Le cercle Nedjma répond à Ksentini sur les relations algéro-marocaines

Farouk Ksentini a fait de graves déclarations sur le Maroc.
Farouk Ksentini a fait de graves déclarations sur le Maroc.

Chargé par le pouvoir de répondre aux accusations dont il est l’objet pour sa violation des droits humains, M° Farouk Ksentini sort de son rôle pour préconiser la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc. En Algérie comme ailleurs les militants des droits humains ont appris à n’accorder aucun crédit à ses interventions.

Les gouvernements algérien et marocain ont, depuis trop longtemps, du mal à éviter les tensions alimentées par des discours haineux qui visent à détourner des questions essentielles du devenir des populations. Nombreux, dans les deux pays, sont celles et ceux qui cherchent à dépasser un chauvinisme officiellement entretenu et privilégier les nombreux facteurs de rapprochement entre les deux peuples. Le drame syrien ne doit pas ajouter à ces tensions et doit être au contraire l’occasion de solidarités renouvelées à l’égard de populations qui ont toujours été laissées pour compte par les pouvoirs autoritaires. 

Le dernier incident relatif aux mouvements de réfugiés syriens aux frontières des deux pays peut et doit être réglé en engageant des discussions, conformément aux règles de bon voisinage et en application de la règle de la bonne foi, bien connue en droit international. Une enquête menée de bonne foi, à l'aide notamment des documents de voyage des réfugiés concernés peut aider à déterminer les faits, à un niveau approprié.

En attendant nous souhaitons que le souci des droits humains anime les deux parties et permette de prendre des mesures de protection de tous les réfugiés aux frontières des deux pays.

Le Cercle Nedjma : Madjid Benchikh, Ahmed Dahmani, Mohammed Harbi, Aïssa Kadri

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
ali Foughali

Franchement Monsieur Ksentin que ferez vous après la fin de Bouteflika qui est pour bientôt comme tous les Algériens le savent. Un exil peut être?