Aux pieds-noirs, victimes du colonialisme

Aux pieds-noirs, victimes du colonialisme

Par Alain Ruscio, historien (1).

Le conflit en Algérie pouvait-il faire l’économie de la violence ?
Chers amis, j’emploie d’emblée cette formule, que certains d’entre vous repousseront avec effroi, mais je persiste à penser qu’avec vous, il faut d’urgence rétablir le dialogue, dévoyé par vos pires ennemis qui se prétendent vos défenseurs, les anciens de l’OAS, terroristes toujours pas à la retraite.

Donc, oui, nous, les citoyens, porteurs d’un regard extrêmement critique sur le bilan du colonialisme, sommes, que vous le vouliez ou non, vos véritables soutiens, vos seuls défenseurs. Car vous avez été des victimes du colonialisme.

Chers amis, donc, connaissez-vous le capitaine Edmond Pellissier de Reynaud ?

Non sans doute, car les manuels d’histoire de l’Algérie en parlent peu. Alors, je vous en prie, reportez-vous à ses Annales algériennes, publiées en… 1836. Il y prône la fin de la violence dans la conquête, puis un rapprochement des peuples « arabe » et français. Faute de quoi, prévient-il, « ce serait entre eux et nous une guerre incessante, où la France dépenserait son sang et son argent. Le système de fusion est donc le seul applicable ; s’il est impossible, il faut s’en aller, et le plus tôt sera le mieux ». La « fusion » des peuples était sans aucun doute une utopie. Mais, cette illusion ôtée, reste le fond du raisonnement : respectons ce peuple. Écrit en 1836 !

Ce courant, que ses détracteurs appelaient, avec une nuance de mépris, indigénophile, a toujours existé. Toujours, en Algérie, il s’est trouvé des Français - oui, vos ancêtres, pieds-noirs ! - pour dénoncer la morgue, le racisme, les inégalités, la répression. Toujours, en métropole, il s’est trouvé des politiques, pour (tenter d’) esquisser des solutions acceptables par tous, il s’est trouvé des intellectuels pour appeler à la compréhension, à l’estime, au respect des indigènes.

Mais, chers amis, vous savez bien que ce furent des voix criant dans le désert, des protestations brisées sur le mur des certitudes de la majorité de vos aïeux. Est-ce qu’une fois, en cent trente-deux années de domination coloniale, de telles solutions ont été en mesure de l’emporter ? Le royaume Arabe cher à Napoléon III (qui ne fut pas petit en cette affaire) s’est brisé sur l’hostilité des colons. Tout comme la politique de compréhension voulue par Maurice Viollette. Et le grand espoir du Front populaire, si vite brisé, avec ce pourtant si timide Projet Blum-Viollette, mort-né parce qu’une partie de la communauté française d’Algérie criait à la révolution ? Et la terrible réponse de mai 1945 aux premiers drapeaux algériens arborés à Sétif ? Et Ferhat Abbas, le plus modéré des leaders algériens, en prison ? Et le statut de l’Algérie, deux ans plus tard, qui, bien que limité lui aussi dans ses ambitions, ouvrait quelques possibilités d’expression aux Algériens, si vite trahies par le trucage des élections à la Naegelen ?

Entendons-nous bien. Ce pays de coexistence harmonieuse entre les communautés n’aurait en aucun cas fait l’économie de la reconnaissance de l’indépendance de l’Algérie. L’Algérie algérienne était inscrite dans l’Algérie française, quelles qu’eussent été les politiques suivies. Mais le racisme ambiant a interdit à la majorité d’entre vous, amis pieds-noirs, d’imaginer même ce type de solution, ce type de société égalitaire. La valise ou le cercueil. Regardez la vérité en face : c’est l’adhésion de certains d’entre vous, la tolérance de beaucoup d’autres, vis-à-vis des thèses et des actions des ultras qui vous ont contraints à ce choix si terrible.

Et aujourd’hui ? Certes, toute généralisation est hâtive. Certes, sans enquête statistique, sans sondage, il est bien difficile de savoir ce que pense la majorité d’entre vous. Mais le moins que l’on puisse écrire est qu’une partie de votre communauté, celle qui s’exprime le plus bruyamment, persiste dans cette attitude. Paraphrasant Prévert, on pourrait écrire : « Depuis dix, vingt, quarante ans, ils cultivent la même idée fixe… et ils s’étonnent de ne pas avancer. » Voire de régresser. Le drame est que ce courant empêche les évolutions nécessaires, quant à l’évaluation du passé colonial ; plus grave : quant à la nature et à la qualité des relations de la France avec ses anciennes colonies. Le laisserons-nous « bloquer l’Histoire » ? (2)

Amis pieds-noirs, encore un effort !

(1) Dernier ouvrage publié : Falsifications et instrumentalisations, les Indes Savantes, 2007 (codirigé avec Sébastien Jahan).

(2) Selon l’expression qu’utilisait Pierre Nora en 1961 (Les Français d’Algérie, Julliard).

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
andréllopis

c'est trés bien messieurs les intervenants, vous avez eu votre indépendance ou plutôt on vous l'a donnée la victoire est belle, notre sort vous avez raison était fixé depuis 1954 et aprés l'épuration etchnique maintenant nous avons l'épuration religieuse et en plus il faut se taire parce que tout est négatif de notrepart et de celle de la france, l'histoire depuis 45 ans nous démontre qu'il ne peut d'existence pacifique entre les musulmans et les autres communautés, liban, kosovo, égypte, palestine, sénégal, turquie ou les chrétiens sont humiliés et assassinés et j'en oublie, et même en france dans 730 zones occupées les chrétiens baissent la tête et descendent du trottoir, je faisais parti du petit peuple pies noirs j'habitais un 2pieces en location au milieu des arabes et dans un quartier arabe, jesavais que les carottes étaient cuites et lors de mon départ j'avais donné les clefs à mon ami touati en lui disant prends ce que tu veux il vaut mieux que ce soit toi qui en profite, j'avais également malgré mes dificulté financières envoyé des colis avec du lait les premiers sont arrivés et les autres ont été détourné, c'est encore de notre faute les pieds noirs il n'y a rien de positifs dans l'intervention des 4 intervenants, j'ai tourné la page mais de temps en temps un algérien vient me voir et bien sur nous évitons de parler de cette maudite guerre d'algérie qui a permis au fln d'avoir son indépendance en s'attaquant aux femmes et aux enfants "les méchants"tant de haine aprés u n demi sciécle, c'est à désespérer rien de positif dans tout cela.

avatar
ali lamraoui

quelques soient les regrets, il est déjà trop tard, même très tard!

La france aurait certainement pu développer une très grande colonie, une profondeur stratégique très importante pour l'avenir des deux rives. son poids civilisationnel aurait pu être nettement plus influent aujourd'hui, et la nation algérienne aurait pu apporter par son dynamisme les pierres qui manquaient pour édifier une grand, un très grand pays. grand par sa culture enrichie par un Maghreb vigoureux et prometteur, grand par sa générosité, en opposition aux colonies anglo-saxonnes et grand géographiquement, s étendant du cœur de l'Afrique au cœur de l'europe.

malheureusement tel n'est pas le cas car on peut dire sans trop se tromper, que les colonies françaises ont été un tel ratage et une telle démonstration d'égoïsme et d'ethnocentrisme, que l'histoire n'a

pu trouver à décrire aucun passage positif de la présence de la france

dans ces contrées contrairement à ce qui est prétendu si souvent. le niveau de la plupart des français était bien trop faible pour dépasser un nombrilisme cocardier ridicule à comparer avec les opportunités historiques fabuleuses

que constituaient les colonies. on ne récolte que ce que l'on sème.

visualisation: 2 / 5