La langue kabyle conquiert le numérique

La langue kabyle conquiert le numérique

Le deuxième plus grand réseaux social, le russe VK, s’est décliné en langue kabyle depuis ce début du Mois d’octobre 2017.

Rejoignant ainsi plusieurs outils kabylisés et publiés depuis plusieurs mois déjà. La version de VK est encore en test mais elle est accessible au grand public. Cette version béta disponible en ligne est accessible via le lien https///vk.com.

Ce projet lancé il y a plusieurs mois par des localisateurs/traducteurs kabylophone, s’ajoute à d’autres projets localisés auparavant et qui ont permis la publication en langue kabyle de plusieurs outils informatiques de renom mondiale tel que le navigateur Firefox disponible aujourd’hui dans la langue de Mamméri sur toutes les plateformes : Windows, Linux, macOS, Android et iOS.

Pour rappel, les contributeurs kabylophones ont traduit des dizaines d’autres applications et ont lancé plusieurs autres projets dont les plus importants sont Linux, des distributions tierces d’Android, des plateformes de traduction en ligne, des outils de traitement de textes, des solutions d’apprentissage en ligne, des outils techniques…. en langue kabyle moderne.

L’équipe qui traduit les outils est actuellement sur des projets de production de contenus numériques en langue kabyle sur Wikipédia, la fameuse encyclopédie mondiale et le Wikitionnaire, le plus grand dictionnaire au monde.

Ces projets participatifs et collaboratifs permettront de diffuser la culture et langue kabyle à travers Internet et le numérique en général et ouvriront la porte aux locuteurs d’expérimenter d’autres horizons pour donner de la valeur et de la visibilité à notre langue mais aussi créer des opportunités pour permettre de travailler et de gagner sa vie en utilisant sa langue maternelle que ce soit en Algérie ou à travers le monde.

Mohamed Belkacem

Localisateur en langue kabyle

Consutant ERP

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
Meziane Tiliwin

Azul

Ce n'est pas aussi productif que l'article tente de le faire paraître. C'est même contre-productif pour les raisons suivantes:

1) Les amazighs sont maintenant invités à se mettre sur un réseau social RUSSE (vk. com) et livrer gratuitement tous leurs écrits et informations à des russes, experts en trafic de données. Ce projet met en danger la sécurité des citoyens amazighes. Je ne recommande à personne de s'inscrire sur ce réseau.

A l'auteur, je recommande de ne pas gaspiller de ressources sur un tel projet et de ne pas aider les russes à voler les données de ses compatriotes amazighs.

2) Pour ce qui est de la localisation de logiciels, tel que Firefox, il faudrait veiller à ce que le lexique utilisé soit de bonne qualité linguistique et que les potentiels utilisateurs soient formés adéquatement pour le comprendre. Ce qui n'est doublement pas le cas.

3) Remarque similaire pour le wikitionnaire (dictionnaire sur la plateforme wiki), qui s'avérerait destructif pour la langue de diffuser un lexique de médiocre qualité élaboré par des amateurs.

Le travail sur la traduction et le lexique doit être laissé à ce qui sont formés dans ces domaines de la langue: linguistes, traducteurs et lexicographes qui s'appliqueront à maintenir le niveau de qualité requis.

A en juger par d'autres articles et vidéos que l'on peut trouver sur internet en googlant son nom, l'auteur de cet article et instigateur de ces multiples projets, me donne l'impression de vouloir toucher à tout ce qui pourrait lui donner un prestige et faire parler de lui, sans trop se soucier de la qualité de la production et des limitations de ses compétences.

Comme on dirait en anglais : "Jack of all trades, master of none. "

S'il veut vraiment servir la cause amazighe, J'aimerais lui suggérer de dédier ses compétences (informatiques) à un seul projet adéquat pour pouvoir le mener à terme et ne pas laisser derrière lui des dégats que d'autres auront à nettoyer. Par exemple, enseigner l'informatique et ses enjeux en Tamazight à la génération montante dans les villages amazighs qu'il visite. C'est eux qui pourront gagner leur vie avec leur langue maternelle.

S tegmatt,

Meziane Tiliwin

14
avatar
Mohammed Belkacem

Je vais commencer ma réponse par ce proverbe kabyle: Tisirt mi aren ten-taɣ deg leryac, ula id as-d- xedmen iɣuraf.

Quand on ignore quelque chose, il vaut demander assistance. Si l'on veut participer, la meilleure manière est de solliciter les équipes qui localisent. Le nombre des localisateurs kabyle aujourd'hui se compte par dizaines et heureusement qu'ils s'impliquent au lieu de verser dans le découragement comme vous le faites.

Toutefois, et comme je suis issu d'un domaine extrêmement nouveau, les nouvelles technologies en plus de l'informatique appliquée à la langue kabyle, il me semble que pour ne pas vous laisser dérouter et tromper les lecteurs, je me dois de préciser quelques notions.

- Les projets de localisation ciblent la langue kabyle et non pas tamaziɣt.

- Les projets de localisation sont ouverts à tous. Tout le monde peut participer. Un système de contrôle est toutefois mis en place pour empêcher les mauvaises intentions.

- Les contributeurs ne sont pas rémunérés. Aucun retour financier n'est attendu ni même impact sur la carrière.

- Les contributeurs ne crée ni lexique ni invente une langue. Il utilisent les lexiques et autres ouvrages publiés par des auteurs connus et reconnus. C'est ce qui est intégré sur les outils.

- Des pages pour chaque projet sont crées où la communauté discutent de ces projets ouvertement. JE vous y invite à les rejoindre.

- Sécurité de données: que les gens sachent que les données partagées sur tous les réseaux sociaux y compris Facebook américain, sont utilisées à des fins commerciales et autres. VK est un contre pouvoir. Votre phobie des russes démontre votre allégeance à l'occident. Notre démarche est décentralisatrice. Pour sécuriser sa vie privée, la seule méthode est de ne pas publier des données sur sa vie privée en public. En connaissance de cause, même les emails qui s'échangent sont consultable/piratable par toutes les organisations de renseignement.

- La localisation des outils n'est pas traduction. Je vous invite à vous documenter sur les concepts de localisation, internationalisation et traduction dans le domaine des outils numériques.

- Je ne cherche pas prestige à moi même, je milite pour donner prestige à la langue kabyle. Il me semble qu'il n'y a pas lieu d'y faire référence dans votre commentaire. Il s'agit d'une attaque personnelle gratuite.

- Nous somme entrain d'organiser des sessions de formation gratuitement dans toute la kabylie. Si vous pouvez apporter quelque chose de positif, je vous invite à m'y rejoindre. Contactez moi par email à belkacem77@gmail. com et vous nous rendrez service en participant.

- J'ignore qui vous êtes. Mon identité est connue. Par contre, j'ignore tout de vous. Se cacher est un signe de mauvaise foie.

Si vous voulez participez, ou si quelqu'un veut apporter une aide, il peut nous rejoindre sur vk ou pair email. La participation est multiple: localisation, correction, test, technique ou traduction.

Muhend Belqasem

Consultant ERP

Localisateur Kabyle

-9
avatar
Aksil Aksil

>>- Sécurité de données: que les gens sachent que les données partagées sur >> tous les réseaux sociaux y compris Facebook américain, sont utilisées à des >>fins commerciales et autres. ... Pour sécuriser sa vie privée, la seule >>méthode est de ne pas publier des données sur sa vie privée en public. ...

L'auteur de cette remarque est un très mauvais exemple de conduite dans cette question.

Ce qu'il faut faire pour minimiser les risques, c'est de ne pas s'inscrire dans les réseaux sociaux tels que vk. com (et autres) où l'auteur essaie d'attirer les pigeons.

Pour les communications privées entre personnes, et quand c'est strictement nécessaire, il faut utiliser un service de email chiffré et sécurisé. Là aussi, l'auteur donne un très mauvais exemple: il a une boite email chez google qui est le plus grand espion de l'internet.

avatar
Aksil Aksil

>> - Les projets de localisation ciblent la langue kabyle et non pas tamaziɣt.

Ah oui? Si ce n'est pas Tamazight, ça doit être du chinois.

Ça se voit que ce commentaire vient d'un blanc-bec qui n'a pas vécu le printemps 80 et peut-être même pas 2001 quand les manifestants scandaient Tamazight et se faisaient tuer pour ça. C'est une langue qui s'appelle Tamazight qui était revendiquée et par la suite introduite dans l'enseignement à l'école et à l'université, après des sacrifices.

Le mot "kabyle" est un mot péjoratif collé par les envahisseurs à un peuple qui depuis l'antiquité s'appelle à lui-même amazigh et appelle sa langue tamazight. Il faut être ignorant ou sans dignité pour continuer à porter et utiliser un nom donné par les envahisseurs (et qui signifie en arabe "tribus").

>>- Les contributeurs ne crée ni lexique ni invente une langue.

A part les fautes d'accord horribles dans cette remarque, la question est que font ces contributeurs quand ils ne trouvent pas la traduction des mots dans les lexiques à leur disposition? Ça doit arriver bien souvent étant donné que Tamazight manque énormément de vocabulaire technique. Le lexique d'informatique le plus récent date d'il y a 17 ans et ce dans un domaine où le vocabulaire nouveau se multiplie chaque année.

Donc ce n'est pas vrai. En réalité, ce type invente du vocabulaire tout le temps sans avoir la formation de lexicographe requise pour le faire correctement. Le résultat n'est pas beau à voir ni à utiliser.

>>- La localisation des outils n'est pas traduction.

La localisation à un environnement de langue différente implique un travail de traduction, même s'il y a autre chose à faire aussi. C'est correct qu'un commentateur se réfère à la traduction et ses problèmes quand le traducteur n'a pas de formation linguistique, comme dans ce cas-ci.

Donc cette remarque ne sert qu'à dévoiler l'arrogance de son auteur.

avatar
Mas Amnay

Je partage le constat qu'il faut se méfier de cet individu et de ses activités qu’il annonce en grande pompe dans plusieurs médias avec des titres sensationnels du style "la langue X conquiert le numérique".

Pour commencer, ceux qui travaillent véritablement pour être utiles à leur langue, le font en silence. C'est leur travail qui parle.

Deuxièmement, ce n'est pas en localisant dans sa langue des logiciels ou applications web développées par des américains ou russes qu'on élève le prestige de sa langue ou qu’on la fait connaitre sa langue. Au contraire, cela montre qu'on est dépendants de l'innovation des autres peuples et qu'on ne produit rien dans sa langue. Si ce monsieur est un informaticien de bon niveau et soucieux de faire diffuser sa langue, pourquoi ne développe-t-il pas un logiciel innovant dans sa langue avec le label de "Made in Vgayet" ou "Made in Tizi Wezzu"? Ainsi les autres peuples viendront s'intéresser à sa langue et ce seraient eux qui voudraient une localisation dans le sens inverse.

D'un autre côté, il faudrait évaluer l'utilité de ces localisations pour ses compatriotes. Au lieu de nous dire combien de personnes gaspillent leur temps sur ces projets douteux, pourquoi ne nous dit-il pas combien de personnes utilisent ces logiciels localisés dans la langue de Mammeri? Moi je dirai que très peu, pour la simple raison qu'il y a très peu de gens qui ont la motivation et capacité (linguistique, informatique,..) de le faire. On ne met pas la charrue avant le bœuf.

Alors, on revient à une question centrale: pourquoi ce monsieur s'engage-t-il dans de tels projets et en fait une grande publicité? Comme l’a fait remarquer un autre lecteur, il y a très probablement le désir égocentrique d’acquérir un prestige personnel et de se faire une renommée. Mais j’irai plus loin. Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, on peut fortement soupçonner qu’il y a la motivation de l’argent dans ces activités. Prenons l’exemple de la localisation (traduction de l’interface, pour ceux qui ne connaissent pas ce terme) du réseau social russe vk. com. Il incite ses compatriotes à s’inscrire sur ce réseau. Mis à part les problèmes de sécurité auxquels seraient exposés ses compatriotes et que ce monsieur n’a pas l’air de comprendre suffisamment (ou il s’en fiche royalement), il y a le fait que vk. com va gagner de l’argent pour chaque utilisateur qui s’inscrit (à travers les annonces publicitaires par exemple ou en vendant les listes de données). Il est d’usage dans le secteur, qu’on verse une commission (1 Euro/par personne inscrite, par exemple) à celui qui ameute les utilisateurs à s’inscrire. Ainsi donc ce monsieur gagnerait de l’argent sur le dos de la sécurité de ses compatriotes et sous couvert de la promotion de la langue !

Il y a d’autres raisons pourquoi il serait sage de se méfier des activités de ce monsieur et ne pas s’y associer. L’une d’elles étant que durant ses présentations, dont certaines sont enregistrées et diffusées sur youtube, il a exprimé des opinions qui dévoilent une mentalité arabo-islamiste. Il a par exemple dit publiquement qu’il faudrait marier les femmes amazighes aux arabes plutôt qu’elles restent avec leurs familles. C'est-à-dire que la femme amazighe est un objet gênant dont il faut se débarrasser coûte que coûte. Ce qui est totalement incompatible avec l’histoire et le développement de la langue et culture amazighe.

10
avatar
haroun hamel

Quel pied!!!

Ceux qui veulent nous tirer vers le bas, et imposer une graphie dépassée, pour scléroser notre langue et la faire disparaître du champ de l'humanité qui avance, en seront pour leur frais. Essayez de produire, ne serait ce que le dixième, ce que produisent les vrais défenseurs de la Kabylie et de l'amazighité et on discuteras avec vous.

visualisation: 2 / 3