A Batna, les non-bénéficiaires de logements sociaux crient leur colère

Des dizaines de personnes ont protesté jeudi à Batna pour obtenir un logement.
Des dizaines de personnes ont protesté jeudi à Batna pour obtenir un logement.

Le vent de la colère des sans-logements a soufflé sur de nombreux quartiers de la capitale des Aurès.

Grosse protestation jeudi dans la ville de Batna. De nombreux rassemblements devant nombreux endroits de la ville. A commencé par les sièges de la daïra et de la wilaya. D'autres ont même été jusqu'à bloquer les routes et les intersections de l'entrée de la ville. La raison de ce mouvement de colère ? L'affichage entre 3 et 4 h du matin de la liste de noms des 2135 bénéficiaires de logements sociaux, réalisée dans le nouveau pôle urbain, dit Hamla-3. La liste des bénéficiaires de logements, vue et revue, cochée et rectifiée par de nombreux responsables, a fait des centaines voire plus de déçus.

Selon plusieurs témoins sur le lieu, de nombreuses personnes en colère ayant déposé leurs dossiers de demandes de logements depuis bien avant 1996 se sont vus non retenus sur cette liste. Ces mêmes demandeurs se sont sentis lésés voire défavorisés par les services de l'administration. De nombreuses personnes très remontées ont indiqué au Matin d’Algérie leur indignation en s'exprimant à haute voix : "Nous sommes exténués, fatigués, désemparés de cette longue attente qui finalement n'a point aboutie et nous nous retrouvons au même point de départ", témoigne l'un d'eux. "Notre situation est très critique, on a des enfants à charge, des lyers élevés et nous vivons dans des conditions très difficiles", se plaint un autre.

Selon un autre témoignage, des centaines de demandeurs lésés dans leur droit au logement, voulant attirer l'intention des responsables ont pointé du doigt des noms de personnes affichés sur la liste afin de dénoncer le ou les dépassements qui ont été commis par la ou les commissions de la daira. Ils les accusent d'avoir favorisé certains et défavorisé d'autres. Cités comme exemples, un jeune homme, né en 1994, plusieurs jeunes filles agées entre 20 et 30 ans, célibataires, certaines divorcées et d'autres noms de personnes qui y figurent avec un nombre de points inférieur à ce qu’exige la réglementation, a-t-on appris auprès d'un bon nombre de témoins sur le lieu.

Les protestataires sollicitent l'intervention immédiate des responsables concernés, notamment le wali Siouda Abdelkhalek afin de trouver une solution adéquate à leur situation. Ils demandent au premier responsable de la wilaya de veiller personnellement que les recours soient bien examinés à son niveau. Pour sa part, Ghali Abdelkader, chef de la daira de Batna, a indiqué que l'affichage des listes des noms de bénéficiaires a été réétudiée et même qu'elle a été exécutée dans la parfaite transparence suivie de photo de chaque bénéficiaire. "Cette décision me revient, j'en suis responsable et mieux encore, je n'exclus pas les recours introduits par les mécontents", a-t-il déclaré. Le même responsable de la daira a indiqué que les recours vont être pris en considération et seront minutieusement traités. Des bureaux dédiés aux recours et réclamations ont été installés, dont l'un au niveau de la cellule d'écoute de la wilaya et l'autre a été mis au sein de la daira, apprend-on.

Des logements déjà livrés

Dans ce même contexte, il est souligné que bon nombre de logements de même type ont été livrés récemment à travers plusieurs communes de la wilaya, telles que la commune de Timgad, qui a bénéficié d'un programme de développement de 140 logements. Ainsi, 195 à Ain Djasser, 265 à Djezar, 20 à Boumia, 788 à Merouana, 264 à Seriana, 115 autres à Ichmoul, 160 à El-Madher, 40 à Lemcen, 100 à Ain El-Assafer, 120 à Tazoult, 120 à Foum Ettoub, et 224 à Chemora. Cette opération de distribution entre dans un cadre d’un programme pour l’année en cours.

Aussi, il est à signaler que d’autres opérations de relogement seront réalisées durant les mois à venir. Un total de 9000 logements, déjà entrés en phase de distribution à travers toute la wilaya, a confirmé le wali Siouda A. Le chef de la daïra de Batna, Ghali Abdelkader Belhidjazi a indiqué au Matin d’Algérie, que certes l'affichage des listes des bénéficiaires a causé un retard justifiant les dépassements de plus de 400 indus-bénéficiaires, y compris une cinquantaine voire plus de jeunes filles n’ouvrant pas le droit aux logements sociaux. Mais ces indu-bénéficiaires ont été radiés à la suite d'un profond réexamen ré-étude des dossiers ces deux derniers mois par le même responsable. "Ce réexamen a permis aux 400 familles d’accéder à la liste de bénéficiaires d'un logement décent', souligne-t-il.

De fermes instructions ont été données pour prévenir tout dépassement ou tentative de fraude, a-t-on appris. "Ces logements étant prioritairement destinés aux couches sociales les plus défavorisées", a-t-il insisté. L'affichage se fera dans la transparence avec le nom et la photo de chaque bénéficiaire de logement/ De même, les recours seront examinés avec toute l'attention requise, a rassuré le chef de la daïra de Batna. Attendons de voir...

De Batna, Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Toufik KLOUL

El hogra appelle el hogra !

On oblige vos filles à porter les tentes dernier cri de chez quechua et vous ne soufflez mots !

Une tente par famille minimum, que voulez-vous de plus ?

Qu'ils renoncent à changer la cuisine intégrée de leur fi fille installée à Paris dans un petit 120m² sur les champs ?

Vous êtes inconscients !!!!!

Remerciez dieu ! c'est mieux comme ça que pire.

La vie n'a aucune importance le meilleur est après la mort !Patience mes amis...

avatar
oziris dzeus

plan de constantine,