Obama réélu président des Etats-Unis : quelles perspectives ?

Barack Obama à la Maison Blanche pour 4 ans.
Barack Obama à la Maison Blanche pour 4 ans.

Le 6 novembre 2012 Barack Obama vient d’être réélu président des Etats Unis d’Amérique en rappelant qu’aux USA la limite est à deux mandats de cinq ans.

Cette présente contribution où j’ai eu à me prononcer à la télévision internationale africaine Africa 24 sur cette élection le 02 novembre 2012, se pose la question de savoir quelles incidences tant au niveau interne qu’au niveau des relations internationales aura cette réélection. Plus globalement, favorisera-t-elle le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident comme promis dans son discours du Caire ?

Le programme démocrate et le rôle de l’Etat régulateur

Le quotidien parisien Le Monde en date du 1 novembre 2012 avait bien résumé la différence du programme du candidat démocrate Barack Obama par rapport à son adversaire républicain Mitt Romney en titrant : "Au cœur de l’élection américaine, le rôle de l’Etat dans l’économie". Je précise bien que le programme des deux candidats s’inscrits dans le cadre d’une économie libérale où les entrepreneurs privés jouent le rôle déterminant dans la croissance économique. Cependant à la différence des républicains s’inscrivant dans le cadre de l’économie néo-classique, le tout marché avec la déréglementation, pour les démocrates, empruntant certaines propositions néo-keynésiennes faire confiance uniquement aux seuls mécanismes du marché conduit à des effets pervers d’où l’importance des institutions et du rôle de l’Etat afin de concilier les couts sociaux et les couts privés et favoriser une croissance innovante au sein d’une économie ouverte. Comme le montre l’actuelle crise mondiale le marché a besoin d’être encadré. Aussi si l’on s’en tient au programme du candidat démocrate, la politique socio-économique repose sur trois facteurs complémentaires.

Premièrement, elle doit tenir compte de l’adaptation aux mutations mondiales irréversibles, tout pays ne disposant pas d’autres alternatives que l’adaptation à la mondialisation. Prétendre que la mondialisation aliène le développement du pays et les libertés c’est ignorer une évidence: sans insertion dans l’économie mondiale, la majorité des pays seraient bien davantage ballottée par les vents des marchés avec le risque d’une marginalisation croissante.

Deuxièmement, le président Barack Obama promet de garantir les grands équilibres macro-économiques, de réduire à l’avenir l’important déficit budgétaire , harmonisé comme le prévoit le programme du candidat avec de nouveaux systèmes de protection sociale qui doivent s’adapter, aller en cohérence et en mouvement s’intégrant à une économie dominée par le consommateur mondial et arbitrée par les marchés financiers. Mais le programme insiste sur le fait qu’une économie qui produit la richesse ne détruise les liens sociaux dans un univers où la plupart des structures d’encadrements, (familles, religion, svndicats) sont faibles rendant urgent de mieux articuler les rôles respectifs et complémentaires de l’Etat et du marché. La société de marché incitant naturellement à plus d’efforts et de dynamisme et la solidarité dans la compétition implique de cesser d’exclure sous peine de devenir une société de décadence. Aussi, un des axes du programme démocrate garant de la cohésion sociale est une nouvelle gestion de la sécurité sociale dans la mesure où des millions d’américains n’ont pas de couverture sociale.

Troisièmement, le programme insiste sur la mutation nécessaire des services publics marchands. La conception passée sur une superposition forte entre secteur public, entreprise publique, monopole, activité limitée du territoire national doit faire place à l’efficacité de gestion, à la concurrence des services collectifs.

Une nouvelle approche des relations internationales

Les USA, sont la première puissance économique et militaire mondiale, et toute élection de ce pays a forcément des implications stratégiques du point de vue des relations internationales. Le discours prononcé par le Président Barack Obama le 19 mai 2011 a été axé sur un changement d'approche des Etats-Unis envers le Moyen-Orient, plaçant fermement son administration du côté des manifestants pour la démocratie annonçant notamment un vaste plan de soutien économique aux pays arabes qui se sont prononcés en faveur d'une évolution démocratique et, au-delà, à tous ceux qui auraient la volonté de promouvoir des règles nouvelles de bonne gouvernance et de liberté d'expression. La secrétaire d’Etat US Hillary Clinton dans une interview en octobre 2O12 a rappelé cette constante que les dictatures à travers la corruption produisent le terrorisme et le fanatisme religieux et que la stratégie des Etats Unis d’Amérique est de favoriser l’émergence de nouvelles forces sociales démocratiques tout en tenant compte des aspirations des citoyens locaux" s’inscrivant dans la promesse du président américain qui avait promis un programme d'aide destiné aux pays démocratiques issus du "printemps arabe".

Ce discours n'a été en fait que le prolongement du discours du Caire en juin 2009 où le président US a ouvert son discours ainsi : "Salam Aleikoum. Je suis venu chercher un nouveau commencement avec le monde musulman. Je sais qu'il y a beaucoup de musulmans et non musulmans qui se demandent si nous pouvons vraiment prendre ce nouveau départ", ajoutant : "c'est la foi en les autres qui m'a amené ici" avant de conclure sur un "God bless you". Pour Barack Obama, les révolutions arabes des peuples qui se soulèvent coïncident avec les idéaux américains mais la démocratie est l'affaire des peuples eux-mêmes qui durera dans le temps. Aussi dans le court terme, il doit tenir compte à la fois des puissants lobbys aux USA (l'alliance stratégique avec Israël) et des intérêts stratégiques des USA, par la prise en compte des régions stratégiques du Moyen-Orient, du Golfe persique, où leurs intérêts vitaux sont en jeu réorientant récemment leur stratégie sur le Maghreb dont l’intégration est un enjeu stratégique pour les USA, et l'Afrique, notamment avec la concurrence chinoise et les tensions au niveau du Sahel. Pour le dossier du Mali, selon des informations crédibles, il n’existe pas, pour paraphraser les militaires, de divergences stratégiques pour ce dossier avec l’Europe mais certaines divergences tactiques très secondaires. Concernant donc la transition, laissons le temps au temps car l’expérience démocratique en Occident a mis plusieurs siècles à se concrétiser dépendant des luttes entre les forces sociales réformistes et les forces sociales conservatrices, la transition étant difficile d’autant plus que les pouvoirs dictatoriaux en place ont fait le vide autour d’eux n’ayant pas permis l’émergence de forces politiques réformatrices afin de vouloir être les seuls interlocuteurs de l’Occident. Le mensuel le Monde diplomatique dans sa livraison de novembre 2O12 montre bien la difficulté des "islamistes à l’épreuve du pouvoir" notamment en Egypte et en Tunisie , montrant que l’expérience turque est une expérience spécifique du fait de sa culture et de sa longue histoire.

Favoriser le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident

Le deuxième mandat permettra-t-il de concrétiser les orientations du Caire certes pas demain, il ne faut pas être utopique, mais dans un avenir proche pour éviter que la religion ne soit utilisée à des fins de tensions entre l'Orient et l'Occident, comme arme de guerre fratricide ? C'est que les guerres de religions ont fait recette et l'on a pu, paradoxalement, utiliser ces termes antinomiques guerre-sainte, alors que les Livres saints ont pour fondement adhésion, tolérance, et respect d'autrui. Or, je suis convaincu avec de nombreux intellectuels de différentes sensibilités et nationalités, depuis de longues années, que la symbiose des apports de l'Orient et de l'Occident par le dialogue des cultures (le judaïsme, le Christianisme et l'Islam étant des religions de tolérance pour ne citer que les grandes religions monothéistes) permettront d'éviter ce choc des civilisations préjudiciable à l'avenir de l'humanité. L''intensification des relations entre l'Orient et l'Occident, la promotion de synergies culturelles, économiques, politiques sont seules à même d'intensifier une coopération pour un développement durable entre le Nord et le Sud. Et ce afin de faire de notre univers un lac de paix où seront bannis l'extrémisme, le terrorisme et la haine, ce qui doit passer par une paix durable au Moyen-Orient, berceau des civilisations, les populations juives et arabes ayant une histoire millénaire de cohabitation pacifique. Il existe des spécificités sociales locales, des anthropologies cultuelles spécifiques dont il convient de tenir compte car source d'enrichissement mutuel permettant de communiquer avec des cultures lointaines à travers des réseaux décentralisés auxquels la société civile (intellectuels, diplomates, opérateurs, médias grâce au rôle important d'Internet) doit jouer une fonction stratégique. C’est que les nouvelles relations internationales fondées sur les relations personnalisées entre chefs d'Etat ont de moins en moins d'effets. Ces réseaux doivent favoriser les liens communicationnels, les aires de liberté dans la mesure où les excès du volontarisme collectif inhibent tout esprit de créativité. Dans ce cadre, il y a lieu d'accorder une attention particulière à l'action éducative de l'homme pensant et créateur devant être à l'avenir le bénéficiaire et l'acteur principal du processus de développement. C'est pourquoi je préconise la création de grands pôles par grands continents (universités et de centres de recherches) loin de tout esprit de domination comme moyen de fécondation réciproque des cultures.

L'Orient et l'Occident sont deux régions géographiques présentant une expérience millénaire d'ouverture sur la latinité et le monde musulman avec des liens naturels et dans son ensemble porte de culture et d'influences anglo-saxonnes et des cultures asiatiques. Il est indispensable que l'Occident développe toutes les actions qui peuvent être mises en œuvre pour réaliser des équilibres souhaitables à l'intérieur de cet ensemble et de favoriser un quadruple objectif solidaire : l'Etat de droit et la démocratie politique; l'économie de marché ; la concertation sociale et les échanges culturels par des débats contradictoires d'idées et enfin la mise en œuvre d'affaires communes n'oubliant jamais que les entreprises sont mues par la seule logique du profit et dans la pratique des affaires il n'y a pas de sentiments. Dans ce cadre, l'émigration ciment des liens culturels peut être la pierre angulaire de la consolidation de cette coopération. Pour cela l'Occident, s’il veut éviter son déclin avec les nouvelles configurations géostratégiques qui s'annoncent avec la percée des pays émergents notamment au profit de l'Asie et dans un proche avenir de l'Afrique, doit repenser l'actuel système économique mondial en intégrant le défi écologique, la protection de notre environnement afin d’imaginer un nouveau modèle de consommation énergétique. Le système mondial actuel favorise la bipolarisation Nord/Sud, la pauvreté préjudiciable à l'avenir de l'humanité, accélérée d'ailleurs par les gouvernances les plus discutables de la part de certains dirigeants du Sud. En ce début du 21e siècle, des disparités de niveau de vie criardes font de notre planète un monde particulièrement cruel et dangereusement déséquilibré. L'abondance et l'opulence y côtoient d'une manière absolument insupportable la pauvreté et le dénuement. Faute de relever le défi de lutte contre la pauvreté, la crise mondiale actuelle constitue une menace pour le monde au cours des années à venir.

En conclusion, le candidat démocrate a un programme axé sur plus de justice sociale, plus réaliste vis-à-vis des enjeux mondiaux, encore que les axes fondamentaux de la politique étrangère des Etats Unis d’Amérique soient marqués par leur constance , le président Obama pouvant infléchir cette tendance notamment pour une paix durable au Moyen-Orient Espérons que cette réélection puisse favoriser les relations entre l'Occident et l'Orient, particulièrement du monde musulman et arabe, souvent passionnées pour des raisons de conjoncture, les extrémistes étant fortement minoritaires et souvent instrumentalisés par les forces conservatrices, ceux qui sont guidés par la haine, le racisme et la xénophobie. Espérons également, que les tensions soient dépassées, notamment sur le plan sécuritaire, le terrorisme étant une menace planétaire, mais ne saurait s'assimiler à l'Islam religion de tolérance. Pour une prospérité partagée, le devenir de l'Orient et de l'Occident est solidaire. Le repli sur soi et l'intolérance seraient préjudiciables à notre prospérité commune et engendreraient d'inéluctables tensions sociales à l'échelle planétaire. Mais pour chaque Nation, son devenir sera ce que sa population et ses dirigeants voudra qu’il soit, tenant compte de son histoire et de sa culture, les forces extérieures n’agissant qu’en cas de faiblesse du front social intérieur, faiblesse due à l’Etat de non droit et au blocage des réformes démocratiques.

Dr Abderrahmane Mebtoul Expert international

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
ali chemlal

Au lieu de critiquer les U S A, ce grand pays, qui a su malgré l' opposition d'un grand nombre de

racistes, a élire un homme de couleur, âgé de 51 ans, intelligent, mobilisé pour son pays, capable de redresser la situation , offrant a 32 million d' américains de situation modeste, de bénéficier d'une assurance pour se soigner, il a sauvé le secteur automobile et des milliers d'emplois. Dans notre pays, c'est le contraire, un président malade, âgé de 73 ans, qui a violé la constitution pour se faire réélire, lancé un projet de construction d'une hyper mosquée a sa gloire, offrant un seul emploi a un imam, sans se soucier de la paralysie de la capitale, en matière de circulation routière, enrichi les repentis qui narguent ceux qui les ont combattu , voila la différence entre l’Algérie de Bouteflika et l'Amérique d' Obama.

avatar
Boumediene Missoum

Barack qui succède á Obama ! C est du "Kif au Mème" ! Non seulement la démocratie n a pas vaincu, mais le peuple américain et l opinion publique internationale restent toujours flouées par cette "élection mascarade" et cette bi polisarisation politique de cette "grande puissance" planétaire !

Le seul gagant reste le CAPITAL, l argent, le dollar et la discrimination des citoyennes et des citoyens américains ! Le candidat sortant et rentrant á la Maison Blanche n a aucunement respecté ses promesses pendant son premier mandat : chomage persistant, croissance des sans abri et sans logement, précarité des travailleurs et des fermiers, misére et exploitation des minorités et des enfants, couverture sociale et sanitaire en net recul, criminalité et banditisme á grande échelle, aucune régularisation des sans papier, etc...

Quant à la politique étrangére, son gouvernement est resté et restera toujours sous influence de lobbies financiers, religueux et racials. Malgré sa promesse, ce président qui va encore persister á ètre le "maitre du monde" n a jamais engager une politique active et réaliste pour régler le probléme palestino israélien, en s engagent d avantage avec la répression et la politique d appartheid de l Etat sioniste. Si il a toujours été allié aux régimes et dirigeants autoritaires et dictatorieux arabes, le voilà maintenant soutenir des gouvernements intégristes religieux fraichement installés aprés ces pseudos "printemps arabes !

BARACK OBAMA = MITT ROMNEY = CAPITAL = LOBBIES = DÉMAGOGIE = MENSENGES.