La colère des médecins monte depuis l'affaire de Djelfa

La colère des médecins monte depuis l'affaire de Djelfa

En Algérie, la colère des médecins spécialistes monte.

Début août, dans la région de Djelfa, à 300 kilomètres de la capitale, une femme meurt alors qu’elle vient accoucher. Révélée par la presse, qui affirme que trois hôpitaux ont refusé de prendre en charge la jeune femme, l’affaire fait beaucoup de bruit, et l’opinion publique dénonce l’irresponsabilité des médecins. Une gynécologue et trois sages-femmes sont été placées en détention provisoire. Mais cette décision ne passe pas auprès des médecins spécialistes du pays, qui ont organisé des sit-in de protestation.

Les médecins ont demandé à être reçu par le ministère de la Santé, car ils estiment que cette affaire montre que les défaillances du système de santé sont trop graves. Mais leur demande est restée sans réponse.

On fait face à un mur. Le mur c’est notre tutelle, explique Wassil Soual, ophtalmologue à Tamanrasset. C’est elle qui est censée nous protéger, nous orienter. Quand on fait une faute, on l'assume, mais par contre quand quelqu’un n’a pas fait de faute, pourquoi devrait-il payer sous prétexte que l’opinion publique veut un bouc-émissaire ? Et pour nous, la gynécologue qui est emprisonnée, c’est un bouc-émissaire pour calmer la population.

C’est la détention provisoire de leur consœur qui a fait l’effet d’un électrochoc. Amine Mazit, radiologue à Djanet, comprend la colère des patients mais il estime qu’ils se trompent de responsable. « Ils se plaignent de quoi ? Ils se plaignent des mauvaises conditions de réception, mais nous ne sommes pas réceptionnistes. Si vous ne trouvez pas de brancard pour porter le malade, ce n’est pas le médecin qui va aller le chercher. Pourquoi les administrations centrales ne sont-elles donc jamais inquiétées ?, questionne le praticien. Pourquoi les gens ne partent-ils pas à la direction de la santé se plaindre des conditions ? »

Le ministre de la Santé s’est porté partie civile contre la gynécologue de Djelfa et a annoncé la mise en place de système de garde, dans les cabinets privés.

RFI

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

Il y a, me semble t-il, un élément quasi absent de vos différents diagnostics, de vos tentatives d'analyse (s) : le CIVISME (ou son absence).

Que ce soit du côté des citoyens âne-j'ai-rien ou de celui des médecins-charcutiers tout autant âne-j'ai-rien, la notion de civisme aurait pu pallier, même modestement ou à la marge, un manque d'organisation, de formation, de moyens... souvent évoqué pour TOUT expliquer et TOUT justifier.

En effet, l'âne-j'ai-rien souvent empli de frustrations en tous genres est le 1er à favoriser les dysfonctionnements relayés ici et là. Lorsqu'il ne pratique pas l'art du passe-droit, sport national, il demande à des médecins à peine formés aux premiers secours (et encore!) de prendre en charge toute leur misère sociale, sexuelle, intellectuelle... Vous en avez qui vont jusqu'à INTERDIRE l'auscultation de leurs fatma (s) par des médecins hommes en décrétant "la haramitude" de la chose.

Les "médecins", eux, sont trop occupés à s'inscrire en quelque faculté de médecine française que ce soit juste pour échapper au ghachi (se disent-ils). Vous retrouvez la plupart d'entre eux (lorsqu'ils réussissent leur démarche) en qualité d'apprentis-infirmiers, en cours de français intensifs... hhhh.

Pour s'en convaincre, il faudra juste se demander la raison pour laquelle le barzidane ne se soigne pas en âne-j'ai-ri. On ne la lui fait pas, à lui !