Le chaos sous contrôle, dans quel but ? (II)

Le plan de succession pourrait être remis en cause si la crise se profile
Le plan de succession pourrait être remis en cause si la crise se profile

Un printemps algérien provoqué par "le soulèvement de la rue" aura plusieurs objectifs. Une Algérie en faillite va se soumettre, comme l’Egypte, aux exigences des membres de l’axe américano-israélo-wahhabite qui parrainent notre cartel de traîtres.

1. Tout d’abord, commençons par l’objectif des parrains membres de l’OTAN.

- L’Algérie en faillite sera amenée à couper le cordon ombilical de l’armement militaire russe. Nous savons tous que les Américains veulent utiliser l’Algérie comme siège de l’AFRICOM – aujourd’hui provisoirement basé en Allemagne. L’Algérie sera alors sous le joug du monde de la finance. Elle reconnaîtra Israël et acceptera l’aumône des Américains (pour la location des bases militaires. payables comme l’Egypte en armement US). Ces bases américaines serviront de tête de pont pour contrôler les pays africains qui recèlent d’importantes richesses naturelles. Quel est l’état d’avancement de ce plan ? Bouteflika a sécurisé la logistique des futures bases militaires américaines, notamment en assurant – grâce à des investissements gigantesques - l’apport d’eau potable et d’électricité transférés d’In Salah à Tamanrasset. Certains prétendent même que BRC a construit les bases militaires au Sud avant d’être dissoute par Bouteflika. La piste d’atterrissage de Tamanrasset est l’une des plus longues au monde, même une navette spatiale peut y atterrir. La France qui dépend de l’uranium du Niger adhère totalement à ce plan.

- La loi sur les hydrocarbures sera remise sur le tapis pour autoriser les compagnies gazières internationales à commercialiser le gaz produit en Algérie. A cet effet, Hassi R’mel, le gisement géant de gaz naturel en déplétion rapide, grâce au sabotage de l’équipe de Chakib Khelil, constituera un excellent réservoir de stockage pour le gaz du Nigeria qui sera commercialisé en Europe du Sud. On comprendra alors l’intérêt porté par Bouteflika au projet de gazoduc transsaharien qui doit relier l’Algérie au Nigeria ainsi que la réactivation très récente du projet de gazoduc direct entre l'Algérie et l'Italie via la Sardaigne. Quel est le degré d’avancement de ces projets ? L’Algérie a déjà financé toutes les études de faisabilité. Les Américains qui ont rédigé le projet de loi sur les hydrocarbures proposé par Chakib Khelil n’auront aucun scrupule pour imposer une nouvelle version.

2. Les objectifs des parrains wahhabites: tout est pratiquement prêt pour l’instauration d’un grand califat dirigé par des salafistes affiliés à l’Arabie saoudite et solidaires d’Israel. Le Daesh est à nos portes. Demain, les avions cargos des émirs qui atterrissent dans le sud-ouest algérien ne seront pas affrétés pour le braconnage des espèces protégées. L’Algérie vit un retour vers le moyen-âge accompagné par une montée de l’inquisition islamiste. En pleine crise de chômage, des artisans sont ramenés de Chine et les terroristes islamistes sont protégés par ceux qu’ils assassinent! (Kafka s’y perdrait). Les chefs islamistes hébergés pour la plupart par leurs parrains étrangers attendent la passation du pouvoir en comptant la fortune qu’ils amassent à partir de leurs activités d’importation.

Le sort de l’Algérie semble lié à un vaste plan d’essence américaine qui s’inscrit dans la durée. Ce projet connu sous le nom "Greater Middle East Initiative" conçu dans les années 90 et exposé par George Bush en 2003 vise au redécoupage d’un vaste ensemble d’Etats du Maroc à l’Afghanistan. On constate que le processus, qui va de la déstabilisation à l’éradication selon les cas, ne concerne que les pays non encore totalement inféodés aux Etats-Unis à qui on prête comme objectifs principaux:

· L’élargissement de leur zone d'influence dans la région pour consolider l’hégémonie d’Israël,

· La réalisation de conditions permettant d’acheminer le gaz du Moyen-Orient vers l’Europe pour tenter de contrer la position dominante de la Russie.

Secret militaire oblige, personne ne connaît le "Quand ?" et le "Comment ?" des manœuvres paramilitaires qui seront dédiées à l’Algérie. Tout ce que l’on sait, c’est qu’elles mettront en œuvre une alliance entre les pays membres de l’OTAN, y compris la France (qui a rejoint l’Otan en 2009), l’Arabie saoudite et son minuscule appendice qatari et que la politique d’encerclement a déjà commencé à l’Est, à l’Ouest et au Sud de nos frontières.

Note : Le Qatar partage avec l'Iran l'un des plus grands champs gaziers du monde (South Pars/North Dome) qu’il exploite pratiquement seul depuis que les Etats-Unis ont imposé des sanctions internationales contre l’Iran depuis les années 90. Certains pourront en déduire que le Qatar finance la mise en œuvre du plan américain de déstabilisation avec l’argent du gaz volé aux iraniens.

Vers un crash anticipé ?

Bouteflika et ses alliés, pensant bénéficier d’un délai d’une dizaine d’années, ont joué la carte du pays riche qui dépense sans compter et qui se permet le luxe de prêter aux riches (FMI) et même d’aller sauver des industries en Europe par personnes interposées. Probablement manipulés, Bouteflika et son entourage étaient convaincus de continuer à bénéficier d’une aisance financière qui leur donnerait au cours de ce 4e mandat largement le temps d’organiser une succession "consensuelle" et de confirmer progressivement le nouveau modèle politique et économique CCB (Califat, Charia, Bazar).

Il est devenu clair aujourd’hui que le crash aura lieu plus tôt que prévu si la chute des prix du pétrole se maintient en dessous de 70 $/b et cela semble remettre en cause le plan de succession prévu. La baisse des revenus d’exportation va priver le régime de tout son oxygène, ce qui va certainement fissurer l’adhésion des soutiens de Bouteflika.

Si le pétrole stagne à moins de 70$/b, il sera très difficile de cacher la vérité au peuple algérien sur les perspectives d’une crise financière grave.

Le contrôle de la désinformation qui est la principale force du régime (et qui nécessite beaucoup d’argent) sera difficile à maintenir. La moindre étincelle risque de faire descendre la population dans la rue et créer un chaos sans contrôle. Or, la hantise de la mafia, c’est la perte de contrôle. Elle accepte une mission de trahison dans laquelle elle fait tout pour garder ses richesses et surtout pour garantir l’impunité pour ses enfants. A ce titre, il est évident que Bouteflika, à leurs yeux, représente le parfait bouc émissaire et qu’ils lui mettront tout sur le dos. Mais Bouteflika n’est ni courageux, ni idiot. Il n’acceptera jamais d’être confronté à une crise durant son mandat. Je pense qu’il va se donner six mois pour prendre une décision tout en essayant de mobiliser certains pays producteurs pour faire remonter les prix. S'il est convaincu que les prix ne vont pas remonter, Il demandera à son médecin traitant de l’hôpital militaire français de le placer en congé de maladie de longue durée et remettra son tablier au cartel.

Par ailleurs, il est probable que plusieurs acteurs politiques du régime, anticipant l’heure du crash, vont commencer à prendre leur distance avec Bouteflika. Cela ne change rien pour le noyau dur des collaborateurs qui a pris depuis longtemps toutes ses dispositions pour quitter le navire.

Le sort du pays dépend de l’heure du réveil de son peuple bercé par le biberon de la rente pétrolière. Hélas, pour nous qui vivons en Algérie, le temps nous est compté car le compte à rebours s’est accéléré depuis la baisse des prix du brut.

Dans un an au au plus tard, les masques de tous les harkis tomberont, mais je crains que ce ne soit déjà trop tard, notamment pour l’unité du pays.

Sid Kaci

Lire aussi : La théorie du chaos sous contrôle (I)

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (14) | Réagir ?

avatar
Massinissa Umerri

Je vous conseille 'la fiction", ou de vous mettre dans un de ces jeux de monopole online, et ca gagne des fortunes, parait-il. Les ongles de la situation qui perdure depuis plus d'un demi siecle, ne sont pas aussi ronds que ca - Vous pouvez les arondir davantage. Voici celui qui vous donnera du mal, comme le note si bien Uchen - je vous cite "... La moindre étincelle risque de faire descendre la population dans la rue et créer un chaos sans contrôle... "

Ces etat-unis que vous mettez comme "maestro", etc. sont loin d'etre ce que vous en pensez. Les Americains vont venir exploiter... quoi? le sable ? Ca fait 50 ans qu'ils ont leurs parts, qu'ils bouffent et chillent partout. Ces nouvelles sources coutent cher a l'exploration deja et sans guaranties de revenus. L'argent qui y est investi est celui d'hommes qui suceront le sang de leur parents et enfants pour un minable penny - de la a aller le risquer labas... c'est de la foutaise. Il y a d'autres industries, et dans l'energie, qui ramenent plus !!!

Le probleme fondamental de votre analyse est qu'il concoit la dynamique geopolitique ailleurs a l'image de celle a laquelle vous/nous sommes soumis, dans ce poulailler dit Algerie - et cette perception vous paralyse. S"il y a moindre interet a buggle-down, attacher l'anegerie, ca serait dans le but qu'elle s'occupe a macher plutot qu'a faire la folle, quand les israeliens bombarderont les installations nucleaires Iraniennes - son plus grand dange, va certainnement aller en prison, pour avoir traine' des document classifie's alors que l'auteur de sa biographie, se le tapait au lit... on pense tjrs l'inverse biensur, mais la realite' est autre helas !!! la raison pourquoi le public Americain peut et va diriger toute cette dynamique, est parce que leurs lois ne se pataogent pas. Je l'ai verifie' moi-meme, en prennant le gouvernement local ici a washington, qui fait partie du gouvernement federal, et les ai fait tout-petits et minus devant une Juge, aussi etrangere que moi... La loi c'est la loi, et comme je l'ai ecrit avant - on ne recoit pas Alilou, ou attendons kouider pour annoncer les resultats electoraux de mon bloc puis de ma ville, avant de les donner a la presse les chaines, tout le monde. Le gouvernement sera le dernier a en enttendre - et il en est ainsi. Le jour ou les algeriens, controlleront leur processus electoral, les articles et les commentaires ici-meme et partout en anegerie changeront...

avatar
Massinissa Umerri

Correction: Une partie a ete' coupe'e - on dirait qu'un zigomar a quelques pieds d'ici (je suis a Washington) n'aime pas ce que j'ecris sur son grand manitou - La phrase coupe'e est au 2nd paragraphe apsa "... - son plus grand dange, " - La phrase suivante est "Petreas", son general le plus decore' des guerres d'Iraq et d'Afganistan va vertainement... "

avatar
Amar Lounis

Il est évident que Bouteflika et les hommes du premier cercle ont été choisis pour être de parfaits fusibles au cas où cela tourne mal. C’est un peu comme le scandale Sonatrach. Les vrais coupables passent leurs nuits chez eux. Bouteflika va rétablir la justice, tout le monde sera bientôt libre.

En Algérie, contrairement aux régimes libyen, égyptien ou syrien, on ne connait pas les noms des membres du cabinet noir. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il existe une continuité au niveau de la ligne politique (arabisation, islamisation, braderie du secteur public, import-import, économie de bazar..) et que la voie choisie est suicidaire pour l’unité du pays.

Nos députés vont bientôt voter le hidjab obligatoire. Vous voyez comme on se rapproche du modèle wahaabite!

La question de l’auteur est pertinente. Pourquoi suicider son pays quand on peut vivre heureux ?

Peut-être que ce qu’il appelle des traitres sont des personnes convaincus qu’il faut basculer dans l’autre camp et vivre à la saoudienne sous la coupe des américains: If you cannot beat them, joint them (si vous ne pouvez pas les battre, joignez-vous à eux).

Il est clair que ce cabinet noir « travaille » avec des pays étrangers qui protègent son anonymat en échange de certains avantages. Preuve en est, Khelil est intouchable et les données de HSBC ont été effacées.

Il est important que Bouteflika meure sur le trône pour que l’immunité du Président puisse assurer une impunité à ceux qui ont rempli leurs comptes à l’étranger.

Je partage l’idée que Bouteflika n’acceptera pas de rester si les prix du pétrole ne remontent pas car il aura de plus en plus de mal à gérer ses troupes (les problèmes commencent déjà) et qu’il n’a quant à lui rien à foutre de l’impunité.

Quant à ses frères, ils n’ont assuré aucune charge de responsabilité au gouvernement et ne craignent rien.

C’est donc le cabinet noir qui est dans l’impasse et qui doit trouver une voie de sortie. L’idée du VP ne marche plus si Bouteflika n’accepte plus de rester.

Alors, de nouvelles élections sous contrôle? Qui va accepter de gérer la future crise?

Ouyahia, Benflis, Hamrouche ?

Certains hommes politiques l’ont compris. Avec ou sans Bouteflika, l’Algérie est foutue si le prix du pétrole ne remonte pas. Allez demain expliquer au peuple, une fois réveillé, où sont passés les 900 milliards de dollars.

Pour assurer la stabilité, le cabinet noir n’aura pas beaucoup d’alternatives : Il y a la solution (cynique) de faire diversion avec une grosse armée de terroristes ou même une petite guerre avec nos voisins à l’Est ou à l’Ouest.

Selon ma compréhension de ce papier, le cabinet noir restera derrière le rideau et laissera les islamistes gagner les élections et gérer l’Algérie (scénario à l’égyptienne) quitte à menacer l’unité nationale. Cette situation (instable) autorisera un coup d’état au sein du cabinet noir qui permettra de neutraliser les officiers formés en Russie et ainsi lever tous les obstacles à l’établissement de bases américaines en Algérie (mission accomplie).

En attendant, on va assister à une razzia avec des évasions de capitaux qui vont créer de l’inflation.

A ce sujet, je trouve curieux qu’on attende que les prix du pétrole chutent pour que miraculeusement les douanes algériennes découvrent les transferts illicites de devises à l’étranger. Remarquez que la presse trouve normal qu’on ne nous communique pas les noms des banques impliquées et des faux importateurs. Je suppose que les dégâts liés au sabordage de Sonatrach avec notamment les cargaisons exportées et non payées sont plus importants que ceux des containers remplis de chiffons ou de déchets.

avatar
moh arwal

pardon je voulais dire merçi Amar Lounis

avatar
moh arwal

Merçi encore Uchen Lkhela. Tu as éclairé ma cervelle d émigré absent du pays depuis belle lurette Bravo pour cet écrit trés utile pour les lecteurs.

J appelle cela "real politics"

visualisation: 2 / 8