Accusé d'antisémitisme, Siné attaque Bernard-Henri Lévy en diffamation

Bernard-Henri Lévy
Bernard-Henri Lévy

Le caricaturiste Siné, ancienne figure historique de Charlie Hebdo, a porté plainte en diffamation contre Le Point et le philosophe Bernard-Henri Lévy, qui l'a accusé d'antisémitisme dans le magazine, selon un communiqué.

"Siné, pourtant peu susceptible, en a plus que marre des insultes obsessionnelles (raciste, antisémite) proférées à la moindre occasion et dans tous les médias par Bernard-Henri Lévy (...) Il a décidé de le poursuivre pour injures et diffamation", annonce son journal, Siné Mensuel, dans un communiqué transmis lundi à l'AFP.

Siné appelle également ses soutiens à signer une pétition, dans cette énième bataille judiciaire qui a a marqué la carrière de cet humoriste.

Maurice Sinet, alias Siné, 87 ans, reproche à Bernard-Henri Lévy de l'avoir présenté comme "un ancien de Charlie, viré pour antisémitisme et racisme", dans une chronique parue en janvier dans l'hebdomadaire Le Point. Le philosophe est cité à comparaître le 13 mai devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris.

"Monsieur Siné peut raconter ce qu’il veut et faire tous les procès du monde. Rien n’effacera la honte des propos tenus, en 2008, sur la "fiancée juive" du fils de Sarkozy", a répondu Bernard-Henri Lévy à l'AFP, rappelant plusieurs déclarations du caricaturiste.

En 2008, Siné avait été licencié de Charlie Hebdo par son rédacteur en chef, Philippe Val, après avoir ironisé dans une chronique sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy. Journalistes et intellectuels s'étaient alors divisés entre pro-Val et pro-Siné. AFP

Siné avait été alors poursuivi par "La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme" (Licra) pour "incitation à la haine raciale", mais il avait été relaxé par le tribunal, qui avait considéré que ses propos tenaient plus de la satire que de l'antisémitisme. Bernard-Henri Lévy avait été cité comme témoin par la Licra.

Siné avait riposté en portant plainte en diffamation contre le journaliste Claude Askolovitch, qui l'avait taxé d'antisémitisme, mais avait été débouté par le tribunal en 2009. Charlie Hebdo, de son côté, avait été condamné à verser des dommages et intérêts à Siné pour rupture abusive.

AFP

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
sarah sadim

MAIS TOUS LES JUIFS ASHKÉNAZES, ne sont pas Sémites, ils viennent en seconde main dans le judaïsme à partir de l’Europe occidentale ou de l'Est et d’Amérique, et ils ont mal digérés le judaïsme ces ignares en optant pour les principes de Sion.

LES AUTHENTIQUES "Fils d’Israël" le prophète que la paix de Dieu soit sur lui et ses enfants ne sont pas blancs et sont du moyen orient, rien à voir avec des N ettanyahu pu des BHL à la pelle, tous de faux fils de l'Israel historique.

Les descendants sémites juifs d'Israel le prophète ou Jacob ou Yaqcoub sont en Jordanie, en Iran, au Maroc, en Tunisie et avant en Algérie.

Imposteur ce BHL ne figure nullement dans les effectifs des "Fils d’Israël" historique et authentique.

Franchement c'est un cirque des hybrides du Judaisme réinventé par les ASHKÉNAZES, promis à l'enfer des Juifs.

avatar
Kichi Duoduma

@Sarah Sadim: Plusieurs fois par le passé tu as déclaré que l’Algérie était juive avant de devenir chrétienne puis musulmane. Et maintenant tu dis que les « authentiques » fils d’Israël sont en Afrique du Nord et au Moyen Orient. Rien de plus faux dans les deux affirmations. L’Afrique du Nord n’a jamais été juive, et peu chrétienne. Il y a bien eu des juifs chez nous depuis l’antiquité romaine, mais ils formaient un groupe ethnique à part et minuscule par les nombres. Tu dois comprendre que les juifs ne sont pas et n’ont jamais été intéressés de convertir quiconque au judaïsme, bien au contraire. Leur religion leur dit que leur leur nation est élue de Dieu et un jour il les remettra au pouvoir et ils reigneront sur toutes les autres nations. En réalité, ce Dieu, celui d’Ibrahim et de Yakoub n’était que le dieu des israëlites. Ils pensaient que chaque nation avait ses propres dieux. Le leur était simplement le plus fort à leurs yeux. Pour les juifs, on nait juif, on ne le devient pas. Il y a bien eu des conversions, mais en nombres très minimes, en général à cause de relations familiales. Quant à la chrétienté de l’Algérie, elle était confinée dans les villes. Ailleurs les berbères ont continué à avoir leurs religions locales plus ou moins proches de celles de Rome.

En parlant de « Sidna » Yakoub (Jacob) dont le nom a été changé en « Israël, » connais-tu un peu l’histoire de ce zigoto ? C’est écrit noir sur blanc dans la « Sainte » Bible. Je vais essayer de la résumer en quelques lignes. Après avoir roulé son oncle, lui-même vieux roublard et voleur, et lui avoir chipé de nombreuses bêtes et ses deux filles, notre brave sidna Yakoub est en train de bivouaquer un certain soir quand un mystérieux bonhomme l’attaque sans aucune raison et sans un mot. Les deux bonhommes luttent toute la nuit. A l’aube, ils se tiennent mutuellement dans une prise de judo. Chacun demande à l’autre de le lâcher. Finalement, notre sidna Yakoub dit à l’autre : « Dis-moi qui tu es et je te lâcherai. » L’autre lui répond : « Tu sais qui je suis. Lâche-moi ! » Jacob lui répond : « Tu es bien le dieu d’Abraham ? » L’autre “bonhomme” lui dit : « C’est bien moi. Et maintenant je veux que tu changes de nom. A partir de maintenant, tu n’es plus Jacob, tu es Israël, car tu as lutté contre Dieu et tu as gagné ! » Israël, étymologiquement veut dire “il a vaincu dieu. ” C’est d’ailleurs transparent même en arabe puisque le hébreu est une langue sémitique proche de l’arabe: “isra3” comme dans sara3a en arabe, et “el” qui a la même racine que “ilah” en arabe. Celui qui a combattu dieu et s’en est tiré victorieux !!!!!

Voilà le genre de ridicule surréel auquel on a droit de la part de ces Siyadna Moussa, Aïssa, Ibrahim, et M’hemmed et auquel croient des milliards par le monde.

visualisation: 2 / 3