Sila, Ameziane, El-Ismaïly et Hannachi ou l’histoire d’un « nif » modulable

Sila, Ameziane, El-Ismaïly et Hannachi ou l’histoire d’un « nif » modulable

L’article de Boudjemâa Tirchi «L'Egypte et le SILA : Heureusement, tonton Smaïl veille !» et les commentaires endiablés qui ont suivi, résument parfaitement le niveau de déculturation qui a été organisée sur l’opinion algérienne mais aussi et surtout le niveau d’hypocrisie incroyable qui nous frappe.
Les mêmes Algériens arrogants devant la littérature deviennent des moutons devant le football !
Deux jours, en effet, après la parution de ce texte qui justifie le boycott du livre égyptien au prochain SILA par «la défense de la dignité du pays, du drapeau et des martyrs» et donc un mois après que M. Smaïl Ameziane, commissaire du Salon international du livre d’Alger (SILA) eût pompeusement annoncé l’interdiction d’accès du livre égyptien au dit salon, au nom «des Algériens qui refusent que la mémoire de nos martyrs soit piétinée, notre drapeau brûlé, nos compatriotes massacrés», question de «nif», de dignité.», on lit cette information incroyable sur la une de nos journaux : «La délégation d’IsmaÏlia reçue avec des fleurs et des tbablas à Tizi Ouzou»
Le quotidien Liberté rapporte la chose avec plus de détails : «L’arrivée des Égyptiens à l’hôtel Amraoua s’est faite dans d’excellentes conditions. Devant le hall de l’hôtel où a été dressée une immense banderole de bienvenue encadrée, comme la dernière fois, de deux posters géants des deux présidents Abdelaziz Bouteflika et Hosni Moubarak, une chorale de fillettes, joliment habillées de robes kabyles, entonnait des chants de bienvenue alors que les gars d’Ismaïlia ont été reçus avec des fleurs et des tbablas. C’est dire que ce beau décor a donné un grand air de fête à ces chaudes retrouvailles entre deux clubs qui entretiennent d’excellentes relations sportives …»
Tout est dit.
On interdit Naguib Mahfouz mais on fait courbette devant les joueurs égyptiens ! Il n’est plus question de «défense de la dignité du pays, du drapeau et des martyrs». Il n’est plus question de cet «appel du devoir» dont se félicite M. Tirchi et qu’il classe comme «une cause noble pour les Algériens dignes de ce nom»
Devant le football, tout passe au second plan, «la mémoire de nos martyrs piétinée», «notre drapeau brûlé», «nos compatriotes massacrés», et même le «nif» !
Notre cher Boudjemaâ Tirchi, dans une tentative de justifier l’hypocrisie algérienne, lâche le morceau : «Certes, les équipes sportives des deux pays disputent des rencontres, mais celles-ci se déroulent sous l’égide des instances internationales, contrairement au SILA. Le boycott de l’Egypte exposerait notre pays à de lourdes sanctions, allant jusqu’au bannissement du mouvement sportif mondial.»
Nous y voilà ! La défense de«la dignité du pays, du drapeau et des martyrs» s’arrête aux portes de la FIFA ! Drôle de «nif» que celui-là qui craint de s’exposer à «de lourdes sanctions» dans le football, et qui ferme les yeux sur tout le reste : les «Algériens qui refusent que la mémoire de nos martyrs soit piétinée», «notre drapeau brûlé», «nos compatriotes massacrés», le «nif»…
Le foot, c’est sérieux. C’est l’opium du peuple, et c’est des millions de dollars, les droits télé, les sponsors, la pub…Que pèse «la mémoire de nos martyrs» devant les droits télé, les sponsors, la pub… ?
M. Tirchi a tranché : le «nif» ne s’applique qu’au livre. ! «Quelle sera la réaction du supporter ou de l’étudiant lynché au Caire en voyant son agresseur souriant proposant sa marchandise sur un stand ? Pourra-t-on se maîtriser en voyant un écrivain, ayant déversé des insanités sur notre pays, en train de dédicacer joyeusement son dernier livre ?», écrit-il alors qu’il n’existe aucun exemple d’écrivain égyptien «ayant déversé des insanités sur notre pays».
Il ne dit pas ce que serait la réaction du supporter ou de l’étudiant lynché au Caire en voyant son agresseur souriant, reçue avec des fleurs et des tbablas à Tizi Ouzou. On lit dans la presse qu’une vingtaine de petites filles toutes vêtues de robes traditionnelles kabyles ont offert une fleur à chacun des joueurs et des membres de la délégation égyptienne et que ces derniers ont eu droit, en plus, à un exemplaire du Coran que le directeur des affaires religieuses de la wilaya a tenu à remettre lui-même à ses hôtes !
Pendant ce temps, fort remonté, M. Tirchi nous parle du devoir national : «C’est ce devoir qui a incité M. Méziane à ne pas inviter les Egyptiens, même si parmi eux il compte des amis, car l’intérêt collectif (respect pour le peuple algérien) prime sur l’intérêt personnel (perte d’amis ou de marchés, se faire des ennemis, etc.).» Autrement dit : on peut perdre des marchés dans le livre mais pas s’exposer à «de lourdes sanctions» dans le football !
C’est un choix. Mais en aucun cas cela n’est le choix des «martyrs». Eux qui n’ont pas reculé devant la mort, n’auraient certainement pas reculé devant la FIFA.
Laissez-les tranquilles et concentrez-vous sur votre nez : il s’allonge, s’allonge…Comme tous les nifs modulables.

Djaouida H.

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (24) | Réagir ?

avatar
Djazia

Mme Djaouida, Vous n'allez pas apprendre à Mr Hennachi le sens de moy :"Nnif". La kabylie était toujours acceillante, malgré que cette même Jsk a été insulté dans le passé par certains supporters dans quelques régions de notre pays, et tant mieux si nos victoires de 2010 sont la fierté de tout un peuple. Mr Hennachi n'est pas un politicien, et son pére a fait la guerre de libération, personne n'a le droit de lui donner des leçons de patriotisme. Ce n'est pas les kabyles qui vont insulter les égyptiens, ca ne fait pas partie de leur éducation, d irgazen !!! Surtout cessez de déffendre les martyrs, vous n'êtes pas des supers-patriotes. Chaque algérien aime son pays et fier de son histoire, mais le football reste de football, la culture reste la culture, il est temps que chacun voit les vrais problèmes de ce pays, et cessons de faire des fuites: Drapeau, martyrs.... franchement, d'autres sujets méritent mieux que ca. Vive l'Algérie, vive la kabylie, vive la JSK et vive Mr:HENNACHI.

avatar
MARIA CHONI

vive le club kabyle moi espagnole je militerai pour un rapprochement avec le barca club catalan

un appel aux fervents supporteurs de la jsk, mon mari kabyle voudrait savoir ce que deviens DJEBBAR ABDELLAH dont la presse russe disais que ((djebbar plus rapide que souyouz)) apres une rencontre amicale du dynamo de minsk contre jsk de khalef merci a tout algerien qui nous renseignerait sur cet illustre ailier gauche de la jsk

d accord avec @ mouh lalah en ce qui concerne hanachi

visualisation: 2 / 24