Marche du RCD : Bouteflika sort l'artillerie lourde ; plusieurs blessés; plusieurs arrestations; des hélicoptères survolent la capitale

Marche du RCD : Bouteflika sort l'artillerie lourde ; plusieurs blessés; plusieurs arrestations; des hélicoptères survolent la capitale

Finalement, la marche à laquelle avait appelé le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) à Alger, a été empêchée au prix d'un impressionnant arsenal répressif. ( Notre photo montre le dispositif sécuritaire entourant le siège du RCD ce matin).

A 11h, la place du 1er Mai d'où devait s'ébranler la marche, était entre les mains de la police, qui contrôle tous les accès. Said Sadi, le chef du RCD, parle de "bataille d'Alger"

Il faut dire que les services de police n’ont lésiné sur aucun moyen. Le pouvoir a fait sortir tout son arsenal répressif pour ne laisser aucune chance à tout mouvement de protestation. Camions à jet d’eau, forces antiémeute, policiers en civil… sont visibles dans beaucoup d’endroits de la capitale. Les dizaines de policiers sont postés en différents lieux sensibles de la capitale. Sur la place du 1er Mai, lieu d’où devait démarrer la marche, un nombre important de camions des brigades antiémeute est déjà sur place.

Plusieurs personnes ont été blessées par la police devant le siège du RCD affirme à DNA le chargé de communication du parti Mohcine Bellabes. Certaines ont été évacuées à l'hôpital alors que d'autres sont soignées dans le bâtiment où une cellule médicale a été installée. Plusieurs hélicoptères de la police survolent actuellement le ciel d'Alger.

Le chef du groupe parlementaire du RCD a été évacué à l'hôpital. Un important dispositif policier continue d'encercler le siège du RCD, rue Didouche Mourad. Plusieurs personnes blessées par des coups de matraques. D’importants renforts de police ont été dépêchés ces dernières heures dans la capitale algérienne alors que tous les accès à la ville devraient être bouclés très tôt dans la matinée du samedi 22 janvier en prévision de la marche à laquelle a appelé le RCD de Saïd Sadi. Le gouvernement algérien a annoncé que cette manifestation populaire n'est pas autorisée, les marches sont interdites à Alger depuis juin 2001.

Depuis jeudi soir, le communiqué tourne en boucle à la radio et à la télévision algériennes. Si l’interdiction émane de la wilaya d’Alger, la décision a été prise, selon nos affirmations, au plus haut niveau de l’Etat.

D’importants renforts de polices - plus de 10 000 hommes-, ont été dépêchés de plusieurs wilayas du pays pour quadriller la capitale. Depuis une semaine, des fourgons anti-emeute ont été stationnés à l’intérieur et devant le siège de l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens), le syndicat officiel, ainsi que devant les bâtiments de l’Assemblée et du Sénat.

A. K.

Commentaires (139) | Réagir ?

avatar
MOHAND

nous sommes tous des algériens kabyle ou arabe ya que le dialecte qui change vive l’Algérie

avatar
afid

nous sommes tous des algériens kabyle ou arabe ya que le dialecte qui change vive l’Algérie

visualisation: 2 / 139

À lire aussi

Plus d'articles de : Actualité