MAK : le pouvoir poursuit sa politique répressive en Kabylie

Aït Chebib, président du MAK
Aït Chebib, président du MAK

Le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie réagit aux arrestations de manifestants à Bejaia.

Le pouvoir infâme poursuit sa politique oppressive à l’encontre des citoyens Kabyles dont les doléances sont toujours accueillies avec mépris, quand ce n’est pas par la répression. La loi électorale cautionnée par les partis politiques en participant à la mascarade du 29 novembre 2012 est une loi scélérate qui vise à créer un climat d’instabilité, attiser les luttes intestines et fragiliser la cohésion sociale dans le but de détourner le peuple kabyle de son objectif de liberté.

Dans plusieurs localités, des affrontements ont failli éclater entre les partisans des différents élus pour avoir la présidence de leur municipalité et des alliances avec les partis du pouvoir ont été contractées par l’opposition qui tourne ainsi le dos à elle-même.

Le litige opposant le maire sortant au nouvel exécutif de la commune de Barbacha, a donné lieu aujourd’hui à l’arrestation de plusieurs citoyens dont Mohand Sadek Akrour qui se trouve toujours en détention.

Devant cette énième violation des libertés démocratiques, le MAK exige la libération de la victime et rappelle à l’opinion publique que le pouvoir algérien ne s’arrêtera pas aux seules interpellations s’il n’y a pas de mobilisation populaire pour mettre un terme à sa politique colonialiste.

Kabylie, le 24 mars 2013

Bouaziz Ait Chebib, Président

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?