Appel à la solidarité avec des prisonniers mozabites à Ghardaïa

Appel à la solidarité avec des prisonniers mozabites à Ghardaïa

Le Dr Kameleddine Fekhar, militant des droits de l'homme, nous a fait parvenir l'appel à la solidarité suivant.

L’appareil judiciaire à Ghardaia poursuit sans relâche sa guerre marathonienne acharnée et usante contre les militants des droits de l’homme. Après deux reports successifs, le tribunal de Ghardaia, examinera le dimanche prochaine le 17/11/2013 l’affaire dans laquelle sont poursuivis 14 militants des droits de l’homme pour des accusations fomentés et graves, il est à rappeler que les activistes de droit de l’homme ont assisté le 26/03/2013 à un sit-in pacifique de solidarité avec les chômeurs et de soutien à leurs revendications légitimes qui coïncidé avec la célébration officielle d’une fête locale, la fête du tapis, et c’est a rappeler aussi que les participants à cet sit-in de solidarité ont subi toutes les affres de la répression policière, insultes racistes, coups et blessures, tortues et l’utilisation excessif de la violence sans justification etsans aucun avertissement au préalable, malgré le pacifisme de sit-in, comme le montre cette vidéo prise le 26/03/2013 à 08 heure 45 du matin :

Apres l’agression caractéristique et programmée contre les militants de droit de l’homme pour justifier leurs arrestation, les festivités de la fête du tapis se sont déroulées comme si de rien n’étai, comme le montre cette vidéo prise vers les coups de 10heur du même jour et au même endroit :

Malgré toute ces violations des droits et libertés et cette violence gratuite et extrême contre des militants pacifiques, ces mêmes militants sont poursuivaient et accusé de :

  • Délit d’opposition par agression et attroupement à des actions ordonné et autorisé par les autorités publiques
  • Délit de destruction des biens appartenant à autrui.
  • Délit d’outrage envers un corps constitués.
  • Délit de mutilation et de profanation du drapeau national.
  • Infraction d’endommagement du bien mobilier appartenant à autrui.

Comme d’habitude ces accusations collectives et graves ne sont fondées sur aucun alibi tangible, sauf les procès verbaux de la police judiciaires que prépare son officier «Hami Rachid» l’officier qui s’est spécialisé dans le dossier des défenseurs des droits de l’homme en les surveillants de près et connu pour ses tentatives répétées pour leurs coller des accusations graves et fomentées. A savoir que les activistes en droit humain à Ghardaïa depuis les événements de Ghardaia 2004, sont victimes d’infinies poursuites judiciaires et n’en finissent avec un procès que pour en commencer un autre.

Ce qui marque le procès en cours c’est le silence suspecte et complice et la non-réponse du procureur aux plaintes déposées avec certificats médicales par les activistes en droit humain qui étaient victimes d’arrestations arbitraires racistes et sélectives avec coups et blessures et même torture et insultes par propos racistes et abus de pouvoir par la police de Ghardaïa, , ce qui confirme l'intransigeance et le mépris total du rôle préliminaire de l’appareil judiciaire qui est la recherche de la vérité, moi-même j’était victime d’une agression lâche qui m’a fait perdre connaissance et je ne me suis réveillé qu’ une heur après au commissariat.

Et comme ça les activistes des droits humains se sont transformer de victimes de crimes contre l’humanité punis par les lois internationales, en criminels poursuivis d’accusations graves dont le totalité des peines en cas de condamnation, est de plusieurs années de prison ferme, tout cela sous les ordres du pouvoir exécutif et la complicité de la police et de la justice.

En cette occasion nous lançons un appel de solidarité aux citoyens, syndicalistes autonomes, chômeurs, journalistes et aux défenseurs des droits de l’homme d’assister massivement au procès qui se déroulera le dimanche 17 novembre 2013 à Ghardaïa pour voir de près la réalité de la situation des droits de l’homme en Algérie, et pour dévoiler et révéler la guerre acharnée et atroce que subissent les défenseurs des droits de l’homme en Algérie d’une façon générale et à Ghardaia en particulier.

Dr Kameleddine Fekhar

Ghardaia le 10 novembre 2013

Journaliste indépendant et Militant pour la démocratie

Activiste pour la défense des droits humains appartenant à la minorité Mozabite victime d’ethnocide

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
m'hend Umeri

Il ne s'agit pas seulement de droits de l'homme qui sont bafoués dans cette région du pays mais de casser l'unité du M'zab aux traditions séculaires, se suffisant économiquement, bien organisée socialement. Pas de chômeurs, ni mendiants, pris en charge par la communauté. Les citoyens de cette région, grands commerçants, on doit prendre exemple sur eux. Il existe une solidarité qu'on ne trouve pas ailleurs. Les mariages sont célébrés modestement; loin du gaspillage dans les grandes villes d’Algérie. Aussi, nous sommes solidaires et nous disons que ce procès est une comédie, qui sert les intérêts de certains groupes de pressions et qu'il doit cesser.

avatar
R A M E S S E S II

Les Kharidjites payent une double peine: Religieuse et Berbère!

Déjà même si on est un Kabyle musulman, on est très mal vue par les racistes islamo-arabes d'Alger, et surtout si on est chrétien, je ne parle pas si tu te fais passer pour un Juif, mon dieu, l'école arabe est enfermée dans une bulle d'un livre dépassé par la Technologie, ce que les frêres arabes n'arrivent pas à surmonter! ça ce n'est pas pur demain une Algérie plurielle et démocratique, et surtout vous êtes à coté des Trous noirs pétrolier, alors courage, vous avez notre soutien même minime qu'il soit, le bon dieu ne laissera pas tomber ses enfants!