Graves accusations contre l'inconscient usurpateur d'identité de Tebboune sur Facebook

Graves accusations contre l'inconscient usurpateur d'identité de Tebboune sur Facebook

Un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) précise que dans le cadre de l'enquête diligentée par la brigade de lutte contre la cybercriminalité relevant de la Sûreté de la wilaya d'Alger sur l'usurpation de l'identité du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune sur Facebook, trois individus présents dans un domicile ont été localisés et tous les objets en leur possession ont été mis à la disposition de la brigade de lutte contre la cybercriminalité pour compléter les investigations.

"Le propriétaire du domicile s'est avéré être le mis en cause qui a reconnu avoir créé un compte Facebook au nom du Premier ministre sans savoir qu'il s'agissait d'une usurpation d'identité et de qualité et que de tels faits étaient répréhensibles par la loi", rapporte l’agence officielle APS.

"Une tablette et un téléphone portable ont été saisis dans l'affaire d'atteinte à la vie privée, d'usage et publication sans droit de photographies privées, d'intervention sans qualité professionnelle dans des fonctions publiques et d'usurpation d'un titre officiel et de l'identité de son détenteur sur Facebook", précise le communiqué.

Après finalisation de la procédure légale, le prévenu a été présenté devant le procureur de la République territorialement compétent qui a ordonné sa mise en détention préventive, ajoute la même source.

Pas sûr que celui qui a créé le faux compte Facebook du premier ministre algérien, s’attendait à un tel traitement, dans cette affaire qui semble prendre des proportions insoupçonnées.

La rédaction avec APS

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

La grave des accusations n'est ce pas plutôt les milliards de dollars de la sonatrach, du trésor publique qui sont détournés et volés

Le grand scandale n'est ce pas plutôt tous ces dirigeants de la société nourriciére des peuples d algerie, sonatrach, ces ministres, ces élus du cartel de oujda qui dépensent des milliards dans des acquisations immobilieres et autres détournements et trafiques à l'étranger alors que la loi algerienne n'autorise pas à expatrier des devises!

Allumer des incendies pour contrer d autres incendies voilà la stratégie mise en branle pour faire dans la corruption tout azimuth et se faire oublier par ces pauvres peuples amazighs, l'algerie algerienne.

Quelle malédiction ce makhzen de oujda!

avatar
rabah Benali

@ moh arwal Bonjour. Je ne suis hélas pas convaincu qu'un hypothétique "Bghiiid achchar" puisse éviter le grouffre. Comme l'a dit sublime Fellag. Dans le gouffre on y est. Nous sommes au fond. A présent on creuse". Que veux t'on de plus profond gouffre que le suivant: Pas une goute d'éli¬xir du magique pétrole ne sort des trous sahariens sans BP, Total, Exxon, Aghl'i Bourton (halliburton dit Ali bourtone) etc… Pas un seul misérable "doro" raporté par ce pétrole du diable ne circule sans BNP paribas - Ste Générale, Chase Manhattan bank etc…. Pas un "kilouou" de blé ne peut atterrir dans les tubes digestifs du "ghachi" DZ sans Monsanto Cargill, CMA CGM, MSC, MAERSK, COSCO etc… (pour les non intiés, ces quatre dernières enseignes sont les principaux armateurs maritimes qui écument les ports DZ). Le voyageur qui arrive à l'aéroport d'Alger, endroit vitrine dans les pays qui se respectent, portant un nom "falso" qui n'a existé sur aucun registre d'état civil de Tamazgha et de naverre, est acceuilli par quelques batisses les unes plus élevées que les autres. Batisse portant, comme des étendards de geurre, les noms de toutes cette faune de multinstionales. Multies qui ont l'air de faire un bras d'honneur à ces quelques rares braves héros authentiques enterrés malgrés eux à El Allia non bien loin au milieu d'une faune de traitres. Cerise sur le gateau, même le capo di capi qui est supposé gardien du temple et du troupeau ne peut demeurer en vie sans une maintenance intensive et permanente des gaulois. Donc à mon avis le "Achchar" n'est plus Bghiiiid". Dans la "Daouassou" (malediction pour ceux qui ne maitrisent pas le langue de leurs ancêtres), on y est déjà jusqu'au cou. Salutations. Rabah Benali.

visualisation: 2 / 8