Claude Guéant impressionné par le "supplément" de démocratie

Par Le Matin DZ/Agences | 04/12/2011 13:08:00 | 6064 lecture(s) | Réactions (13)

(Actualisé). Le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, a rencontré, aujourd'hui, le ministre de l'intérieur Daho Ould Kablia et le premier ministre Ahmed Ouyahia

Le ministre de l'intérieur français, Claude Guéant. Le ministre de l'intérieur français, Claude Guéant.

Le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant a le sens de la formule. Ainsi, il a jugé dimanche "encourageantes" les réformes politiques entreprises en vue d'un "supplément" de démocratie en Algérie. Il était en visite pour quelques heures pour des dossiers qui intéressent particulièrement la France.

Les commentaires ont été faits à la suite de sa rencontre avec le ministre de l'intérieur, Daho Ould Kablia. Pour Claude Guéant, les initiatives politiques sont "nombreuses", elles vont dans "le sens des préoccupations qui se sont manifestées dans la population algérienne", a-t-il souligné. Au cours de ce point de presse conjoint avec Daho Ould Kablia, le ministre français a distribué les bons points au régime et a exprimé son admiration pour les réformes.

"J'ai été très impressionné je dois dire par la description que m'a faite le ministre de l'Intérieur de tous les textes qui ont été soit déjà adoptés, soit présentés au parlement afin de donner un supplément de démocratie à l'Algérie. C'est profondément encourageant", a ajouté M. Guéant.

La position française a énormément évolué depuis la révolution du Jasmin, enfourchant par là même le vent de révolte qui a emporté trois dictateurs du Maghreb. Le ministre français a ainsi exprimé la "confiance" de la France envers les révolutions arabes, parce qu'elles vont "vers plus de démocratie, vers plus de liberté". M. Guéant, qui devait être reçu par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, doit aborder à Alger des sujets difficiles: l'affaire des otages français détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'immigration et les visas avec la poursuite des discussions sur la révision des accords de 1968 portant notamment sur la circulation des personnes.

En ce qui concerne ce dernier point, le ministre français a rappelé que les négociations avaient été relancées "il y a moins d'un an" affirmant que "les choses avancent dans un excellent climat". M. Guéant a rajouté que "les deux pays ont décidé que le partenariat devrait être exceptionnel", jugeant qu'il y avait matière à "encore améliorer la coopération". Cependant, le ministre ne dira pas plus sur le sens qu'il veut donner à ce partenariat exceptionnel.

Les collaborateurs des deux pays ont été chargés de poursuivre les discussions à Alger et Paris, a pour sa part indiqué M. Ould Kablia, semblant regretter que la visite de M. Guéant,, ne s'étale que sur "une journée, même moins d'une journée". Le patron du Renseignement intérieur (DCRI) Bernard Squarcini était aussi du voyage, sans aucune doute pour évoque le dossier de l'antiterrorisme et des otages français au Sahel.

"Nous sommes déterminés, conformément aux souhaits exprimés (par les deux présidents français Nicolas Sarkozy et algérien Abdelaziz Bouteflika) à donner l'élan nécessaire à la relance de nos relations dans tous les domaines", a souligné le ministre algérien. Le ministre a donc bon espoir de voir les relations radoubées, mais la véritable s'ensable quelque peu. Les dossiers tardent à sortir des tiroirs.

Pour ce qui est des questions sécuritaires, l'affaire des six Français retenus en otage au Sahel, dont deux enlevés le 24 novembre au Mali, les deux parties n'ont soufflé mot. Affaire trop sensible pour être évoquée devant la presse. Mais les jours à venir nous en donneront l'explication.

La Mosquée de Paris et la fin du mètre carré

Daho Ould Kablia a évoqué la situation de la Mosquée de Paris qui a perdu de son influence ces dernières années devant la montée deux autres organisations, une pro-marocaine et une seconde affiliée aux Frères musulmans. "Il faudrait permettre à la mosquée de Paris de continuer à jouer son rôle historique de lieu de rayonnement religieux et également de rayonnement moral et culturel et cela en faveur prioritairement des Algériens", a indiqué M. Ould Kablia

Pour Claude Guéant la Grande mosquée de Paris a une place "toute particulière dans l’islam de France", ajoutant que "son autorité morale a un rayonnement considérable et le recteur de la mosquée a une place à part dans l’organisation de l’islam en France". Il a ensuite rappelé l'existence de "divergences" au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM), une organisation de droit français.

Parmi ces divergences, a-t-il dit, figurent la question de la représentativité des musulmans au sein du CFCM. Il a expliqué que les musulmans "contestent" notamment le critère des mètres carrés dans les mosquées servant à définir la représentativité.

"Toutes les organisations représentatives des musulmans de France m’ont donné leur accord pour travailler ensemble à la recherche de nouveaux critères", a-t-il affirmé, ajoutant que "le travail est en cours et la concertation se déroule depuis quelques semaines".

Venu à deux reprises à Alger lorsqu'il était secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant a aussi estimé que "l'amitié ça se trouve, non pas dans les traités, mais dans l'action", en réponse à la question d'un journaliste sur l'absence de signature d'un traité d'amitié pourtant annoncé sous la présidence de Jacques Chirac entre les deux pays.

Yacine K./Agences

 
4.67

S'inscrire aux flux rss des commentaires Commentaires (13 posté(s)) | Réagir ?

avatar
kamel hadj sahraoui 05/12/2011 17:50:05
Je te dirai une seule chose Claude Guéant, cette fameuse phrase prononcée une fois par ton propre président Sarkozy : "Casse-toi gros c...!"
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
mustapha ouahadda 05/12/2011 15:18:12
Et aussi, relatif à mon commentaire précédent, nous ne devons pas remettre en cause les accords d'évian. Mustapha from canada.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
mustapha ouahadda 05/12/2011 15:14:39
Nous ne devons pas soumettre ni à la France ni à aucun autre pays quelle que soit l'initiative que compte envisager le système algérien. C'est le peuple qui doit le faire et non à Guéant ou autre personne. D'ailleurs, ce système n'a aucune légitimité auprès des algériennes et des Algériens. Sauf peut-être ceux qui espèrent encore et encore que celui-ci perdure à jamais. Les réformes ne se décrètent pas ni elles se préparent. Toute chose vient du peuple et non celui qui nous gouverne. La démocratie s'arrache, s'accquière par la culture, par le savoir, par le vouloir (le peuple) et non pas par le pouvoir de Boutef, de Ouyahia, celui qui nous a ponctionné notre salaire au profit de la Palestine, d'il y a longtemps, manu militari.


Mustapha from Canada.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
oziris dzeus 05/12/2011 13:34:18
Un supplément de démocratie donnera des jours, des mois, voire des années supplémentaires au régime d'Alger. Bravo Guéant. Vu la nouvelle mode arabe, la France ne serait pas contre le fait que Boutef puisse nommer Aboujerra premier ministre a la place du démo-laique Ouyahia ; ça évitera des manifs et des morts pour arriver en fin de compte au méme résultat.alors vous pouvez nommer Aboujerra premier ministre et Belkhadem président du Parlement. et puis ils pourront nous cuisiner un plat chaud de lois basées sur la charia. Et tout sera interdit et péché. La harga en premier lieu, l'immigration ensuite puisque ils iront j'usqu'a interdire les passeports sauf pour les leurs pour aller a la mecc et de temps en temps en Europe pour les soins dentaires et autres. merci à la France de penser à l'avenir radieux des Algériens.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
laid baiid 05/12/2011 12:03:48
"J'ai été très impressionné je dois dire par la description que m'a faite le ministre de l'Intérieur de tous les textes qui ont été soit déjà adoptés, soit présentés au parlement afin de donner un supplément de démocratie à l'Algérie. C'est profondément encourageant", a ajouté M. Guéant.
Ha ha ha ha! Il s'en fiche éperduemment. La France s'inquiète pour son avenir en Algérie.
Après la base US à Tamanrasset, voilà la base anglaise qui va s'installer à la frontière sud...
La France s'inquiète pour ses intérêts.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
karim Aït Aïssa 05/12/2011 11:27:01
Afin de mieux comprendre ce qui va suivre, il convient d’avoir sous les yeux le schéma organisationnel illustré dans le Livres blanc – connaitre et anticiper ; page 141- tel qu’imaginer par Nicolas Sarkozy.
Tout en haut de l’organigramme, le Président de la République, viens ensuite hiérarchiquement, le Secrétaire général, le coordonnateur -Bernard Bajolet-, le Conseil national du renseignement - Bernard Bajolet -, le ministre de l’Intérieur, la DCRI, avec sa cellule chargée des activités clandestines - Bernard Squarcini -, celui-là même qui considère l’AQMI comme principale menace pour la France... et qui a le privilège de communiquer directement avec le Président –via le Coordonnateur.
Nicolas Sarkozy, à l’époque de la sacro-sainte mondialisation, alors qu’ il occupait la même fonction que son ‘homologue’ algérien, Noredine Zerhouni dit Yazid avait cru trouver le Graal lui permettant de placer l’Algérie sous tutelle des lobbys de l’Ordre marchand, en faisant sauter l’obstacle majeur, la seule et dernière digue encore debout en Algérie : l’armée nationale algérienne à travers ses services de renseignement, en les faisant rattacher…au ministre de l’Intérieur algérien…, tout cela dans le cadre de la ‘’coopération’’ pour les réformes algériennes...prévues dans la convention ratifiée par Alger et Paris.
A suivre…
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
Raveh Aksel 05/12/2011 10:31:18
Le pantalon est largement baissé...
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
Arthur François 04/12/2011 21:47:43
M. Guéant, que vous cautionnez le régime d'Alger ça on le sait, que vous veniez rendre visite à vos copains de la mafia algérienne ça aussi on le sait car s'ils tardent de venir demander un avis vous venez leur en donner au moins un. Mais arrêtez SVP de faire semblant, vous vous fichez ainsi de la population algérienne, vous inventez maintenant des suppléments pour la démocratie, bordel vous n'êtes pas obligé de vous prostituer auprès de ces machins rien que pour sauvegarder les intérêts de la France, ou alors vous devez laisser Marine Le Pen gouverner en France au moins je suppose qu'elle n'a pas de relation avec nos mafieux, du coup vos intérêts seront révisés à leur juste valeur.
Vous ne contribuez pas à l'épanouissement relationnel des peuple français et algérien, en faisant ainsi le peuple algérien vous oubliera une fois ces trucs absents du pouvoir peu importe la manière cela ne regarde que les Algériens, ou alors vous devez arrêter d'aider le pouvoir en place en Algérie, vous vous monterez franchement contre le peuple algérien et c'est dommage.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
ali chemlal 04/12/2011 18:46:58
Les relations algéro-françaises n'ont jamais été aussi mauvaises que depuis que les deux "illuminés " N S et A B sont aux commandes. Combien de fois N Sarkozy s'en est pris à l'Algérie à travers notre émigration, laquelle est devenue "le bouc émissaire" de la crise économique en Europe. Et notamment la loi du 5 février sur les aspects positifs de la colonisation et comble de tout, il récidive en honorant la mémoire du tortionnaire Bigeard ,responsable de l 'assassinat du martyr Larbi Ben M'hidi et de centaines d'autres résistants. Quant a notre Président, il n'a jamais soufflé mot à propos de l'attitude négative des responsables politiques français a l'égard de l'émigration , préférant adopter un profil bas devant l'ex puissance coloniale . Enfin M. Guéant est venu surtout pour apaiser la situation en raison de la campagne électorale de 2012.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
kamel hadj sahraoui 04/12/2011 15:18:12
Y a trop de ministres français immigrés en Algérie !!!!!
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
karim Aït Aïssa 04/12/2011 15:01:09
26 novembre 2005, hospitalisation d’Abdelaziz Bouteflika au Val-de-Grâce.
06 mars 2007, élection de Nicolas Sarkozy qui évoque pour la 1re fois l’idée de créer une Union pour la Méditerranée.
10 juillet 2007, Nicolas Sarkozy effectue, pour ‘son’ idée, une visite de travail à Alger.
23 août 2007, installation d’une commission chargée de l’élaboration d’un Livre blanc sur la défense et la sécurité française –connaissance et anticipation 2009 à 2020- afin d’anticiper… le Printemps arabe...
03 décembre 2007, Nicolas Sarkozy effectue une deuxième visite d’Etat en Algérie ou il signe, le lendemain, avec Abdelaziz Bouteflika une convention de ‘’partenariat’’ pour une énième ‘’coopération’’ –à la 62- entre les deux pays, pour une durée de dix ans et proroger par tacite reconduction…
09 mars 2008, Alger ratifie la convention.
17 juin 2008, publication du Livre blanc.
13 juillet 2008, création de l’ambitieux plan de sauvetage des dictatures arabes chancelantes : l’UPM
12 novembre 2008, viole, en toute confiance, de la Constitution algérienne.
09 avril 2009, Abdelaziz Bouteflika réélu à vie (du moins en théorie).
10 avril 2009, avant même la validation du scrutin par le Conseil constitutionnel, Nicolas Sarkozy lui adresse ses ‘’chaleureuses et amicales félicitations’’ et souhaite ‘’un partenariat d’exception entre la France et l’Algérie’’.
A suivre... ck
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
oziris dzeus 04/12/2011 13:33:19
Le patron est là ; il va y avoir du mouvement.
Vote Positif Vote Négatif
0
avatar
samir tazlaoui 04/12/2011 16:08:55
Les vrais algériens n'ont pas tourné la page, tant que la France n'a pas déclaré le gnocide contre le peuple algérien.
Vote Positif Vote Négatif
0
total: 12 | affiché: 1 - 12
Vous devez être connecté pour poster des commentaires