Paris interpelle Alger sur la répression policière

La répression policière de toutes les manifestations des opposants au pouvoir commence à irriter les capitales occidentales.
La répression policière de toutes les manifestations des opposants au pouvoir commence à irriter les capitales occidentales.

Après un silence complice qui aura duré plusieurs semaines, les autorités françaises viennent de sortir de leur réserve pour pointer prudemment la situation en Algérie.

Paris se rappelle aux souvenirs d’Alger. Alors que la police a réprimé cette semaine une manifestation d'opposants au président Bouteflika appelant au boycott des élections du 17 avril, la France a exhorté l'Algérie de respecter la liberté d'expression et le droit de manifester.

C’est la première déclaration d’une capitale occidentale sur les dérives policières du régime algérien. Devant la multiplication des interdictions de manifester ou de s’exprimer, la France a pris son courage des deux mains pour tancer diplomatiquement l’Algérie. Paris a appelé l'Algérie, vendredi 14 mars, à respecter la liberté d'expression et le droit de manifester pacifiquement.

"Nous souhaitons que la liberté de la presse, d'expression soit respectée en Algérie comme partout ailleurs dans le monde", a affirmé Romain Nadal, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. "Le droit à manifester pacifiquement fait partie des libertés fondamentales et nous souhaitons le respect des libertés fondamentales en Algérie comme partout ailleurs dans le monde. Cela fait partie des libertés démocratiques et ça fait partie de la démocratie", a-t-il ajouté. "Il appartient aux Algériens d'écrire cette page de leurs histoire", a enfin précisé Romain Nadal.

On sait que les relations se sont réchauffées depuis l’arrivée de François hollande au pouvoir en France, alors les mots sont choisis, amènes et surtout prudent au risque de lever une tempête de réactions à Alger. Paris ne veut pas fâcher alger car il y a de gros intérêts financiers.

R.N /Reuters

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
salam benzzedine

Ce n'est plus une position diplomatique... c'est un rire jaune qui montre toute la géne des autorités françaises. Il faut reconnaitre que de tout temps la gauche n'a pas spécialement aidé les algériens ni dans leur developpement ni dans leur recherche d'une voie démocratique. Personnellement je pensais qu'avec Hollande les gouvernants français seraient plus lucides ; en fait il (hollande) décoit tout le monde, gauche et droite; et comme de bien entendu ils (les français) attendent pour voir : Ils seront les premiers à lacher Bouteflika si les choses se gatent. De gros interets sont en jeu, et si Hollande perd sa carte Algérie: il peut dire adieu à un 2éme mandat.

avatar
sarah sadim

la plus grosse erreur d'un président francais à l'égard de l'Algérie état et peuple a été commise par Francois hollande, et cette réaction tardive et mitigée de la france "hollandienne" ne changera rien, car les relations entre les deux pays ne peut souffrir d'une aussi "Sale complicité" du président Bouteflika et du président Hollande. Gageaons que leur longévité politique est déja réduite à son extreme, la France officielle s'est trompéé et a commise une grave insulte de l'avenir entre deux états.

visualisation: 2 / 4