Youcef Zirem signe "Histoire de Kabylie"

Le livre
Le livre

Ce concentré de l’histoire de la Kabylie avec des coups de projecteur sur le reste de l’Algérie vient de sortir chez Yoran Embanner, un éditeur breton (France).

En quelque 250 pages, l’écrivain et journaliste Youcef Zirem résume dans son Histoire de Kabylie, avec le sous titre "le point de vue kabyle", les principaux événements historiques qui ont marqué cette région. L’ambition manifeste de cet ouvrage est de réaliser une cartographie historique de la Kabylie avec une écriture simple pédagogique et sans fioriture. Mais plus encore, le lecteur trouvera une mine d’informations sur le passé mais aussi les 50 dernières années. L’ouvrage commence par l’époque des splendeurs numides, une période plus ou moins connue, mais nécessaire à rappeler pour ceux qui l’aurait oublié. Puis l’auteur déroule le fil de l’histoire avec les royaumes musulmans berbères, la période des ottomans. "Quand les dynasties berbères musulmanes disparaissent, la Kabylie fonctionne pendant un moment en confédération", observe Youcef Zirem. 

Rebelles, maquisards, chanteurs, poètes errants, bandits d’honneur, politiciens, femmes résistantes parmi des hommes pétris du code de l’honneur, la Kabylie est une terre de contrastes humains. Dans Histoire de Kabylie, l’histoire n’est jamais loin de la poésie et de la littérature. Ainsi on pourra y lire, des passages sur Si Mohand Ou M’hend ou Youcef Ou Kaci, deux bardes au verbe vrai, incisif et sans équivalents.

Youcef Zirem nous rappelle à travers ce livre quelques parcours singuliers de militants anonymes qu’on ne trouve pas ailleurs. Nous pensons à Akli Banoune, un des premiers militants de l’Etoile nord-Africaine qui avait mis sa vie et ses biens au service de la lutte pour l’indépendance. Ou alors Mohand Amokrane Heddag, berbériste et nationaliste, tué par l’ANP pendant la lutte entre le FFS et le régime de Ben Bella-Boumediene. De longs passages sont aussi consacrés au printemps berbère de 1980, au printemps noir et surtout à l’assassinat de Matoub Lounès. En journaliste averti, Youcef Zirem n’a pas non plus omis de rappeler les circonstances troubles qui ont entouré les assassinats d’intellectuels et de journalistes pendant les années 1990. A la fin du livre, le lecteur trouvera une liste non exhaustive des victimes du printemps noir. 

Véritable mallette à informations historiques et pratique dans son "chapitrage" avec une foule de connaissances résumées en quelques lignes, ce livre est essentiel. Vivement que ce livre trouve aussi son éditeur en Algérie.

Hamid Arab

- L’histoire de Kabylie, un point de vue kabyle, de Youcef Zirem, chez Yoran Embanner. Disponible en France (Fnac et bonnes librairies). 

- Youcef Zirem est l'auteur de plusieurs romans, ou recueils de poésie et nouvelles. L'homme qui n'avait rien compris est le dernier livre qu'il a publié en mars chez Michalon 

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Le panarabisme n'aime pas le savoir, la culture et les sciences sous toutes leurs formes. Amr ibn elkass avait averti les pays, comme tamazgha (afrique du nord), en particulier la kabylie, qui auront le malheur de tomber sur le maléfisme colonial arabomusulman, que Tout est dans la doctrine mahométane appelé coran, et c'est ainsi qu'en brulant la bibliothéque d'alexandrie suite à la conquête de l'egypte, civilisation copto-egyptienne que l'arabisme a anénantie, il avertissait les pays à conquérir que le savoir ne sera toléré par la colonisation arabe qu'à travers le cheval de troie de l'arabisme, l'islam!!!.

Le peuple kabyle doit lutter contre le panarabisme colonial, le plus néfaste du joug colonial, en propageant les sciences du savoir et en permettant aux générations futures kabyles de s'instruire. Le talon d'achile de l'araberie coloniale est justement là, par le savoir la colonisation arabe ne pourra pas propager ses us et coutumes archaîques, ennemis du civilisé et de l'humain.

Néanmoins, cet auteur nous rappelle que tamazgha, hélas, et en particulier la kabylie ont été sous les dynasties bérbéres. Hélas, oui!car ces dynasties bérbéres, almohades et elmoravides ont été deux dynasties de "harkis" du panaraboislamisme. Ce sont ces deux collaboratrices de l'arabisme qui ont défiguré la kabylie en particulier en propageant à ce jour le cheval de troie de l'arabisme, l'islam, qui est l'une des causes de l'état de déliquescence que connaissent les pays bérbéres et malheureusement la kabylie

avatar
R A M E S S E S II

le Titre "Histoire de Kabylie" histoires ou Histoire avec un grand H, si c'est vraiment de l'origine de la Kabylie, des premières tribus qui sont installées depuis les temps mémoriaux sur ce territoire hostile, nos anciens géographes Kabyles, des hommes et femmes intelligents, aucun lieu n'est laissé au hasard, noms des champs, des villes, des rivières, il n ya pas un champ qui n'a pas de nom, généralement r

visualisation: 2 / 6