Tayeb Louh : l’affaire de Tiguentourine instruite par un juge

La base après sa libération par les unités spéciales de l'ANP.
La base après sa libération par les unités spéciales de l'ANP.

L’attaque terroriste contre le complexe gazier de Tiguentourine (wilaya d’Illizi), le 16 janvier 2013, est instruite par un juge spécialisé, a déclaré jeudi à Alger le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh.

Ainsi, le ministre de la justice, Tayeb Louh, emboite le pas à l’instruction lancée par le parquet de Paris concernant cette attaque terroriste. Le ministre a profité d'une séance plénière du conseil de la nation pour faire sa déclaration. A l'occasion il a indiqué que l’affaire de Tiguentourine est "entre les mains de la justice algérienne et l’instruction est confiée à un juge spécialisé comme l’exige la procédure pénale".

"Le code de procédure et la loi algérienne autorisent quiconque ayant subi des préjudices suite de cette aggression à se constituer partie civile auprès du juge d’instruction ou du tribunal qui aura à statuer sur l’affaire", a précisé le ministre. Comme pour nous rassurer, il lance : "Laissons la juridiction spécialisée chargée d’instruire cette affaire poursuivre l’instruction conformément à la loi". On sait malheureusement que la justice, inféodée au pouvoir, a les mains liées. La preuve ? Le sort fait à l’affaire des poursuites contre Chakib Khelil. 

La prise d'otages de Tiguentourine, est une attaque massive menée du 16 janvier 2013 au 19 janvier 2013 par les Signataires par le sang, un groupe armé dissidents d'Aqmi, dirigé par Mokhtar Belmokhtar. A l'issue des affrontements lancés par l'armée pour libérer les otages et reprendre le contrôle de la base, le 19 janvier, les autorités algériennes établissent un premier bilan. 32 islamistes morts, ainsi que 23 otages. 685 employés algériens et 107 ressortissants étrangers ont toutefois été libérés. Depuis cette sanglante attaque, la compagnie britannique BP qui exploitait le site tergiverse et hésite à revenir.

R.N.

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
uchan lakhla

Le pouvoir algérien, expert dans le bricolage et l'improvisation, parait-il ! Aux dernières nouvelles, enfin l'état algérien s'est doté d'une justice, donc des juges, et nous avons à fortiori un parquet, Monsieur le ministre garde des sceaux, annonce la nouvelle à qui ? A une bande de gérontocrates affairistes, qui passent leur temps à brouter et dormir, une bande de criminels à l’image de Benbouzid, remercié pour avoir cassé le peu de choses qui restaient encore dans cette malheureuse et sinistrée dite école algérienne.