Incroyable interview de Droudkel au New York Times !

Incroyable interview de Droudkel au New York Times !

Le journal américain New York Times, dans son édition du jour, publie une interview audio de Abdelmalek Droudkel, chef du GSPC, devenu Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). C’est la première fois que Droudkal accord une interview à un journaliste occidental : il répond, via une cassette transmise par un intermédiaire, en arabe à des questions posées par écrit par un journaliste du New York Times.

Dans cet entretien exceptionnel, Droudkel affirme que son mouvement est directement aidé par le réseau terroriste Al-Qaida, sans préciser la nature de l’aide reçue. « Nous et Al-Qaida sommes un seul corps et il est tout à fait naturel qu’on se renforce mutuellement avec tous les moyens », a-t-il souligné. Il explique également que son mouvement possède des sympathisants en Europe et dans d’autres pays musulmans. Selon Droudkel, la majorité des terroristes qui opèrent en Algérie sont des Algériens. Mais, a-t-il précisé, un nombre signifiant de «combattants» proviennent d’autres pays voisins : Mauritannie, Libye, Maroc, Tunisie, Mali et Niger.

Dans cet entretien, le chef du GSPC se montre particulièrement virulent à l’égard des Etats-Unis. Il accuse Washington de piller les richesses de l’Algérie, d’avoir installé une base militaire dans le sud du pays et ouvert un bureau du FBI à Alger. Selon lui, l’ambassade américaine à Alger a presque les mêmes missions que celle des Etats-Unis en Irak, en se mêlant notamment de la politique algérienne. « Nous nous sommes retrouvés sur la liste noire de l'administration US, accusés de terrorisme. Puis nous nous sommes aperçus que l'Amérique construisait des bases militaires dans le sud de notre pays, organisait des manœuvres, s'emparait de notre pétrole et prévoyait de prendre notre gaz ».

Dans ce contexte, l’AQMI «n'hésitera pas à frapper les Etats-Unis quand nous le pouvons et où nous le pouvons, où que ce soit dans le monde. » "Tout le monde doit savoir que nous n'hésiterons pas à frapper les Etats-Unis quand nous le pouvons et où nous le pouvons, où que ce soit dans le monde», a-t-il ajouté.

Plus globalement, Abdelmalek Droudkal promet de nouvelles attaques contre les intérêts occidentaux en Algérie et dans la région du Maghreb. Au passage, il réaffirme la responsabilité de son mouvement dans les dernières opérations terroristes : attentat du 11 décembre contre le siège de l’ONU à Alger, attentat contre l’ambassade d’Israël en Mauritanie, enlèvement de deux touristes autrichiens à la frontière algéro-tunisienne…

Selon des «officiels militaires américains», cités par le New York Times, l'AQMI dispose en Algérie de 300 à 400 combattants, principalement cachés dans les montagnes à l'Est d'Alger, ainsi que d'un réseau de soutien estimé à quelque 200 personnes dans le reste du pays.

Article : toutsurlalgerie.com

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (66) | Réagir ?

avatar
GOUGAR

Sous la dénomination « Al-Qaïda » des journalistes aux ordres et leur cohorte «d’experts & spécialistes » ont la prétention de faire passer la pilule aux Occidentaux et éviter leur désapprobation des mesures de restriction de la liberté. Sans « Al-Qaïda » il aurait été difficile d’envisager l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan, la complaisance d’une grande partie des régimes groupions arabe, ainsi que la dévastation sociale et institutionnelle qui a frappé nombre de pays de la région du sahel. Sans Al-Qaïda, George Bush n’aurait pas fait deux mandats, et Nicols Sarkozy n’aurait jamais été élu en France.

avatar
farouk bougandoura

à @[email protected] le washington post est pro democrate quand au NY times il est radicalement republicain. je ne confond rien. salutations.

visualisation: 2 / 66