Déplacement économique du premier ministre français en Algérie

 Abdelmalek Sellal accueille Jean-Marc Ayrault
Abdelmalek Sellal accueille Jean-Marc Ayrault

Un an après François Hollande, Jean-Marc Ayrault effectue à son tour lundi et mardi une visite officielle en Algérie destinée à cultiver une relation "apaisée" dont le volet économique est toutefois soumis à une concurrence grandissante. Jusqu'à ce matin, on ne sait toujours pas s'il sera reçu par Bouteflika.

Après la Chine la semaine dernière, le Premier ministre effectue un nouveau déplacement à haute teneur économique. Il sera à Alger lundi, avant de se rendre à Oran le lendemain. Pas moins de neuf ministres, dont Manuel Valls (Intérieur), Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Vincent Peillon (Education), l'accompagneront. "Le président de la République a effectué une visite en décembre 2012 qui a permis de relancer les relations, il avait prononcé des discours importants sur la volonté de la France d'avoir une relation apaisée avec Alger", rappelle un conseiller de M. Ayrault.

La visite de M. Hollande avait notamment débouché sur l'installation d'un "mécanisme de suivi, l'instance gouvernementale de haut-niveau qui est présidée par les deux Premiers ministres" algérien et français. Le déplacement de M. Ayrault va ainsi permettre de réunir pour la première fois cette "instance", explique-t-on à Matignon.

"Cela peut paraître un peu formel, mais c'est très utile, ça donne une impulsion à des dossiers qui trainent parfois depuis des mois", explique-t-on dans l'entourage de M. Ayrault. "Il y a eu un effort considérable pour structurer dans tous les domaines cette relation franco-algérienne".

Quatrième client de l'Algérie, essentiellement en hydrocarbures, la France reste son premier fournisseur (12,8% de part de marché en 2012). Mais "il y a un effritement constant depuis dix ans", admet Matignon, du fait de la "concurrence d'autres pays comme l'Espagne et la Chine". Ce dernier pays pourrait même ravir dans les prochains mois à la France cette place de premier fournisseur.

Au premier semestre 2013, l'excédent commercial français s'est ainsi élevé à 670 millions d'euros, contre 2,5 milliards d'euros en 2012. La part de marché cette année s'est "un peu tassé", à 11,7%, relève Matignon.

"Violations des libertés syndicales"

M. Ayrault clôturera notamment lundi un Forum économique à Alger qui réunira 400 chefs d'entreprises des deux pays. Martin Bouygues, Pierre Mongin (RATP), ainsi que des dirigeants d’Alstom ou de Renault feront ainsi partie de la délégation, où figureront aussi plusieurs parlementaires comme Samia Ghali (PS) ou Jean-Christophe Lagarde (UDI).

Le Premier ministre visitera également l'usine Renault, censée illustrer cette philosophie du "co-développement industriel" entre Paris et Alger, un partenariat présenté comme "gagnant-gagnant". Il prendra aussi le tramway d'Oran, conçu par Alstom et la RATP et inauguré il y a quelques mois.

La venue de M. Ayrault doit par ailleurs faire avancer d'autres volets, selon Matignon, comme la "mobilité" d'un pays à l'autre. Des "efforts" ont par exemple été faits, souligne Matignon, dans la délivrance de visas. 250.000 ont été accordés en 2013, contre 210.000 l'an dernier, pour un "taux d'acceptation" d'environ 75%.

Jusque dans la matinée, M. Ayrault ne savait pas si le président allait le recevoir. La rencontre reste à confirmer.

Il est aussi attendu par des ONG qui lui demandent d'aborder la question des droits de l'Homme avec les autorités algériennes. Elles fustigent "les violations récurrentes des libertés syndicales, de réunion et d'association en Algérie" qui "remettent en cause la possibilité même pour la population de jouir des bienfaits d'une coopération économique renforcée avec la France". Parmi les signataires figurent la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), le Comité international de soutien au syndicalisme autonome algérien (CISA) et le Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA).

Avec AFP

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

A chaque fois que ce pays traverse une crisev profonde (ECONOMIQUE ET MORALE), il fait son retour à son ancienne colonne et demance l'aide à ses anciens indigènes qu'ils a laissé sur place avant de quitter les lieux !!!

Pour rappel le groupe ARCELOR a été sauvé grâce à l'aide financière de ces indignénes locaux !!!

Au moment où chez eux, ils prônent la consommation du PRODUIT LOCAL, chez les autres ils prônent la politique de GRAND BAZARD !!!

Ah !!! JACQUE FOCCART a accompli sa Misson comlme il se doit !!!

avatar
ali chemlal

Les relations commerciales bénèfiques aux deux pays, c'est bien, mais on constate que sur le plan

politique, la France drague l'Algerie et couche avec le Maroc en soutenant de maniére inconditionnelles les théses marocaine sur le Sahara Occidental, au mépris des droits a l'autodétermination du peuple Sahraoui.

avatar
Massinissa Umerri

Mais ca va ? - En quoi, le gouvernement francais est-il concerne' par les operations d'une societe' prive'e (actionnaires) ? Je vais vous le dire: Pour faire signer un contrat d'acceptance par le gouvernement/etat/autorite'/regime/mafia ou je ne sais quoi, que ces societe's paient les impots en france ! c. a. d. que la france exerce une taxe sur le territoire algerien !

Un tel contrat sert alors de guarantie aupres des chinois et Allemands qui monteront la ligne de credit du gouvernement francais, qui ne subira pas alors une + grand cout de sa dette. C'est elementaire, dans tout business - Tu prends une commande d'un client et tu l'emmene a un banquier pour te preter ou re-organiser une dette ou ligne-de-credit.

Le gouvernement francais est tout a fait logique, du moment ou, bouteflika &Co. sont les seuls dans le monde avec qui la preuves de mains sanguinaires guarantisse des droits sociaux, logement, bourse, license commerciale et meme prets cash non guarantis. Ca s'appele la reconcialiation, et la france et l'algerie continueront a se reconcilier tant qu'il y aura des flousss....

Par "la france veut les investissements algeriens en france" il faut enttendre, la protection et blanchissement de l'argent sale, comme celui que Bejaoui a fourr'e qui sait ou ? un peu a DOha, et le reste.... qui sait ou?

Quand au savoir faire - Voyons, ils protegent leur jeunesse de la competition Magrebine, que la xenophobie camembert a libere'e (jeunesse). Cette jeunesse commence a traiter directement avec les maisons meres. Par example:

Je peux en moins de 2, rassembler une equipe d'Ingenieurs top-class, d'ici-meme (usa) c. a. d. des acteurs directs dans la conception et construction de pas mal de technologies, et placer les filliales EMEA (Europe, Middle-East and Africa) a Alger, pour autant la vente que le support. Le Jean Pierre badrouille peut le faire en France, mais pas moi a partir d'Alger !

Ou est la difference?

Le jean-machin est en securite' chez lui, mais pas moi. Jean reynault machin va luiprocurer des guaranties a Alger, que le Qbayli n'aura jamais ! Et pourtant, combien de ces pierre-tartons ont chauffe' le banc dans mes classes de formation. Je ne fais plus ca, mais des milliers et milliers d'autres le font.

Le pierre-tarton-pion a son ambassade pour le supporter, mais pas le bouzid algerien - a l'ambassade, il a droit a wallah ghaleb, tu as fait ton service militaire, tu fais ramdane, etc. et biensur, il connait quelqu'un qui connait quelqu'un, qui connait quelqu'un, etc... qui va t'aider !

Ces pseudo-accords, ne serviront qu'a accelerer la vidange, et vivement ca, car cela signifie la fin des moyens de repression et la paie des mercenaires en uniforme.

visualisation: 2 / 5