Clôture de la 8e édition du festival national amazigh : le public au rendez-vous

Clôture de la 8e édition du festival national amazigh : le public au rendez-vous

Le rideau est tombé hier soir sur la 8e édition qui a été un bon cru. Et le public, comme à l’accoutumée, était fidèle au rendez-vous à la cérémonie de remise des prix au Festival culturel national du théâtre amazigh de Batna, clôturé samedi 17 décembre.

La coopérative théâtrale Machahu (Iferhounene) de Tizi-Ouzou a remporté pour la 2e année concécutive, le prix de la meilleure représentation théâtrale. Les autres prix ont été distribués comme suit : le prix de la meilleure musique à Kamel Lakhdari (Théâtre régionale de Batna), le prix de la meilleure scénographie décerné à la troupe de Bejaia, le meilleur second rôle féminin est revenu à Benyoucef Thiziri de l’association culturelle Ithran Takerbouste (Brouira), le meilleur second rôle masculin à Machemeche Hamza (dans la pièce de "Jules César" de l’association culturelle Thagharma d’Akbou (Bejaia). Le prix du meilleur texte est revenu à Noureddine Ait Slimane. Le prix de la meilleure interprétation féminine est décerné à Soraya Timouze, dans la pièce "Tirft Netzagui" (Théâtre régional de Bejaia), le prix de la meilleure interprétation masculine a été attribué à Azzedine Ben Amor (qui a joué dans la pièce "Assli Thwassli" du Théâtre régional de Batna).

Pour la première fois, les membres du jury sont sortis avec les honneurs et applaudi même pour leur choix judicieux. Le commissaire du festival national du théâtre amazigh de Batna, Souhali Salim, a, dans son discours, tenu à féliciter les festivaliers et les organisateurs de cette rencontre pour leur savoir culturel. Il les a ensuite exhorté à faire en sorte que cette édition et les éditions précédentes puissent porter leurs fruits afin de hisser la culture amazighe nationale au rang d’art universel. Il s’est réjoui de ce que les objectifs fixés pour cette première ont été atteints et ont réussi à "donner le goût de l’art et du spectacle aux jeunes, public de demain, dans le contexte particulier de l’Algérie".

C’est sur une note de satisfaction générale que les festivaliers se sont séparés, en se donnant rendez-vous pour 2017, à l'occasion de la 9e édition. Les organisateurs ne pouvaient espérer une meilleure clôture pour cette 8e édition. Aussi le festival du théâtre amazigh reste perfectible à tous points de vue tant qu’il bénéficie d’un atout majeur, qui est le public, c'est-à-dire les accros du théâtre à Batna.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?