Tension budgétaire : quelle incidence d’une Loi de finances complémentaire?

Contrairement à toutes ses promesses, Bouteflika n'a pas sortie l'Algérie de sa dépendance au pétrole. Bien au contraire.
Contrairement à toutes ses promesses, Bouteflika n'a pas sortie l'Algérie de sa dépendance au pétrole. Bien au contraire.

Un vrai dilemme pour le gouvernement algérien. Une économie rentière où le cours du Brent a été coté de janvier à juin 2015 entre 60/65, les fluctuations s’expliquant par la remontée du cours de l’euro étant passé de 1,06 à 1, 14 un dollar (cours le 24 juin 2015, 1,1209) et l’once d’or 1117 dollars, en attendant le retour de l’Iran qui risque de bouleverser la carte énergétique, pouvant passer d’ un million de barils/jour actuellement à plus de 3 millions de barils/jour à court terme et à plus de 5 millions de barils/jour à moyen terme. Dès lors, comment allier restriction des dépenses et croissance économique lorsque l’on sait que ce n’est pas dans des conjonctures économiques aussi défavorables qu’une telle entreprise peut avoir le plus de chances de réussir.

Dans ce cadre, une loi de finances complémentaire est prévue fin juin, début juillet qui devrait tenir compte de la baisse drastique du cours du pétrole (le prix du gaz étant indexé) afin d’atténuer les tensions budgétaires et d’éviter surtout l’expérience négative des impacts de la baisse des cours en 1986, dont les effets n’ont eu lieu que vers les années 1990. Cependant, une loi de finances n’est qu’un document comptable devant à l’avenir l’insérer au sein d’une vision à moyen et long terme, avec un rôle stratégique de l’Etat régulateur et non propriétaire gestionnaire, tenant compte des nouvelles mutations mondiales et des engagements de l’Algérie d’aller vers une économie ouverte, ne signifiant pas anarchie mais une économie de marché maitrisée.

1.- Quelle est l’évolution de la structure de la balance commerciale et de la balance des paiements 2014/mai 2015 tenant compte du taux d’inflation et de l’évolution des taux de change ?

Ainsi le taux de change pour un euro en 2001 était de 69,20 dinars et 77,26 dinars un dollar, il a été coté le 24 juin 2015 à 111,25 dinars un euro, et 99,38 dinars un dollar avec un écart sur le marché parallèle plus de 160 dinars un euro. Les importations de biens, à prix courants, sont évaluées à 39, 294 milliards de dollars en 2009 au moment de la loi de finances complémentaire instaurant le crédit documentaire le CREDOC et la règle des 49/51% 40,472 en 2010 ; 46, 453 en 2011 ; 47,490 en 2012 ; 55,028 en 2013 et 58,330 en 2014. Le taux d’intégration des entreprises publiques et privées ne dépassant pas 15%, fonctionnant en majorité avec de la matière première importée, les biens intermédiaires sont passées de 17,423 milliards de dollars en 2012, à 17,536 en 2013 et à 17,475 milliards de dollars en 2014. Mais il y a lieu outre les importations de biens analysés précédemment, d’inclure des importations de services, en majorité appel aux bureaux d’études étrangers dont plus de 70% proviennent de Sonatrach/Sonelgaz et du BTPH. Ainsi selon la banque d‘Algérie les services, ont représentés en 2013 10,77 milliards de dollars donnant un total des importations de biens et services de 65,76 milliards de dollars et en 2014 11,70 milliards de dollars avec un total d’importation de biens et services de 71,14 milliards de dollars. Ce sont les sorties de devises sans les transferts légaux de capitaux des firmes étrangères. Cela traduit la faiblesse pour ne pas dire l’inexistence de bureaux d’études pluridisciplinaires complexes dans la majorité des secteurs sans lesquels aucun développement fiable à terme ne peut se réaliser renvoyant à la ressource essentielle dans tout pays qui est la ressource humaine. Pour la banque d’Algérie dans son rapport officiel, repris par le FMI, les exportations d’hydrocarbures ont été de 63,66 milliards de dollars en 2013, 58,34 en 2014, et durant les Ainsi le solde de la balance commerciale a été de 24,376 en 2012 ; de 9,946 en 2013 et seulement de 4,626 en 2014 en n’oubliant pas que le cours moyen entre le premier semestre (plus de 105 dollars le baril, le prix de cession du gaz étant indexé sur celui du pétrole) et le second semestre a été selon la banque mondiale de plus de 85 dollars. Cependant, la balance commerciale ne couvre que les biens, les services. Aussi la balance des paiements est le document de référence qui permet de quantifier la solidité économique et financière d’un pays. Si l’on prend les données de la banque d’Algérie pour seulement 2013/2014 les revenus des services facteurs nets sont négatifs moins de 4,52 milliards de dollars pour 2013 et 4,88 milliards de dollars pour 2014. La balance courante accuse un solde positif d’un milliard de dollars en 2013 mais un solide négatif de 9,11 milliards de dollars fin 2014. Le solde global de la balance des paiements a été de 130 millions de dollars en 2013 et négatif de 5,88 milliards de dollars fin 2014. De janvier à fin mai 2015, selon les statistiques douanières, les six principaux clients de l'Algérie ont été l'Espagne (643 millions usd), les Pays-Bas (497 millions usd), l'Italie (419 millions usd), la France (399 millions usd) et la Grande-Bretagne (384 millions usd). Les exportations ont atteint près de 3,25 mds usd contre 5,6 mds usd au même mois de 2014 (-une baisse de 42,05%, tandis que les importations se sont chiffrées à 4,53 mds usd contre 5,54 mds usd une baisse de 18,23%). Les exportations des hydrocarbures durant les cinq premiers mois de 2015 ont été de 2,94 mds usd contre 5,44 mds usd en 2014 soit une baisse de 45,85%. Les exportations hors hydrocarbures – marginales représentent 6,48% du volume global des exportations, soit 1,03 milliard usd étant constitué du groupe demi-produits avec 850 millions usd avec plus de 13,17%, les biens alimentaires avec 135 millions usd avec moins de 10,62%, les produits bruts avec 39 millions usd, moins 15,68%, les biens d'équipements industriels avec 6 millions usd, moins de 6,33% et les biens de consommation non alimentaires avec 4 millions usd, moins 15,33%. Quant aux importations, les biens d'équipements agricoles ont augmenté de près de 22% pour un montant de 314 millions usd, avec une importante baisse du groupe des énergies et lubrifiants a de 44,7% pour 748 millions usd, les produits bruts, une baisse de 18,36% pour 696 millions usd, les biens de consommation non alimentaires, une baisse de 19,75% avec 3,61 mds usd, les demi-produits une baisse de 8,6% pour 5,09 mds usd et les biens d'équipements industriels, une baisse de 0,81% pour 7,56 mds usd. En attendant de voir si cette baisse se confirme durant toute l’année 2015, sans avoir de répercussion sur l’économie nationale et donc sur le niveau de l’emploi, du fait que 70% des besoins des entreprises publiques et privées dont le taux d’intégration ne dépasse pas 15% et des besoins des, ménages, ce qui voudrait dire qu’il y ait eu surfacturation excessive en cas de non répercussion, donc des fuites illégaux de capitaux via la rente des hydrocarbures, durant les cinq premiers mois de l'année 2015, par rapport à la même période de 2014, la balance commerciale a enregistré un déficit de 6,38 milliards de dollars durant les cinq premiers mois de l'année 2015, contre un excédent de près de 3,44 milliards de dollars selon les Douanes algériennes. Plus précisément, les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 71% durant les cinq premiers mois de 2015 contre 114% à la même période.

2.- Quels sont les impacts sur les réserves de change et le fonds de régulation des recettes ?

La société des hydrocarbures ne créant pas de richesses ou du moins très peu, elle transforme un stock physique en stock monétaire (champ de l’entreprise) ou contribue à avoir des réserves de change qui, du fait de la faiblesse de capacité d’absorption, sont placées à l’étranger (environ 83%). Ainsi, les recettes de Sonatrach ayant été entre 2000/2014 de plus de 760 milliards de dollars et plus de 580 milliards de dollars d’importation, la différence est les réserves de change actuelles. Les réserves de change étaient de 193,3 milliards de dollars à fin juin 2014, à 185,273 milliards de dollars à fin septembre 2014 et de 178,9 milliards de dollars à la fin décembre 2014, soit 15,6 milliards de dollars de moins que les 193,3 milliards de dollars enregistrés fin juin 2014. Et selon les données récentes au 31 mars 2015, les réserves de change s’établissent à environ 160 milliards de dollars. Cela s’explique par la cadence des importations de biens et services, la chute du cours du pétrole et également de la dévalorisation monétaire d’une partie des placements effectués en euros du fait de sa dépréciation par rapport au dollar. Ces réserves, non compris les 173 tonnes d’or d’une valeur monétaire d’environ 7 milliards de dollars au cours actuel, incluent le quote-part au Fonds monétaire international de 1,96 md de DTS (près de 3 milliards de dollars), s’ajoutant à la décision de l’Algérie en octobre 2012 de participer à l’emprunt lancé par le FMI avec un montant de 5 milliards de dollars. Ces placements des réserves de change à l’étranger tant en bons de trésor américains, en obligations européennes et dans des banques privées internationales cotées dites AAA, le rendement a été de 4,60 en 2010, de 4,45 milliards de dollars en 2011 et pour 2013 selon le gouverneur 3,155 milliards de dollars en 2013, reflétant un taux de rentabilité de 1,66%. Qu’en est-il de l’impact sur le niveau du fonds de régulation des recettes qu’il s’agit de ne pas confondre avec les réserves de change ? Le fonds de régulation des recettes résulte de la différence entre le prix de vente moyen annuel des hydrocarbures et le plancher de la loi de finances de 37 dollars, le premier étant géré par la banque d’Algérie et le second par le trésor. C’est la reconversion de la devise hydrocarbures en dinars algérien. De ce fait, un dérapage du dinar de 10 à 15% gonfle artificiellement le fonds de régulation des recettes de 10 à 15%. Il en est de même des importations en euros reconvertis en dinars au niveau de la douane où les taxes douanières se calculent en référence au dinar. De ce fait un dérapage du dinar tant par rapport à l’euro que par rapport au dollar gonfle la fiscalité hydrocarbures et ordinaires voilant la réalité du déficit budgétaire. A fin 2014, les avoirs du FRR s'étaient établis, après prélèvements, à 4.408,4 mds de DA contre 5.563,5 mds de DA à fin 2013, soit au cours de 95 dinars un dollar, 47 milliards de dollars, en signalant que loi de finances 2015 paradoxe, a été établi sur la base d’un cours de 79 dinars un dollar. La loi des Finances 2015 prévoit un déficit budgétaire de 4.173,3 mds de dinars, au cours de 95 dinars un dollars 44 milliards de dollars. Or, le budget de fonctionnement et d’équipement réuni selon la banque mondiale ne peut se réaliser que sur la base d’un cours de 115/120 dollars (37 dollars étant un artifice comptable). Ainsi si le cours moyen pour 2015 s’établit à 60 dollars et en prenant comme hypothèse qu’une chute d’un dollar par baril occasionne un manque à gagner d’environ 600 millions de dollars, en moyenne annuelle, les recettes de Sonatrach alimenteront le fonds de régulation des recettes que de 14 milliards de dollars donnant un total fin 2015 de 61 milliards de dollars, restant au 1er janvier 2016, en cas du maintien des dépenses prévues par la loi de finances 2015 que 17 milliards de dollars pour le fonds de régulation des recettes. En cas d’un cours entre 50/55 dollars le cas serait encore plus dramatique qu’en 1986 du fait de la pression démographique 40 millions fin 2015 allant vers 50 millions horizon 2030 et de l’exigence nouvelle des populations. Au rythme de la dépense actuelle, et avec un cours de 55/65 dollars sur ¾ ans, il s’en suivrait l’inévitable dévaluation du dinar, un processus inflationniste et la fin des subventions généralisées - 60 milliards de dollars en 2014, soit 27/28% du PIB. Qu’en sera-t-il également des impacts de l'abrogation de l'article 87-bis de la loi n° 90-11 du 21 avril 1990, relative aux relations de travail qui aura une lourde répercussion sur le trésor public ? Les salariés représentent en 2015 avec les non permanents plus de 7,5 millions.

Le gouvernement avait déjà évalué l'impact en 2006 à 500 milliards de dinars pour la fonction publique et 44 milliards de dinars pour les entreprises publiques. Entre temps en 2012 ont eu lieu des augmentations de salaires ce qui a permis de relever le plafond de ceux qui percevaient moins de 20.000 dinars par mois. Mais également entre temps nous avons eu une augmentation des fonctionnaires qui dépassent 2,1 millions en 2014 et ajouté aux emplois temporaires dont la majorité perçoit moins de 20.000 dinars. Au total nous avons plus de 3 millions de fonctionnaires permanents et non permanents. Si cela s’applique qu’aux catégories percevant moins de 20.000 dinars, cela nivellera par le bas les salaires se répercutant sur la productivité globale. Ainsi une femme de ménage qui percevra 20.000 dinars se rapprochera du technicien qui perçoit 25.000 dinars. Il faut donc s'attendre à moyen terme à des revendications salariales pour accroître l'écart nécessaire pour ne pas réduire la productivité du travail. Ainsi, et l'impact généralisé à terme pourrait se traduire par un montant entre 9/11 milliards de dollars/ an. Par ailleurs, comme plus de 50% des PMI-PME qui constituent 95% du tissu productif ne pourront pas supporter cette augmentation des salaires, la masse salariale dépassant souvent 50% de la valeur ajoutée, licencieront ou demanderont au gouvernement des dégrèvements fiscaux ou des taux d'intérêts bonifiés, supportés par le trésor public. Faute de quoi ils alimenteront la sphère informelle qui représente déjà 50% de la superficie économique et plus de 50% de la masse monétaire en circulation

3.- La loi de finances complémentaire 2015 et ses perspectives

L’Algérie dépendra encore longtemps et il ne faut pas être utopique des hydrocarbures traditionnels, le non conventionnel n’étant pas pour demain peut-être en 2025, n’étant pas rentables. Comme il ne faut pas se faire d’illusions, être réaliste afin de prendre de bonnes décisions, ayant perdu beaucoup de temps qui en économie ne se rattrape jamais, entre l’idée de projet, les négociations, la réalisation et la vitesse de croisière demandant au minimum 5/6 ans si on lève les contraintes bureaucratiques étouffantes en Algérie, une économie hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales n’est pas pour demain. Par ailleurs, dépendant de l’extérieur, étant mono-exportateur, les fondamentaux sont la croissance de l’économie mondiale notamment des pays émergents actuellement en berne, la future structuration de l’économie mondiale, (l’environnement étant pris en charge) et les enjeux géostratégiques, les spéculations financières n’étant que les conséquences et non les déterminants. Selon mes informations auprès d’experts de l’AIE, le pic énergétique, si pic, il y aura, n’est pas prévu pas avant 2025/2030. Calcul hasardeux des ingénieurs algériens ignorant les mutations énergétiques mondiales, partant d’un modèle de consommation énergétique linéaire alors que la structuration du nouveau modèle de consommation énergétique mondial va vers un bouquet énergétique (Mix énergétique) qui devrait subir de profondes modifications structurelles sans compter les nouvelles technologies qui abaisseront les couts des énergies traditionnelles et l’apparition de nouvelles énergies, les experts misant entre 2030/2040 sur l’hydrogène, devant faire confiance au génie humain loin de l’esprit rentier. Au de cette prospective, le gouvernement devrait geler certains projets non prioritaires, exiger d’éviter les surcouts exorbitants, parfois 20/30% par rapport aux normes internationales, lutter contre les surfacturations par une maitrise du commerce extérieur, mais supposant nt une autre culture de nos responsables souvent mus par l’unique dépense monétaire, revoir à la baisse, à travers la LFC, certains impôts et taxes à l’image de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) et l’impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS) afin d’encourager les entreprises créatrices de richesses mais écartant pour des raisons sociales, une hausse des prix du carburant et de certains produits subventionnés. Car, il faut éviter une vision de sinistrose par rapport à 1986 où à cette époque commençait le niveau d’endettement et les réserves de change étaient presque nulles. Ainsi grâce au remboursement par anticipation, la dette à moyen et long terme est passée de 22,44 milliards de dollars en 2001 à 2, 068 en 2013 et la dette extérieure de 22,70 en 2001 à 3,396 en 2013 et à 3,666 milliards de dollars à fin 2014. Avec une rigueur budgétaire, la lutte contre la corruption supposant le rétablissement des institutions de contrôle, et une réorientation de la politique socio-économique l’Algérie peut fonctionner normalement à 70/75 dollars le baril sans avoir de répercussions graves sur l’économie. Mais, si l’on maintient le niveau des dépenses de 2014 pour 2015/2020,le versement de salaires et traitements sans contreparties productives, l’on devrait normalement puiser dans les réserves de change environ 30 milliards de dollars allant vers l’épuisement du fonds de régulation des recettes courant 2016 et des réserves de change 2020, expliquant que la COFACE en ce mois de juin 2015 vient de mettre l’Algérie sous surveillance négative, ce qui risque de gonfler le cout des projets venant de l’étranger, tout en continuant à lui attribuer une note favorable de A4, notant des perspectives sous réserves de profondes réformes structurelles et également la stabilisation de la région, du fait que les tensions géostratégiques aux frontières engendrent des surcouts supportés par l’Algérie. Rappelons également que tant les entrepreneurs américains, une grande partie des entrepreneurs européens localisés dans les PMI/PME ont dans leurs rapports de mai/juin 2015 mis en relief le blocage de la règle des 49/51% généralisée à tous les segments, qui n’existe même pas en Chine, qu’il s ‘girait d’assouplir, dans l’intérêt de l’Algérie qui souvent supporte les surcouts pour les segments non stratégiques qu’il agira de définir avec précision. L’on pourrait imaginer la minorité de blocage de 25/30%, devant définir d’autres critères plus objectifs une balance devises/ technologique/managériale positive.

En résumé, Il devient impérieux pour l’Algérie car relevant de la sécurité nationale afin d‘éviter sa marginalisation qui aurait des répercussions tant socio-économiques qui diplomatiques, d’avoir une entente régionale comme facteur de stabilisation et surtout au niveau interne, d’approfondir la réforme globale. Il s’agit d’éviter des dépenses de prestige d’aller vers un Etat de Droit et la démocratisation des décisions économiques et politiques, de mieux gérer les réserves de change, de lutter contre la mauvaise gestion afin d’atténuer le choc sur les couches les plus défavorisées, afin d’éviter les tensions sociales, au sein d’une région qui devrait connaitre d’importants bouleversements géostratégiques. Devant différencier stratégie et tactiques, cette démarche de sortie de crise doit être sous tendue par le développement des libertés politiques, économiques, sociales et culturelles, évitant les instabilités juridiques perpétuelles, l’incohérence des discours de certains membres du gouvernement, comme cela a été le cas récemment pour le groupe Peugeot entre le ministre du Commerce et celui de l’Industrie, qui découragent tout investisseur qu’il soit national ou étranger.

Dr Abderrahmane Mebtoul, Professeur des universités, docteur d’Etat (1974) et expert international

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
rabah Benali

BONJOUR

La photo ci dessus dit toute la tragédie. Un diable au regard endiablé.

Il est du devoir de chaque foyer algérien d'en garder une copie comme

souvenir à transmettre aux générations futures.

Quand au cours d'économie plutôt de comptabilité primaire de Mr le professeur,

la tragédie et ses causes sont connues. L'inconnu pour l'instant, c'est comment remettre

le compteur à zéro position mars 1962. That is the question !!

Rabah Benali

avatar
Bachir Ariouat

Aucune, si ce n'est épuiser le bas de laine qu'il y a dans les banques en Amérique, sachant qu'il ne se présentera pas aux prochaines élections, une fois le bas de laine vider; il prendra sa valise remplie de billets pour aller s'installer en France où ailleurs, en attendant de rejoindre le cercueil auquel comme Monsieur tous le monde il ne pourra pas échapper.

visualisation: 2 / 4