Toulouse: Ils appellent leur bébé "Jihad", la mairie saisit la justice!

à peine né, le petit jihad crée la polémique en France!
à peine né, le petit jihad crée la polémique en France!

Peut-on appeler son fils " Jihad " en France ? Peut-être plus, puisque la marie de Toulouse vient de saisir la justice afin que le prénom d’un nouveau-né soit invalidé.

Pour la mairie Française, le choix du prénom pose problème, dans le contexte terroriste actuel.

La mairie, qui croit que ce prénom pourrait porter préjudice à l’enfant, s’appuie sur un article de loi 57 du code civil qui stipule que "si le juge estime que le prénom n’est pas conforme à l’intérêt de l’enfant", il peut en ordonner son annulation et la suppression sur les registres de l’état civil et l’attribution d’un autre prénom de l’enfant qu’il pourrait déterminer lui-même (le juge) "à défaut, par les parents, d’un nouveau choix qui soit conforme aux intérêts susvisés".

En tout cas, l’affaire du petit "jihad" suscite la polémique et enflamme la presse et les réseaux sociaux de l’autre côté de la méditerranée. Entre la provocation des uns et l’hystérie des autres, cette affaire traduit le grand malaise qui règne actuellement en France.

H.K

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Biensure pas conforme a l'interêt de l' enfant. ;Les parents l'ont choisit par orgueil religieux demesuré, C'est un prénom provoquant pour la société ou l'enfant est appelé a vivre.

A coup sure, il sera rejeté par la société a cause de ce prenom qui frappe les esprits parce que, dans le contexte actuel il rappelle et revet une signification compatible ou assimilable ä "terroriste".

Nous ne sommes pas a l'epoque de Mahomet pour briller avec ce genre de chose qui utilise une creature de Dieu comme objet politico-religieux

voire même comme Talisman!! C est contraire au vivre ensemble en paix et harmonie.

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Dans l’ancien ta les kabichous donnaient des noms bizarroïdes à leurs mioches pour les préserver de la mortalité infantile qui à l’époque éliminait tout le surplus démographique que la terre ingrate de Kabychie ne pouvait pas nourrir. Alors, pour conjurer le sort, tellement ils étaient superstitieux et qu’ils ne savaient pas que koulchi Bi idni Allah, il les app… affublaient de noms à ne pas coucher dehors quand on les porte, genre : Akli, Idir, Arab, Loucif et de nos jours depuis qu’ils ont été lhemdoullah arabisés par l’islam ou islamisé par l’arabe ou les deux, ils leur donnent carrément des noms d’oiseaux, comme : Abou-Ruru, Abu-Jarnih, Abu-qamum, Abu-svis.

Il y avait un couple (je la remets pour la circonstance) qui avaient eu un mioche alors pour rendre grâce a siyidouna Muhammad XXXL ils l’avaient appelé Muhammad. Mais quelques jours après sa naissance il mourrassionna kamim. Un an après il eurent un autre qu’ils appelèrent Akli, il mourrissa aussi, le troisième ils l’appelèrent Arabe, Kifkif. Idir, idem. Alors ils prirent la ferme décision que si Dieu leur donnait encore un autre garçon ils l’appelleront Izane. Segmi nsène ar Rebbi, ils eurent un garçon qu’ils appelèrent… Izane. Mais le sort qui s’acharnait sur eux l’emporta aussi. Le pauvre père se mit à le pleurer ainsi : a Izane ammi ur t’dire ur d. djidh isem. Mon pauvre Izane tu n’as ni survécu ni laissé un nom.

Moralité : ils auraient dû l’appeler Izane, leur rejeton, lamari n’aurait vu que du feu ??? Pardon: que de l'eau!

visualisation: 2 / 3