Attaques terroristes de Barcelone : ce que l'on sait

Attaques terroristes de Barcelone : ce que l'on sait

Un conducteur a délibérément foncé dans la foule jeudi, sur l'avenue la plus touristique de Barcelone, faisant treize morts et une centaine de blessés, un attentat revendiqué par le groupe jihadiste État islamique (EI).

Quelques heures après l’attaque au camion bélier dans le centre-ville Barcelone, la police espagnole a annoncé avoir abattu cinq terroristes présumés lors d’une seconde attaque à Cambrils, une station balnéaire au sud-ouest de Barcelone.

Le fil des événements

Vers 17h00 locales (1500 GMT) jeudi, une camionnette blanche percute la foule sur les Ramblas, l'avenue de Barcelone la plus fréquentée par les touristes espagnols et étrangers, provoquant des scènes de chaos et de panique parmi les nombreux piétons. Le conducteur prend la fuite.

Selon le responsable de l'Intérieur du gouvernement catalan, Joaquim Forn, l'attaque a fait treize morts et une centaine de blessés. Les victimes --morts et blessés-- sont au moins de 18 nationalités différentes, selon les services espagnols de protection civile.

Plus tard, quelques minutes à peine après minuit (00h00 locales vendredi, 22h00 GMT jeudi), une Audi A3 fonce dans la foule à Cambrils, sur le front de mer de cette station balnéaire à 120 km au sud de Barcelone. La voiture est alors prise sous le feu d'une patrouille de Mossos d'Esquadra, la police catalane. Quatre des cinq "terroristes présumés" à bord du véhicule sont tués sur le coup, le dernier, grièvement blessé, meurt quelques minutes plus tard.

Certains d'entre eux portaient ce qui ressemble à des ceintures d'explosifs, précise un porte-parole des Mossos. Six civils ont été blessés par le véhicule, dont deux grièvement selon la police. Les services de secours parlent d'une personne dans un état critique. Un policier a été légèrement blessé. "J'ai vu quatre ou cinq personnes à terre et des gens essayaient de les réanimer. Il y avait beaucoup de sang", a raconté à l'AFP Lily Sution, une touriste néerlandaise. "Il y avait des corps par terre avec les gens qui s'attroupaient autour d'eux. Les gens pleuraient", raconte à l'AFP Xavi Perez, qui vend des magazines sportifs à cent mètres à peine du lieu de l'attaque.

La police a fait savoir sur son compte Twitter qu'elle considérait cette attaque comme liée à l'attentat de Barcelone.

Daech revendique

Le groupe jihadiste État islamique (EI) revendique le premier attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites jihadistes, SITE.

"Les assaillants de l'attaque de Barcelone étaient des soldats de l’État islamique", indique le communiqué, ajoutant que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les États de la coalition" internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak. L'attaque de Cambrils n'avait pas encore été revendiquée vendredi.

Les suspects

Le conducteur de la camionnette était toujours en fuite vendredi matin. Un témoin affirme avoir vu "un homme très jeune, d'une vingtaine d'années, au visage mince". La police régionale de Catalogne a annoncé l'arrestation de deux suspects, un Espagnol et un Marocain.

L'Espagnol, dont l'identité n'a pas été révélée, est né à Melilla, ville sous administration espagnole dans le nord du Maroc. Il a été arrêté à Alcanar, à 200 km au sud de Barcelone, une localité où la nuit précédente une explosion dans un logement avait fait un mort et sept blessés. Les enquêteurs relient cette explosion à l'attentat de Barcelone, selon le porte-parole de la police. "Nous soupçonnons qu'ils (les occupants) préparaient un engin explosif".

Le Marocain est identifié comme Driss Oukabir, indique le porte-parole de la police catalane. Lié à la camionnette utilisée dans l'attentat, il a été arrêté à Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone.

Aucun des deux n'avait d'antécédent judiciaire. Aucune indication n'a encore filtré sur les cinq passagers tués à bord de l'Audi A3 à Cambrils.

Les précédentes attaques

L'Espagne a été la cible de la pire attaque commise par des extrémistes islamistes en Europe en mars 2004, lorsque des bombes avaient explosé dans des trains de banlieue à Madrid, faisant 191 morts. Les attentats avaient été revendiqué par des extrémistes se réclamant du réseau Al-Qaïda.

En juillet 2015, un tireur a ouvert le feu devant un hôtel à Barcelone, faisant deux blessés.

Avec AFP

Plus d'articles de : International

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Massinissa Umerri

Voila ce que l'auto-alienation produit. L'explication? Je n'en ai point - demandez-la donc aux specialistes, qui forcent les enfants des autres a l'ecole elementaire, qui apprennent a reciter la diableries islamiques et orientales engeneral, avant l'alphabet. La fraterie bou-machin va appeler le roi carlos et ce dernier va prendre l'appel !