Turquie : le pouvoir envisage l'élaboration d'une nouvelle Constitution

Le chef de gouvernement s'est entretenu avec Kemal Kilicdaroglu,le chef du Parti républicain du peuple (CHP – opposition Kamaliste)
Le chef de gouvernement s'est entretenu avec Kemal Kilicdaroglu,le chef du Parti républicain du peuple (CHP – opposition Kamaliste)

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a annoncé qu'une étude concertée avec les partis politiques allait être entreprise en vue de rédiger une nouvelle Constitution.

Le chef de gouvernement s'est entretenu avec les chefs de l'opposition.

Le chef de gouvernement s'est entretenu avec le chef du Parti républicain du peuple (CHP – opposition Kamaliste), Kemal Kilicdaroglu, lundi à Ankara. Les deux dirigeants ont animé un point de presse à l'issue de leur réunion qui a duré un peu plus d'une heure.

Le Premier ministre a annoncé des concertations avec les partis politiques sur le projet d'une nouvelle Constitution qui aura moins d'articles, une étude préalable sera réalisée avec la participation des partis.

«Le Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), le Parti d'Action nationaliste (MHP, opposition) et le CHP désigneront chacun un responsable de son parti pour suivre et mener cette étude et en faire rapport», a fait savoir Yildirim.

Yildirim a ajouté qu'il a informé Kilicdaroglu des décrets-loi promulgués dans le cadre de l'état d'urgence qui suscitent une inquiétude.

«M. Kilicdaroglu a exprimé ses inquiétudes et sensibilités quant à ces décrets-loi, a fait savoir le Premier ministre. Nous tiendrons compte de ses critiques et commentaires.»

Les concertations avec les chefs des partis de l'opposition concernant les décrets-loi promulgués dans le cadre de l'état d'urgence se poursuivront, a fait savoir Yildirim.

L'annoce faite par le premier ministre turc Binali Yildirim confirme la volonté de marginaliser le HDP, troisième forme parlemantaire, qui a gagné une soixantaine de siège de députés aux législatives de Novembre 2015. Le Parti démocratique des peuples (Halkların Demokratik Partisi) issu des indépendantistes kurdes mais qui entend représenter la société turque dans sa diversité semble menacé dans sa légallité.

A la faveur des évènements de la nuit du 15 au 16 juillet 2016, l'AKP semble établir une alliance Islamo-nationaliste qui donne une base plus large à ses aspirations néo-ottoman et disqualifie les forces de gauches.

Hmed At Umeziane/Agence Anadolu

Plus d'articles de : International

Commentaires (0) | Réagir ?