Un horrible viol, diffusé sur le net, enflamme les réseaux sociaux algériens

Capture de l'insoutenable vidéo
Capture de l'insoutenable vidéo

Dans cette séquence bien algérienne, le sordide et l'horreur sont mis en scène avec un sadisme détaché. Un viol horrible filmé et diffusé depuis quelques heures enflamme les réseaux sociaux en Algérie.

La vidéo filmée par une autre femme qui encourage l'agresseur à continuer son abominable acte montre un jeune homme qui humilie, tabasse, déshabille, jette à terre et déshonnore une jeune fille horrifiée qui n'avait que ses larmes pour supplier ce monstre.

La scène est digne des films d'horreur ! Dans ce lieu désert, le violeur apparaît de marbre et dépourvu de tout sentiment humain. Son unique but est de satisfaire son instinct animal et on remarque même qu'il prend plaisir de la souffrance de la jeune femme. À la fin de la vidéo, la victime dénudée et terrorisée a pu se libérer de cet ogre en se réfugiant dans une rivière. D'après certaines sources du web, le viol est signalé à la police. L'identification du criminel sera facile, car son visage n'était pas flouté.

La suite de cette horreur reste inconnue, le violeur a-t-il rattrapé la jeune fille pour achever son crime ou l'a-t-il abandonnée dans cet état ?

Nous ne savons rien, la seule chose dont nous sommes certains, c'est que le résultat de notre école qui n'apprend pas aux enfants le respect du prochain, de la dignité humaine et de l'honneur de la femme est là dans toute sa gravité.

Et le fruit des prêcheurs qui n'arrêtent pas de nous soûler du nombre de femmes à épouser et du nombre de houris avec qui nous coucherons au paradis, nous le voyons aussi dans ce crime, comme si Allah n'a créé la femme que pour satisfaire ce bat instinct.

En lieu et place des discours rétrogrades avec lesquels certains canaux télévisuels et l'école abreuvent les consciences algériennes, il urge d'encourager les voix de la lumière et de la sagesse. Si l'on ne veut pas assister à l'affaissement des valeurs ancestrales, il y a lieu de redonner à l'école un sens moderne et ouvert sur le monde.

Rachid Mouaci

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
abdelkader heni

qu'a à voir l'islam dans les affaires de viols, au contraire il punit de mort les auteurs, de grâce arrêtez de discréditer l'islam qui est innocent de tous ces crimes.

avatar
Tarek Benaldjia

La faute à qui ?

Ce n'est certainement pas la faute de de l'individu en cause., cela vient du fait qu'il y avait, une société organisée en ordre dans laquelle le bien fondé était accepté par tout le monde où tout le monde a son rôle, et la noblesse a son rôle, le peuple a son rôle. Aujourdhui, ce bien commun a été remplacé par "que le meilleur gagne" non pas par les règles, les lois, par Dieu..... Non, le bien commun sera dicté par... (le profit pour tous).

Le meilleur étant le plus fort, le plus immoral. Donc on fait tomber toutes les barrières, on écrase le bien commun, les petits ; les vulnérables, on diffame les intellectuels, la probité, l'honnêteté les gens instruits. C'est l'arrivée du pouvoir de ces gens là !

C’est l'Algérie à terme qui est menacée au nom d’un politiquement correct qui voudrait prendre l’allure d’un " tous unis ".

« Tous unis » pour quoi ? Pour que nous ne changions rien à la logique délétère qui voit le capitalisme accumuler de plus en plus en plus d’argent, les pauvres devenir de plus en plus en plus pauvres ?

le voilà le plus grand crime contre les algériens !

Cette vidéo est éclairante de ce point de vue : Elle démontre que les serviteurs de ces discours , médias, justice (et finalement beaucoup d’entre nous), considèrent spontanément qu’il y a une violence légitime du système qui nous enrôle, et une violence illégitime de ceux qui défendent leur vie !

Ce système, derrière lequel se cahe une culture perverse, ravale l’individu à sa valeur marchande, disqualifiant tous les idéaux nécessaires à donner un sens à leur existence que le calcul économique (que le meilleur gagne) ne saurait fournir !

Je ne l'admets pas, j'ai honte de cette façon de procédé, de mon gouvernement qui, au nom de deux poids deux mesures, détruisent nos US et coutumes et nous ôtent toute valeur humaine.