La maison d’Isabelle Eberhard à Batna transformée en un dépotoir

La maison d’Isabelle Eberhard à Batna transformée en un dépotoir

La maison de l’écrivaine suisse Isabelle Eberhard à Zmala, quartier populaire de Batna (Batna 500 km d’Alger en Algérie) est transformée en un dépotoir par des requins de l'immobilier qui veulent la démolir au lieu d'en faire un musée. Une honte. Un scandale.

Cette maison de Zmala, juste en face du Sidi Merzoug, (notre photo), Isabelle Eberhard y a habité dès son arrivée à Batna en 1889 après la mort de son père et le suicide de son frère. Qu’attendent les autorités pour réagir ? Pour rappel, il y a un musée Eberhardt en Suisse et un autre en Angleterre i

Le nom d’Isabelle Eberhardt, née le 17 février 1877 à Genève, morte le 21 octobre 1904 à Aïn-Sefra, Algérie, est lié à l’Algérie. L’écrivaine suisse d'origine russe et française de par son mariage, née d'une mère anarchiste exilée et d'un père inconnu, s'installe à Bône en 1897. Une fois là, Isabelle Eberhardt fuit les Européens, décide de vivre comme une musulmane et s'habille en homme bédouin. Sa mère morte, elle vivra plusieurs mois en nomade et rencontrera Slimane Ehnni, musulman de nationalité française, suspecté par les autorités françaises d'espionnage. Elle l'épouse en 1901 et obtient ainsi la nationalité française.

Elle est collaboratrice au journal Akhbar. Elle se trouve à Aïn-Sefra pour témoigner au journal des troubles près de la frontière marocaine. L'officier Lyautey apprécie sa compréhension de l'Afrique, mais l'oued se transforma en torrent furieux et la ville fut emportée. Slimane fut retrouvé vivant, mais Isabelle, affaiblie par le paludisme, n'avait pas pu fuir. Lyautey se préparait à lui confier une mission auprès des tribus locales.

Ses récits ont été publiés après sa mort et présentent la réalité quotidienne de la société algérienne au temps de la colonisation française. Ses carnets de voyage et ses journaliers rassemblent ses impressions de voyage nomade dans le Sahara.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (18) | Réagir ?

avatar
LEMILITANTSANSFRONTIERES

Bonjour à tous!

Merci à tous ceux qui se sont sentis offusqués devant pareille situation qui n'est pas du tout la seule chez nous comme pour nous signifier combien est grande notre ingratitude face à tous ceux et toutes celles qui nous ont aimés, qui ont aimé notre pays, qui ont aimé notre Histoire, qui ont voulu vivre notre vie, qui ont apprécié et voulu partager avec nous notre patrimoine historique et culturel.

Bien sûr que cet état de fait est inacceptable et doublement condamnable.

Tous les hommes de Culture ainsi que toutes les Instances locales et nationales se doivent de se sentir concernés par tout ce qui a trait à ce genre de triste réalité qui foisonne dans notre pays.

Si le blason de Saint Augustin a été redoré par M. Le Président de la République, qui va redorer celui de: Isabelle Eberhard, Anna GREKI, Picart Aurélie, ANDRE GIDE, le COMTE de LONDON............................. et cet honorable curé:Alfred Berenguer, que peu de nos concitoyens connaissent, qui a sillonné l'Amérique Latine pour la cause algérienne ? Enfin, il faut agir à tous les niveaux, car nous sommes tous concernés et il va sans dire que tant que ces choses persistent dans notre pays, nous sommes tous coupables aussi, hormis ceux qui oeuvrent d’une manière ou d’une autre, selon ce qu'ils peuvent, afin que Dame Ingratitude et Dame Ignorance ne soient pas déclarées Reines chez nous.

LEMILITANTSANSFRONTIERES

avatar
VESCERIEN

C'est déplorable!

Il y a beaucoup à faire.

"QUE PEUT-ON ATTENDRE D'UNE SOCIÉTÉ INGRATE QUI NE RECONNAIT PLUS CEUX ET CELLES QUI ONT FAIT SON HISTOIRE ? "

=============

LE VESCERIEN

visualisation: 2 / 18