Le blogueur Merzoug Touati au 14e jour de sa grève de la faim

Merzoug Touati
Merzoug Touati

Merzoug Touati, jeune blogueur de 25 ans, est en détention préventive depuis le 18 janvier 2017. Deux autres militants mozabites sont également en grève de la faim.

"Il a perdu plus de 10 kg. Il conteste sa détention provisoire qui est en violation de l'article 123 du code de procédure pénale algérien et la non convocation des témoins qu'il a demandé. Il demande aussi la jonction de sa plainte contre le groupe Ennahar avec le dossier en cours d'instruction. Il réclame la saisie des instances internationales pour tous les dépassements commis dans cette affaire", rapporte son avocat Me Salah Dabouz, président de la Ligue algérienne de la défense des droits de l'homme.

Merzoug Touati est poursuivi en justice pour "intelligence avec une puissance étrangère" après la publication dans le blog hogra d'un entretien avec un officiel israélien qui a révélé que l'Etat hébrreu avait une représentation à Alger par le passé.

Selon d'autres sources, son état de santé se dégrade dangereusement. "Le juge d'instruction vient de renouveler l'ordonnance de placement en détention provisoire pour quatre autres mois à partir du 22 septembre. Un appel de cette décision vient d'être formulé devant la chambre d'accusation par la défense", révèle l'association Izmulen. Ajoutant que "deux autres détenus politiques originaires du Mzab sont en grève de la faim. Il s'agit de Mohammed Baba-Nedjar depuis le 18 septembre et Bakir Alouani depuis le 07 septembre 2017. Ils seraient eux aussi très affaiblis et courent un véritable danger".

Plusieurs ONG de défense des droits de l'homme ont appelé les autorités algériennes à libérer le blogueur ainsi que tous les prisonniers d'opinion.

La rédaction

Lire aussi : Touati Merzoug entame une énième grève de la faim

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Massine Ait Ameur

Liberer Merzoug Touati ! ce regime n'as pas le droit de mettre ce blogeur en tole et le torturer.

avatar
urfane

Le peuple doit comprendre que sa passivité "alah ghaleb" le mène à sa perte. Il faut que cesse la dictature des juges encartés et inféodés au système. Vive la liberté.