Le PST solidaire avec les enseignants contractuels

Les contractuels poursuivent leur mouvement.
Les contractuels poursuivent leur mouvement.

Le parti socialiste des travailleurs s'élève contre la précarisation de l’emploi et les CDD !

Le PST réitère toute sa solidarité avec les enseignants et les enseignantes contractuels dans leur lutte légitime pour leur intégration et leur titularisation dans leurs postes de travail.

Après plusieurs années d’enseignement (plus de 15 ans pour certains), il devient inadmissible de leur imposer un concours pour devenir… enseignant. Ils sont plus de vingt mille contractuels à avoir assuré les cours à plus d’une génération sans… concours. L’argument juridique opposé aux enseignants contractuels s’avère caduc face à une réalité désastreuse en matière de déficit dans les effectifs (plus de 48 000), dans les infrastructures et dans les moyens pédagogiques que connaît le secteur de l’éducation.

Ce n’est pas aux enseignants de payer l’impasse des politiques libérales qui ont détruit les instituts de formation des enseignants, bloqué les recrutements et généralisé les déficits et la précarité. C’est aux pouvoirs publics de légiférer pour résoudre ces problèmes lorsque les textes en vigueur, notamment ceux de la fonction publique, nous enfoncent dans de telles aberrations.

Par leur mobilisation et leur longue marche, entamée depuis Bejaïa le 27 mars 2016, les enseignants et les enseignantes contractuels ont remis à l’ordre du jour la question de la précarité de l’emploi dans notre pays et dans tous les secteurs. La généralisation des CDD et du pré emploi est devenue la règle depuis les années 90 à la faveur de la déferlante néo libérale dans le but de mettre au pas les travailleurs et imposer la baisse des salaires.

Le PST appelle à la solidarité de tous avec les enseignants et les enseignantes contractuels dans leur lutte pour l’intégration dans leurs postes de travail ainsi que la titularisation de tous les travailleurs précaires des CDD et du préemploi.

Le Secrétariat National du PST.
Alger, le 04 avril 2016

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Bachir Ariouat

Soyez certaine, ils ne vont pas tarder à ouvrir leurs grandes gueules, plus fort que l'habitude.

avatar
sarah sadim

A la solidarité dantesque des membres du gouvernement derrière leur gouvernance non stop de corruption destructive de l'Algérie, voilà une autre solidarité des "crèves la fin" et pourtant éducateurs des écoles classés dans un nouveau collège d'indigénat par la Fonction publique Algérienne mise sous l'autorité depuis longtemps sous el Mouradia.

Les Saidani, Haddad, Ghoul, Chakib Khelil volent et pillent le pays tout en étant gratifier par Bouteflika de postes hors d'atteinte et d'une protection totale, les autres du bas de cour pillent et détruisent leurs estomacs déjà mal nourris sous la répression des Gendarmes du Mkhzen Bouteflikiste en un véritable Blocus.

Et on ose parler de solidarité mais de qui et quelle solidarité, celle des visites opportunistes de Sofiane Djilali ou des larmes de crocodiles que semblent verser quelques syndicalistes enseignants.

Ah notre Noria Benghebrit est la digne fille ainée du clan des imposteurs venue d'Oujda et de Gafsa, lol c'est quoi ce bordel, ce peuple bordélique et cette grande maison du streaptise Bouteflikien au Monde Français.

Il est irrité notre seigneur d'Alger, alors les autres crever ou aller au diable, notre Fakhamatouhou voit le danger imminent de voir le France lui ravir sa fortune et celle de ses frères et neveux et celles des autres.

Faites la grève mes frères et sœurs, ils vous laisseront jusqu'à l'épuisement soyez certain, parce que vous croyez en l'existence d'une justice et d'un état.

Eh bien non tout cela est une vue de votre esprit embué par les fausses promesses.

Enfin rien ne se donne tout s'arrache, pire quand on est en face de Maffieux officiels avec leurs gendarmes, leurs policiers, leurs militaires, leurs magistrats et leurs nouvelles barbouzes prêtent à vous "tartagou tous".

Wallah un tout autre langage semble désormais nécessaire aux Algériens, juste un petit déclic et la furie s'installera, que Dieu exauce vos vœux mes frères et sœurs, car des hommes n'attendaient rien, à moins d'arracher ce que vous voulez bon courage.