala). "Les deux côtés continuent de remonter des renforts, et l’Algérie se prépare à contrôler la zone de Figuig du Maroc en représailles pour la perte de Hassi Beida et Tinjoub. Les combats réels se sont toutefois temporairement atténués alors que l'attention se porte sur les efforts diplomatiques pour organiser un cessez-le-feu". Le rapport parle également du grand rôle diplomatique qu’a joué l’Éthiopie par l’intermédiaire de son empereur, dans le règlement rapide du conflit. La CIA voyait, à l’époque (en octobre 1963) dans le déplacement de Bouteflika, alors ministre des Affaires étrangère, au Maroc, un signe positif d’un dénouement proche de la crise. "Le ministre des Affaires étrangères Bouteflika s'est envolé soudainement à Rabat, hier soir. Un mouvement surprise qui a suscité des espoirs. L’empereur Haïlé Sélassié est au Maroc, et joue un rôle prépondérant dans le règlement du conflit", conclut le rapport de la CIA.

Hebib Khalil

Lire aussi :

1re partie : Rapports déclassifiés de la CIA (1): Bouteflika serait la cause du coup d’Etat de juin 1965 (Vidéo)

2e partie : Rapports déclassifiés de la CIA (2): les mystérieuses cartes des frontières algéro-marocaines en 1963 et 1964

Note importante

Le Matin d'Algérie tient à préciser que malgré leur caractère officiel, les rapports de services secrets américains peuvent être sujets à l’erreur voire destinés à manipuler les opinions publiques qui en prendraient connaissances. Il appartient aux autorités concernées, d’émettre des démentis officiels le cas échéant. Il était nécessaire, pour nous, de le préciser.

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
gtu gtu

merci

avatar
abdelkader heni

quand un traître sioniste comme Boualem Sansal, Mohamed Sifaoui ou Ferhat Mehenni critique l'Algérie ça veut dire que ce pays est sur la bonne voie malgré les prédateurs maroco-tlemcéniens qui le dirigent et ne cessent de le saboter dans tous les domaines.

-2
avatar
Massine Ait Ameur

@Abdelkader heni

Je parie que les medicaments que vous prenez pour assouvir votre schyzophrenie anti-ben ami, on ete manufactures et meme inventes paces meme sion^^^^^ ^. Reveillez vous, votre the a la menthe est pret.

avatar
moh arwal

Le pays vas bien selon toi ? Alors mes compliments tu es loin de connaitre la definition du mot bien. je pense que tu parles du bien que t'offre les prifvleges de la chekara. Tu as sans doute bien rempli la tienne de chekara au trabendo

visualisation: 2 / 3